Daniel Bouchard (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Daniel Bouchard.
Daniel Bouchard
Defaut 2.svg
Fonction
Député de l'Assemblée nationale du Québec
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (48 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Daniel Bouchard ( à Québec - ) est un homme politique québécois et ancien député, libéral puis indépendant, de la circonscription de Mégantic-Compton à l'Assemblée nationale du Québec de 2003 à 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Daniel Bouchard est né à Québec, le . Il a obtenu un diplôme d'études au collège de l'Assomption (1989) et un baccalauréat en science politique, volet administration publique de l'Université du Québec à Montréal (1994). Il a poursuivi ses études par une maîtrise à l'Université du Québec à Trois-Rivières et l'Université de Sherbrooke.

Avant son arrivée en politique, il a occupé les fonctions de directeur général à la Société d'aide au développement de la collectivité du Haut-Saint-François (1998-2003) et d'adjoint au président-directeur général des arénas Repentigny-LeGardeur (1989-1997).

Il a également été conseiller municipal (1993-1997) dans la ville de Repentigny (Québec).

Vie politique[modifier | modifier le code]

Il a été élu député à l'Assemblée nationale du Québec à l'élection de 2003 dans la circonscription de Mégantic-Compton comme libéral, obtenant 47 % des suffrages exprimés et 3 788 votes de plus que sa plus proche rivale, la candidate péquiste Suzanne Durivage.

À partir du , il a siégé comme député indépendant. Le , il a reconnu avoir enfreint la Loi électorale du Québec à 12 reprises.

En plaidant coupable, M. Bouchard a admis avoir utilisé des fonds de la Société d'aide au développement de la collectivité du Haut-Saint-François (SADCHSF) pour rembourser deux contributions électorales qu'il avait faites lui-même à l'association libérale de son comté.

Le député Bouchard, qui a été directeur général de l'organisme de 1998 à 2003, avant d'être élu à Québec sous la bannière libérale, a reconnu aussi avoir incité huit autres employés de l'organisme à utiliser le même stratagème à dix reprises entre 2001 et 2002, et avoir approuvé ces dépenses.

Cette façon de faire constitue une violation de l'article 90 de la loi électorale, qui précise que « toute contribution doit être versée par l'électeur lui-même et à même ses propres biens »[1]

En plus de ses démêlés avec le DGEQ, M. Bouchard a aussi été accusé devant un autre tribunal d'avoir tenté de frauder les sociétés d'assurance Allianz Canada et La Capitale en présentant de fausses réclamations totalisant moins de 5 000 $. On lui a reproché également d'avoir utilisé de fausses factures.

Le mercredi , Daniel Bouchard a écopé d'une peine d'un an à purger dans la collectivité. Il avait plaidé coupable à dix accusations de fabrication de faux documents[2].

Source[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Canada, Québec. « Loi électorale », L.R.Q., chap. E-3.3, art. 90. (version en vigueur : 1er septembre 2013) [lire en ligne (page consultée le 26 septembre 2013)]
  2. Radio-Canada. 2007. « Daniel Bouchard écope d'un an dans la collectivité ». Radio-Canada Estrie. En ligne (page consultée le 3 décembre 2007).