Crassula ovata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Crassula ovata est une plante succulente de la famille des Crassulaceae originaire d'Afrique du Sud et commune dans le monde entier comme plante d'intérieur.

Dénominations[modifier | modifier le code]

C'est l'une des espèces appelées couramment « Arbre de Jade » mais elle a de nombreux autres surnoms tels que arbre de l'amitié, arbre de la chance ou arbre d'argent (surnom donné également au Pachira aquatica).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le Crassula ovata est une plante pouvant atteindre 3 mètres de haut.

Ses feuilles de 3 à 7 cm sont vert couleur de jade. Elles sont persistantes et charnues et poussent en paires opposées. Les feuilles épaisses (crassula signifie « épais » en latin) stockent de l’eau et sont recouvertes d’une cuticule pour limiter l’évaporation de l’eau par les feuilles.

Certaines variétés peuvent développer une teinte rouge sur les bords des feuilles lorsqu'elles sont exposées à des niveaux élevés de rayonnement solaire. Une nouvelle croissance de la tige est de la même couleur que la texture des feuilles, mais devient marron et boisée avec l'âge.

Le Crassula peut produire de petites fleurs blanches ou roses en forme d'étoile au début du printemps s’il bénéficie de conditions adéquates (période hivernale fraîche avec 5 à 10 °C la nuit sans lumière artificielle).

Taxonomie[modifier | modifier le code]

C'est une plante de la famille des Crassulaceae.

Écologie[modifier | modifier le code]

Cette plante est originaire d'Afrique du Sud.

Les cochenilles sont des ravageurs communs aux Crassula ovata et peuvent causer une déformation de la plante pendant la croissance. Les pucerons sont aussi des ravageurs communs, mais ils ont tendance à n'infester que les tiges de fleurs. Les araignées rouges peuvent aussi causer des problèmes.

Propriétés[modifier | modifier le code]

La toxine responsable de la toxicité n'est pas clairement connue. L'exposition à la sève ou aux feuilles peut provoquer des dermatoses[1].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Cette plante grasse est commune dans le monde entier comme plante d'intérieur.

Culture[modifier | modifier le code]

C'est une plante populaire comme plante d'appartement car elle est très facile à entretenir.

Il est préférable de lui procurer une période de repos l’hiver en maintenant des températures plus fraîches car la combinaison de températures élevées et d’une faible luminosité peut causer l’étiolement des tiges et la chute des feuilles. En zone tempérée, le Crassula ovata peut être sorti au soleil à l’extérieur pour l’été, après une période d’acclimatation.

On conseille d'arroser tous les dix à vingt jours en été, et encore moins (jusqu'à un mois sec) en hiver. Laisser le sol sécher entre les arrosages est essentiel à la survie de la plante qui gère bien mieux la sécheresse qu'une trop grande humidité.

Privilégier une exposition à mi-ombre en évitant les trop fortes chaleurs. La surexposition au soleil direct produit des dommages allant de feuilles roussies à la perte du feuillage et des tiges qui pourrissent. La plupart des espèces communes tolèrent un degré limité de gel, mais la surexposition au froid les tue.

La taille des Crassula ovata se fait au printemps avant la saison de croissance. La taille d'un Crassula ovata peut être faite sur une période de quelques semaines. Le but de la taille est double : pour une plante succulente comme le Crassula ovata, il est important que son tronc soit en mesure de supporter le poids de ses feuilles, et la taille encourage le tronc à croître en diamètre, la taille encourage également la croissance des racines. Une callosité devrait se former sur de nouvelles coupes après quelques jours et la nouvelle croissance devrait émerger au niveau de la coupe après quelques semaines.

Le Crassula ovata peut facilement devenir un bonsaï.

Aspects culturels[modifier | modifier le code]

Dans certains pays, le Crassula est offert pour porter chance et prospérité[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) M.D., M.D. et Ph.D. (préf. Lewis R. Goldfrank), Handbook of Poisonous and Injurious Plants, Second Edition, Springer, , 2e éd., XVIII-340 p., 1 vol. : ill. ; 21 cm (ISBN 0-387-31268-4, 978-0387-31268-2 et 978-0387-33817-0, notice BnF no FRBNF41132620), p. 137.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :