Dewaere (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


Dewaere
Pays d'origine Saint-Brieuc, Bretagne, Drapeau de la France France
Genre musical Punk rock, post-punk
Années actives Depuis 2018
Labels Bigoût Records, Phantom Records
Composition du groupe
Membres Maxwell James Farrington
Hugues Le Corre
Marc Aumont
Julien Henry

Dewaere est un groupe français de noise rock, originaire de Saint-Brieuc, en Bretagne.

Historique[modifier | modifier le code]

La bassiste Marc Aumont et le guitariste Julien Henry se connaissent depuis l’adolescence. Ils ont déjà formé en 2008 un groupe d'électro-rock, nommé Rafale, mais leurs ambitions musicales évoluent : « On a voulu jouer un rock plus spontané, immédiat, assez brut ». Les deux musiciens rencontrent alors le batteur Hugues Le Corre, qui jouait dans des groupes de black metal et de punk hardcore, et fondent avec lui un nouveau groupe, Dewaere[1]. Le groupe emprunte son nom à l'acteur français Patrick Dewaere, originaire de Saint-Brieuc[2].

En , Dewaere trouve son chanteur grâce à une soirée musicale organisée à La Passerelle, salle de spectacles à Saint-Brieuc. La chanteuse Yelle y présente Marc Aumont au musicien australien Maxwell Farrington, fraîchement débarqué en Bretagne. Originaire de Brisbane, Farrington a quitté l'Australie en 2013 pour déménager au Royaume-Uni, puis en France. Il joue dans différents groupes et monte ses propres projets musicaux à Marseille et Toulouse, avant de s'installer à Saint-Brieuc pour y suivre sa compagne[3].

Chanteur, compositeur, mais aussi arrangeur, Farrigton plaît à Marc Aumont, qui lui fait faire des essais pour intégrer Dewaere dès le lendemain de leur rencontre à la Citrouille, la salle de musiques actuelles de Saint-Brieuc : « Il a posé sa voix direct. Et ça l’a carrément fait ! Maxwell apporte une touche plus pop, moins punk. donnant ainsi plus de relief à Dewaere. » Maxwell Farrington a une culture musicale très large, s'intéressant aussi bien au rap qu'à la techno, au rock, à la soul... Il est séduit par Dewaere car le style du groupe est « dur à mettre dans une case »[1].

Dewaere fait ses débuts sur scène en première partie de LANE, le pour l'ouverture du festival Carnavalorock, à la Citrouille de Saint-Brieuc. Le groupe présente à cette occasion son premier album, Slot Logic, comptant dix morceaux dont une reprise du tube des années 1980 Everybody's Got to Learn Sometime, des Korgis. L'album ne sort que sur vinyle, un choix du groupe car « le CD ne se vend plus »[4]. Une tournée emmène Daewere dans diverses villes de Bretagne (Rennes, Vannes, Lorient), et de France dans le cadre de festivals (Nancy, Poitiers, Pau, Orléans, Paris) en 2019.

Le jeudi , ils jouent à Saint-Brieuc dans le cadre de Bonjour Minuit aux côtés de Manu le Malin, et Maxwell Farrington[5].

Style musical[modifier | modifier le code]

Le bassiste Marc Aumont définit le groupe comme « un projet rock noise, avec des relents punk »[4]. Pour le webzine Mowno, le son de Dewaere évoque les groupes The Jesus Lizard et Girl Band[2].

Membres[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Participations[modifier | modifier le code]

Dewaere reprend Hit the North de The Fall dans la compilation The Fall : A French Tribute, un hommage d'artistes français au groupe de post-punk britannique, paru un an et demi après la mort de son chanteur Mark E. Smith, chez Teenage Hate Records en novembre 2019[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Véronique Constance, « Ce jeudi, Dewaere lève le rideau sur Carnavalorock », Ouest France, .
  2. a et b Matthieu Choquet, « Ni, Elephant & Centipède, Heavy Heart, Dewaere... Trouvailles de la France d'en bas », Mowno, .
  3. Véronique Constance, « Maxwell Farrington, du karaoké à la performance », Ouest France, .
  4. a et b Charles Drouilly, « Carnavalorock. «On est impatient d’y être» », Le Télégramme, .
  5. « Saint-Brieuc. Manu le Malin, Maxwell Farrington, Dewaere… à Bonjour Minuit », sur Ouest-France, (consulté le ).
  6. Carole Boinet, « MNNQNS nous offre sa reprise de The Fall », Les Inrockuptibles, .