Destiny of the Daleks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Destiny of the Daleks
Épisode de Doctor Who
Titre original Destiny of the Daleks
Numéro d'épisode Saison 17 (1re série)
Épisode 1 (ou 104)
Code de production 5J
Réalisation Ken Grieve
Scénario Terry Nation
Production Graham Williams
Durée 4 × 25 minutes
Diffusion au sur BBC One
Personnages Docteur :
4e
Compagnon :
Romana
Chronologie
Liste des épisodes

Destiny of the Daleks (Le destin des Daleks) est le cent-quatrième épisode de la première série de la série télévisée britannique de science-fiction Doctor Who. Premier épisode de la dix-septième saison, il fut originellement diffusé en quatre parties du 1er au 22 septembre 1979. Cet épisode marque l'arrivée de l'actrice Lalla Ward qui reprend le rôle de Romana.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le Docteur et Romana se retrouvent sur une planète déserte que le Docteur est persuadé d'avoir déjà visité. Les deux se retrouvent séparés, et Romana est kidnappée par les anciens ennemis du Docteur, les Daleks.

Distribution[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

Alors qu'il tente de réparer K-9, le Docteur est surpris de voir que Romana s'est régénérée pour une raison inconnue. Après plusieurs essais de corps, elle garde la forme de la princesse Astra. Le TARDIS atterri sur une planète déserte, où l'air est respirable mais possède des niveaux dangereux de radioactivité. Explorant le territoire, tous deux se retrouvent séparé : le Docteur entre en contact avec une équipe de spationautes nommés les Movellans, qui l'informe qu'il se trouve sur Skaro, tandis que de son côté, Romana fait une mauvaise chute et se retrouve capturé par des Daleks.

Interrogée, Romana prouve sa non dangerosité, et les Daleks l'envoient sur un site de minage. Elle y découvre d'autres humains en esclavage et tombe peu à peu faible à cause de la présence des radiations. De son côté, le Docteur et les Movellans sont contactés par un ancien esclave, l'ingenieur Tyssan qui leur explique que cela fait deux ans que les Daleks sont revenus sur Skaro dans le but de creuser profondément sur le site d'une ancienne ville Kaled. Ils montent une expédition et retrouvent Romana qui a simulé la mort afin d'échapper aux Daleks. Devançant les Daleks, le Docteur parvient au cœur de l'ancienne ville et découvre le corps de Davros, le créateur des Daleks, en animation suspendu. Celui-ci revient lentement à la vie.

Le Docteur ramène Davros dans une partie dévastée de la ville. Celui-ci affirme avoir échappé à la mort grâce à un système de réanimation suspendue. Il affirme que même après des millénaires d'attente, il va permettre aux Daleks de commencer leur conquête de l'univers. Les Daleks ayant menacés d'exterminer tous leurs esclaves s'ils n'ont pas Davros, le Docteur leur rend. Pendant ce temps, Romana est revenue dans le vaisseau des Movellans et s'aperçoit que ceux-ci étaient aussi en quête de Davros. Ceux-ci ne sont que des robots, et ils ont l'intention de détruire toute vie sur la planète si les événements s'agravent.

Le Docteur et Romana sont recapturés par les Movellans et apprennent qu'ils sont en situation d'échecs contre les Daleks depuis plus de deux siècles, chacun ayant calculé la meilleure stratégie d'attaque et aucun d'entre eux n'ayant pu tirer une seule fois. Les Daleks ont donc décidés de libérer Davros afin d'avoir des conseils stratégiques tandis que les Movellans recherchent le Docteur. Une attaque suicide entre Daleks et Movellans est prévue mais heureusement, Tyssan et les autres esclaves réussissent à désactiver ces derniers. Alors que les Daleks tentent de détruire le vaisseau Movellans ils se font détruire par une bombe cachée par le Docteur.

Davros est capturé par les anciens esclaves et ramené sur Terre pour être jugé de ses crimes. Le Docteur et Romana concluent que leur force résident dans leur faculté à l'imprévisibilité et à la possibilité de faire des erreurs avant de repartir.

Continuité[modifier | modifier le code]

  • En observant le nouveau visage de Romana, le Docteur fait remarquer qu'elle a pris le visage de la princesse Astra (« The Armageddon Factor »)
  • La régénération de Romana contrevient avec ce que la série avait statué à savoir que c'était un changement irréversible lié à la mort. Ici, celle-ci semble opérer comme un simple changement de visage et de style. Ce passage donnera lieux à de nombreuses controverses de fans.
  • L'un des costumes que Romana récupère est celui de Zilda dans « The Robots of Death. »
  • L'épisode fait directement références aux événements de « La Genèse des Daleks » diffusé 4 ans plus tôt.
  • Romana rappelle que les seigneurs du temps possèdent deux cœurs.
  • K-9 n'apparaît pas dans cet épisode, mais on voit toutefois sa carcasse pendant que le Docteur le répare. Selon lui, il souffrirait d'une laryngite.
  • Le Docteur raille l'inaptitude des Daleks à grimper en hauteur, chose qui était déjà arrivée dans « The Chase ».
  • L'épisode fait aussi mention du "Dalek Suprême" vu dans différents épisodes de la série.

Références Culturelles[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

La décision de faire réapparaître les Daleks dans la série était une idée qui courait depuis l'arrivée du producteur Graham Williams sur la série en 1976. Toutefois, il ne souhaitait pas se précipiter et c'est en 1978 avec le script-éditor (responsable des scénarios) Douglas Adams qu'ils décidèrent de contacter leur créateur, le vétéran Terry Nation afin d'écrire un épisode racontant leur retour. L'idée étant, de les ramener au début de la nouvelle saison afin de marquer le coup en matière d'audiences. Nation n'avait pas écrit pour la série depuis la 13e saison (« The Android Invasion ») et travaillait alors pour la série Blake's 7.

L'épisode fut commissionné le 20 décembre 1978 et s'inspirait d'une nouvelle d'Isaac Asimov dans laquelle deux nations robotisées était incapable, à cause de leurs systèmes de logiques, de s'attaquer. Il demanda que le personnage de Davros revienne en trouvant une explication convenable pour le ressusciter après « La Genèse des Daleks. » Il demanda aussi que K-9 apparaisse le moins possible, ne souhaitant pas une confusion entre robots. Finalement, les lieux de tournage furent jugés inappropriés pour y diriger le robot télécommandé et seule une séquence écrite par Douglas Adams le fit brièvement apparaître. À l'origine, la plupart du scénario devait se dérouler de nuit, mais le tournage de nuit étant assez coûteux, le scénario fut réécrit.

Le début de l'épisode devait occasionner la régénération de Romana entre les comédiennes Mary Tamm et Lalla Ward, mais cela dû être remanié par une version plus comique parodiant le changement de costume du Docteur au début de « Robot ». Longtemps, l'idée courra selon laquelle celle-ci refusa de revenir parce qu'elle était enceinte, mais Mary Tamm révéla plus tard que c'était une rumeur lancée par l'assistant de production (et futur producteur) John Nathan-Turner[1].

Douglas Adams rajouta une blague de la part du Docteur concernant les Daleks qui ne pouvaient pas s'élever en hauteur, un remaniement qui ne plus pas à Terry Nation. De plus, selon le réalisateur Ken Grieve, 98 % du scénario fut réécrit par Adams. Ce fut d'ailleurs la dernière fois que Nation s'impliqua dans un épisode de Doctor Who avant son départ en Californie et son travail sur la série télévisée MacGyver.

Casting[modifier | modifier le code]

  • Lalla Ward reprend le rôle de Romana tenue par Mary Tamm dans la saison précédente. Son rôle fut révélé à la presse le 24 janvier 1979.
  • Roy Skelton remplace Michael Wisher pour la voix de Davros.
  • L'acteur Tim Barlow, qui jouait le rôle de Tyssan, était partiellement sourd et s'aidait de la lecture sur les lèvres pour prendre ses indications de jeu.
  • Tony Osoba reviendra dans la série pour jouer le rôle de Kracauer dans « Dragonfire. » (1987)

Tournage[modifier | modifier le code]

Le réalisateur engagé pour cet épisode fut Ken Grieve, qui avait déjà réalisé des épisodes pour des séries comme Coronation Street, Hercule Poirot, Bugs ou The Bill et dont il s'agit de la seule prestation concernant la série Doctor Who. Prévu pour être diffusé au début de la saison, l'épisode fut en réalité le troisième tourné durant le bloc de production. Peu de temps avant le tournage, Grieve s'aperçu que la BBC n'avait plus que 4 armures de Daleks, principalement issue du tournage de l'épisode de 1973 « Planet of the Daleks » et que celles-ci tombaient en ruines. Il réussit toutefois à filmer l'épisode avec cette contrainte.

Le tournage hors-studio eu lieu à partir du 11 juin 1979 dans les carrière de Winspit à Worth Matravers dans le Dorset. La plupart des scènes se déroulant à la surface de Skaro furent tournées là bas, ainsi que dans une plage de sable, jusqu'au 15 juin[2]. Une partie des plans fut tourné par steadycam chose exceptionnelle à l'époque dans les séries de la BBC. Le tournage fut suivi par des scènes de tournages de maquettes le 20 juin au département des effets spéciaux de la BBC.

Le tournage en studio débuta par une première session les 2 et 3 juillet 1979 au studio 3 du Centre télévisuel de la BBC pour l'enregistrement des scènes se déroulant à l'intérieur des ruines de la ville Kaled dévastée. La seconde session eu lieu du 15 au 17 juillet 1979 au studio 1 et se concentra sur les scènes à l'intérieur du TARDIS dans la salle où se trouve Davros, dans le vaisseau des Movellans et au centre de contrôle des Daleks.

Diffusion et Réception[modifier | modifier le code]

Épisode Date de diffusion Durée Téléspectateurs
en millions
Archives
Épisode 1 1er septembre 1979 24:03 13 Bandes couleurs PAL
Épisode 2 8 septembre 1979 25:14 12,7 Bandes couleurs PAL
Épisode 3 15 septembre 1979 24:32 13,8 Bandes couleurs PAL
Épisode 4 22 septembre 1979 26:05 14,4 Bandes couleurs PAL
Diffusé en quatre parties du 1er au 22 septembre 1979, l'épisode fit un score d'audience exceptionnel[3].

L'épisode fut un succès d'audience pour deux raisons : le retour des Daleks, très populaires dans la culture anglaise, et la grève dans les studios d'ITV empêchant une possible concurrence. Ainsi, le score de 14,4 millions de téléspectateurs furent à l'époque, un record pour la série. Selon les études menées par la BBC, l'épisode fut reçu très positivement, notamment auprès du jeune public. Les Daleks et Tom Baker furent particulièrement apprécié, même si le public resta mitigé sur le jeu de Lalla Ward en Romana[4].

Critiques[modifier | modifier le code]

En 1995 dans le livre « Doctor Who : The Discontinuity Guide », Paul Cornell, Martin Day, et Keith Topping trouvent que l'épisode donne l'impression "étrange et inconsistante de ruiner des blagues vieilles d'une décennie."[5] Les auteurs de « Doctor Who : The Television Companion » (1998) critiquent la bizarre régénération de Romana, le fait que les Daleks sont considérés comme des robots et l'impression que Davros est moins bien écrit et moins bien joué qu'auparavant. Malgré cela, ils estiment que l'histoire "est au-dessus de tous ces soucis et amène une bonne dose de divertissement[4].

En 2011, Mark Braxton de Radio Times trouve que les Daleks peinent à être menaçant et que le scénario est peut-être trop orienté vers la comédie, mais que l'épisode est "clairement un bon amusement."[6] Sur le site The A.V. Club, Christopher Bahn salue le premier épisode et l'introduction de la nouvelle Romana, mais trouve que l'histoire devient rapidement creuse, et échoue à faire quelque chose d'intéressant avec Davros et les Daleks[7]. Ian Berriman du magazine SFX donne à l'épisode la note de 2 sur 5, critiquant les Daleks, les robots et le ton comique de l'épisode. Il trouve que l'épisode fait "miteux."[8]

Novélisation[modifier | modifier le code]

L'épisode fut romancé sous le titre Doctor Who and the Destiny of the Daleks par Terrance Dicks et publié en novembre 1979, c'est-à-dire deux mois après sa diffusion, un délai particulièrement rapide pour l'époque. Il porte le numéro 21 de la collection Doctor Who des éditions Target Book. Ce roman fut traduit en allemand en 1990 sous le titre "Doctor Who und der Schöpfer der Daleks"[9].

Éditions commerciales[modifier | modifier le code]

L'épisode n'a jamais été édité en français, mais a connu plusieurs éditions au Royaume-Uni et dans les pays anglophones.

  • L'épisode est sorti en VHS en juillet 1994.
  • En 2001, il fut remasterisé afin d'apparaître dans le coffret VHS The Davros Collection, un coffret regroupant « La Genèse des Daleks », « Destiny of the Daleks », « Resurrection of the Daleks », « Revelation of the Daleks » et « Remembrance of the Daleks. »
  • Les épisodes, remasterisés, furent édités en DVD dans le coffret Davros Collection le 26 novembre 2007. L'édition contient les commentaires audios de Lalla Ward, David Gooderson et Ken Grieve, un documentaire sur l'implication de Terry Nation dans la série, un documentaire sur les réalisateurs de la série, et d'autres bonus. Cette version connue une réédition en DVD dans le cadre des Doctor Who DVD Files, le 23 mars 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « MaryTamm Official Website - Mary Tamm in Dr Who » [archive], MaryTamm.com,
  2. (en) « Destiny of the Daleks - Story Locations », Doctor Who The Location Guide (consulté le 11 juin 2014)
  3. « Destiny of the Daleks »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Doctor Who Reference Guide (consulté le 30 août 2008)
  4. a et b (en) Howe, David J & Walker, Stephen James, Doctor Who: The Television Companion, Londres, BBC Books, , 1re éd. (ISBN 978-0-563-40588-7, lire en ligne)
  5. (en) Paul Cornell, Martin Day et Keith Topping, The Discontinuity Guide, Londres, Virgin Books, (ISBN 0-426-20442-5, lire en ligne), « Destiny of the Daleks »
  6. Patrick Mulkern, « Destiny of the Daleks », Radio Times, (consulté le 7 décembre 2013)
  7. Christopher Bahn, « Doctor Who (Classic): "Destiny of the Daleks" », The A.V. Club, (consulté le 7 décembre 2013)
  8. Ian Berriman, « Doctor Who: Destiny of the Daleks », SFX, (consulté le 7 décembre 2013)
  9. (en) « Destiny of the Daleks »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), On Target (consulté le 15 janvier 2015)