Cercle circassien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le cercle circassien (en anglais Circassian Circle) est une danse traditionnelle originaire d'Écosse (comté de Lanarkshire), apparue à la fin du XIXe siècle. On le danse aujourd'hui dans les bals folk sur un air de jig, mais aussi très fréquemment dans les festoù-noz de Bretagne. On ignore l'origine du nom et pourquoi il fait référence à la Circassie. En effet, bien qu'il existe des danses en cercle circassiennes comme le Wudj Khouraï (Adyguéen : Удж хъурай ou danse en cercle), la filiation avec celles-ci est incertaine.

Le cercle circassien est un mixer faisant partie de la famille des « Big circle » : au début de la danse, les danseurs se disposent sur un cercle, face au centre, garçons et filles alternés. Sauf indication contraire, chaque garçon a sa partenaire à droite et sa voisine à gauche. Il se danse en running step, course ou marche enlevée.

En Bretagne, le cercle circassien se danse comme une chapelloise, sauf que :

  • le cavalier et la cavalière restent ensemble durant toute la danse ;
  • le pas est le pas de polka.

Historique[modifier | modifier le code]

Le cercle circassien a été recueilli au début du XXe siècle par Maud Karpeles au Northumberland. Initialement, la première partie du cercle circassien était un cercle sicilien, et ce n'était que dans la seconde partie que la danse prenait la forme d'un big circle. Aujourd'hui, on ne danse plus que la seconde partie dans les bals traditionnels. Il se dansait initialement sur un air de reel mais il est maintenant dansé sur un air de jig.

En France, le cercle circassien se répand surtout durant l'entre-deux-guerres par l'intermédiaire d'Alick-Maud Pledge. Il entre au répertoire des CEMEA après la libération.

Dans les années 1970, Yvon Guilcher l'introduit dans le milieu folklorique. Le cercle circassien devient alors une danse très populaire, appréciée de manière générale dans les bals folk pour sa simplicité et sa convivialité[1].

Description de la danse[modifier | modifier le code]

Les pas du cercle circassien
Les pas du cercle circassien.

La danse s'exécute sur une musique comportant 32 mesures 2/4 ou, mieux, 6/8. Au commencement, les danseurs forment un grand cercle et se donnent la main en alternant garçon et fille.

  • mesures 1-8 (16 temps) : tout le monde avance vers le centre du cercle en 4 pas et recule à sa place d'origine en 4 pas (le tout 2 fois)
  • mesures 9-16 (16 temps) : les filles avancent seules vers le centre, s'inclinent puis reculent (pendant que les garçons frappent des mains en mesure), puis les garçons avancent seuls et se retournent en revenant pour faire face à la partenaire qui était à leur gauche (les filles pendant ce temps ne frappent pas des mains)[2].
  • mesures 17-24 (16 temps) : les couples formés tournent sur place en « pas de patinette » (ou « swing »). Ce pas s'exécute en position de danse de salon. Pour l'accomplir, le cavalier colle son pied droit au pied droit de sa cavalière de manière à former un pivot central. Les deux partenaires utilisent alors leur pied libre pour pousser sur le côté, comme sur une patinette, afin que le couple tourne sur lui-même.
  • mesures 25-32 (16 temps) : promenade en couples sur le cercle, dans le sens anti-horaire, partenaires côte-à-côte, la fille à droite du garçon (soit à l'extérieur du cercle).

Sur la dernière mesure, les couples reforment un seul cercle pour recommencer la danse. Le système de danse fait que si un garçon avait une fille donnée à sa gauche au début d'un cycle, elle passe à sa droite au début du cycle suivant. Le garçon a donc une nouvelle fille à sa gauche, et c'est avec elle qu'il dansera le cycle suivant. Cet aspect fait du cercle circassien une danse collective et ludique, à la manière de la chapelloise.

La danse sera entièrement accomplie lorsque chaque garçon aura dansé avec chaque fille.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Livre des mixers de l'ADP
  2. D'après Yvon Guilcher, on ne frappe pas dans les mains durant la première partie. Ce ne serait en fait qu'un usage qui se serait mis en place lors du développement du cercle circassien en France. Voir Trad Magazine n°112 (mars 2007).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]