Couronne (1632)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir Couronne (navire).
Couronne
Image illustrative de l'article Couronne (1632)
La Couronne. Frontispice de l'Hydrographie de Georges Fournier.
Type vaisseau
Histoire
A servi dans Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Commanditaire Isaac de Razilly pour Richelieu
Chantier naval La Roche-Bernard
Commandé Claude de Launay-Razilly
Quille posée 1634
Lancement 1637
Caractéristiques techniques
Propulsion voile
Caractéristiques militaires
Armement 68 à 72 canons

La Couronne est un navire de guerre français en service de 1637 à 1643[1]. C'est un vaisseau de haut bord, portant 72 canons sur deux ponts, l'un des premiers construits en France à l'initiative de Richelieu qui veut donner à Louis XIII son maître une véritable marine de guerre[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La coque du vaisseau fait 167 pieds de long (54,2 mètres) hors-tout, ou 200 pieds depuis le bâton de pavillon jusqu'à l'éperon ; elle fait 46 pieds de large au maître-bau (14,9 mètres), avec un tirant d'eau de 17 pieds (5,5 mètres). Ses formes sont héritées des caraques et des galions, avec de hauts gaillards. La chambre du capitaine fait 30 pieds sur 26.

Imité des équivalents construits en Angleterre (notamment le Prince Royal, le premier trois-ponts lancé en 1610) et aux Provinces-Unies (comme le Saint-Louis acheté en 1626 par Richelieu pour la marine de Louis XIII), il est le contemporain du Vasa (suédois mais de conception hollandaise, lancé en 1627) et du Sovereign of the Seas (anglais, lancé en 1637).

Si le chêne provient des forêts de Bretagne, les canons, les mâts et une partie des cordages de chanvre proviennent de Suède, grâce à l'alliance franco-suédoise signée le 13 janvier 1631. Quant au constructeur du vaisseau, il est dieppois (Charles Morieu), mais formé par des Hollandais.

L'armement est théoriquement de 72 canons de bronze :

Il faut 643 hommes pour armer ce vaisseau.

Une courte carrière[modifier | modifier le code]

Le siège de Fontarabie et la bataille de Guetaria en 1638, seuls véritables faits d'armes de la Couronne.

La Couronne est construite à La Roche-Bernard, en Bretagne, au fond de l'embouchure de la Vilaine. Mise en chantier en 1634, elle est lancée en 1637, la même année que le Sovereign of The Seas anglais[1].

Le vaisseau participe à la guerre de Trente Ans, notamment lors du siège de Fontarabie et à la bataille de Guetaria en 1638 sous les ordres de l'archevêque de Bordeaux, l'amiral de Sourdis, comme navire amiral de la flotte du Ponant.

Coûteux bâtiment de prestige, il ne survit pas à Richelieu[1]. Il est rayé de la flotte française en 1643 et décrit par le père Fournier dans sa célèbre Hydrographie publiée cette même année[1],[3]. La brièveté de sa carrière s'explique aussi par ses qualités nautiques insuffisantes[4]. Sa construction permet néanmoins aux chantiers navals français débutants d'acquérir un précieux savoir-faire[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean Meyer et Martine Acerra, Histoire de la marine française, Rennes, éditions Ouest-France, , 427 p. (ISBN 2-7373-1129-2) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Rémi Monaque, Une histoire de la marine de guerre française, Paris, éditions Perrin, , 526 p. (ISBN 978-2-262-03715-4)
  • Olivier Chaline, La mer et la France : Quand les Bourbons voulaient dominer les océans, Paris, Flammarion, coll. « Au fil de l’histoire », , 560 p. (ISBN 978-2-0813-3327-7)
  • Michel Vergé-Franceschi, Dictionnaire d'Histoire maritime, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », (ISBN 2-221-08751-8 et 2-221-09744-0). 
  • Patrick Villiers, Jean-Pierre Duteil et Robert Muchembled (dir.), L'Europe, la mer et les colonies : XVIIe – XVIIIe siècle, Paris, Hachette supérieur, coll. « Carré histoire », , 255 p. (ISBN 2-01-145196-5) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Georges Fournier, Hydrographie, contenant la théorie et la practique de toutes les parties de la navigation..., Paris, chez Soly, . (notice BnF no FRBNF30455550) [1]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]