Dérobée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Dérobée est une danse bretonne originaire d'Italie et importée par les armées de Napoléon selon une étude de Jean-Michel Guilcher. Cette danse se pratique en couple, qui forment un cortège. La Dérobée de Guingamp est une variante qui a marqué la fête de la Saint-Loup à Guingamp. Délaissée des festou-noz aujourd’hui, excepté pour la Saint-Loup, elle est pourtant une danse très populaire dans toute la région tout au long du XIXe siècle.

Historique[modifier | modifier le code]

Certaines parties proviennent d'Italie du Nord, importées par les grognards de Napoléon sous le nom de Montfarine (danse de la farine) avec d'autres contredanses anglaises dansées dans les salons au XIXe siècle. La figure des "ailes du papillon" qui permettait à des danseurs de s'intercaler dans la file et donc de dérober une cavalière en décalant les couples, l'a fait définitivement nommer "dérobée" en Bretagne. La dérobée dite de Guingamp est une suite chorégraphiée par les cercles celtiques à partir de la version populaire de différents secteurs.

Les airs de « dérobée » sont nombreux. M. Thielemans en a harmonisés sous le titre Les Dérobées, J.-L. Boivin également.

Pratique[modifier | modifier le code]

La dérobée telle qu'elle se pratique actuellement adopte un style plutôt guindé. Les balades sont assez enlevées, le pas étant sautillé, le pas dit "des écoliers". Les danseurs en couples se tiennent main droite dans main droite, main gauche dans main gauche (formant un X au milieu).

L'une des variantes se décompose en deux mouvements : une promenade de 16 temps et quatre figures, chacune de 16 temps et alternant avec 16 pas de promenade[1].

  • Tour couplet : quadrille
  • Demi-tour : même figure, mais au 8e temps, les danseurs se lâchent la main droite, se retournent vivement, se reprennent les mains gauches et évoluent pendant les 8 derniers temps en sens inverse
  • Saluts : sur deux lignes, vis-à-vis, cavaliers d'un côté, cavalières de l'autre.
  • Demi-cercle : les danseurs se séparant forment un demi-cercle vers l'extérieur et marchent les uns derrière les autres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Erwanez Galbrun, La Danse Bretonne, 1965, 3e édition, Skol, p.41

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Guilcher, « Dérobée et Monferines en Basse-Bretagne », dans Annales de Bretagne, LXI, 1954, pp. 111-124.
  • Christian Morvan, « La dérobée. La forme » dans Musique bretonne n°101, avril 1990, p. 3-4 lire en ligne
  • Jean-Michel Guilcher, La tradition populaire de danse en Basse-Bretagne, Mouton, 1963 (réed. Coop Breizh 1995, p. 505-520)
  • Jean-Michel Guilcher, La contredanse et les renouvellements de la danse française aux XVIIe et XVIIIe siècles, Mouton, 1963
  • E. Galbrun, Les danses bretonnes, Armorica, 1936
  • G. Pigen et R. Charles, Fiche technique de la dérobée publiée en 1957 dans Breizh
  • Marc Clérivet, Danse traditionnelle en Haute-Bretagne : Traditions de danse populaire dans les milieux ruraux gallos, XIXe-XXe siècles, Dastum et Presses universitaires de Rennes, coll. « Patrimoine oral de Bretagne » (no 4), , 468 p., partie 6, chap. 5 (« La dérobée »), p. 386-398
  • Erwan Chartier, « La Saint-Loup à Guingamp », ArMen, no 147,‎ , p. 22

Liens externes[modifier | modifier le code]