Cordillère Huayhuash

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cordillère Huayhuash
Vue satellite de la cordillère. Il est possible de distinguer les nevados Rondoy, Jirishanca, Yerupajá Chico, Yerupajá et Siula Grande ; les lacs de Juhuacocha et Carhuacocha.
Vue satellite de la cordillère. Il est possible de distinguer les nevados Rondoy, Jirishanca, Yerupajá Chico, Yerupajá et Siula Grande ; les lacs de Juhuacocha et Carhuacocha.
Géographie
Altitude 6 635 m, Yerupajá
Massif Cordillère Occidentale (Andes)
Longueur 30 km
Largeur 10 km
Administration
Pays Drapeau du Pérou Pérou
Régions Ancash, Huánuco, Lima
Géologie
Roches Calcaires, quartzites

La cordillère Huayhuash est une cordillère des Andes située dans les régions d'Ancash, de Huánuco et de Lima, au Pérou. Elle s'étend du nord au sud, sa partie centrale — dans laquelle sont situés les vingt principaux sommets — mesurant environ 25 km de long, alors qu'un chaînon secondaire — comprenant des sommets moins élevés — s'étend en direction de l'ouest sur environ 15 km. Six sommets de la cordillère Huayhuash dépassent les 6 000 mètres d'altitude. Les principaux sommets sont le Yerupajá (6 635 m), la deuxième montagne la plus haute du Pérou (après le Huascarán, 6 768 m) et le Siula Grande (6 344 m), rendu célèbre par l'ouvrage La Mort suspendue de l'alpiniste Joe Simpson[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la cordillère vient du quechua « Huáyhuash », qui sert à désigner une espèce de belette, la belette à longue queue (Mustela frenata) vivant en altitude, également connue en quechua sous le nom de mashallu[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la cordillère Huayhuash.

Il s'agit de la seconde chaîne de montagnes la plus élevée située dans la région tropicale, après la cordillère Blanche, à 50 km au nord. Bien qu'elle ne se trouve qu'à 120 km de l'océan Pacifique, ses sommets sont situés sur la ligne de partage des eaux du continent sud-américain ; les eaux des versants est s'écoulent jusqu'au río Marañón, le principal tributaire de l'Amazone.

La cordillère Huayhuash comprend sept montagnes dépassant les 6 000 mètres et sept autres montagnes de plus de 5 500 mètres. Elle abrite également une douzaine de lacs glaciaires : Carhuacocha, Juhuacocha, Solterococha, Mitucocha et Jurau, parmi d'autres.

La cordillère comporte également de nombreux sommets secondaires, entourant ceux recouverts de glace, et plusieurs cols situés à des altitudes dépassant les 5 000 mètres. Les zones de végétation de cordillère font partie de l'écorégion puna humide des Andes centrales[1].

La zone est très peu peuplée, les rares villages sont situés en dessous des 4 000 m d'altitude (la limite des neiges éternelles se trouve à environ 4 800 m). Les villages les plus proches sont Chiquián (es) (3 400 m) et Cajatambo (es) (3 375 m).

Principaux sommets[modifier | modifier le code]

Cordillère principale[modifier | modifier le code]

Vue des Rondoy, Jirishanca, Yerupajá Chico et Yerupajá depuis le mirador de Chiquián.
Vue du Yerupajá (6 617 m).

Du nord au sud :

  • Ninashanca (5 607 m)
  • Nevado Rondoy (5 870 m)
  • Mitaraju (5 750 m)
  • Jirishanca Chico (5 446 m)
  • Jirishanca (6 126 m)
  • Yerupajá Chico (6 089 m)
  • El Toro (5 830 m)
  • Yerupajá (6 617 m)
  • Siula Grande (6 344 m)
  • Seria Punta (5 567 m)
  • Sarapo (6 143 m)
  • Sarapococha (5 370 m)
  • Carnicero (5 960 m)
  • Nevada Suerococha (5 625 m)
  • Nevada Jurau (5 674 m)
  • Nevada Huaraca (5 537 m)
  • Nevada Quesillo (5 600 m)
  • Trepecio (5 653 m)
  • Sueroraju (5 439 m)
  • Cuyoc (5 550 m)

Cordillère secondaire[modifier | modifier le code]

D'est en ouest :

  • Seria Norte (5 860 m)
  • Seria (5 543 m)
  • Seria Sur (5 230 m)
  • Rasac (6 017 m)
  • Tsacra Chico (5 548 m)
  • Tsacra Grande (5 774 m)
  • Huacrish (5 622 m)
  • Ancocancha Este (5 557 m)
  • Ancocancha (5 560 m)
  • Nevada Suerococha (5 350 m)

Géologie[modifier | modifier le code]

La cordillère Huayhuash est composée de roches sédimentaires du Crétacé. Plus précisément, de roches calcaires et des quartzites, répandues dans toute la région, ces roches comportent des intrusions occasionnelles de schistes argileux et d'ardoises carbonifères ou d'argiles rouges[3].

La zone tectonique de la cordillère Huayhuash est caractérisée par une structure qui maintient une défaillance unique en direction du nord-nord-ouest au sud-sud-est. La succession des anticlinaux-synclinaux peut être vue très clairement dans les vallées.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la cordillère est majoritairement froid et sec, en raison de l'influence des glaciers. Les températures descendent sous les °C la nuit, au-dessus de 4 000 mètres d'altitude. Dans les vallées abritant les rares villages, le climat est plus tempéré : les températures peuvent atteindre les 20 °C pendant la journée et redescendre entre °C et 15 °C pendant la nuit.

Les précipitations se concentrent de septembre/octobre à mars/avril. La période sèche d'avril à septembre est connue sous le nom d'« été andin ».

Écosystèmes[modifier | modifier le code]

La zone de la cordillère Huayhuash abrite des prairies andines de haute altitude et des parcelles de forêt[4]. Elle compte cinq zones écologiques parmi lesquelles : la forêt riveraine (ou forêt galerie), la garrigue (Matorral ou fruticée), les broussailles et les prairies de Puna, la forêt de montagne (forêts de montagne), les tourbières et les lacs (bofedals).

Faune[modifier | modifier le code]

Quelque 61 espèces d'oiseaux ont été identifiées dans la cordillère Huayhuash, dont dix espèces sont présentes sur la liste des espèces menacées d'extinction, ainsi que 14 espèces de mammifères, 2 espèces d'amphibiens et 2 espèces de poissons[2].

Voici quelques espèces d'animaux présentes dans la cordillère Huayhuash[2] :

Flore[modifier | modifier le code]

De nombreuses espèces de plantes sont présentes dans la cordillère Huayhuash. Le Quenual (Polylepis weberbaueri (en)) est un arbre qui pousse jusqu'à près de 5 000 m. Les forêts de Quenual constituent un habitat irremplaçable de beaucoup d'autres plantes et animaux[2]. L'aulne des Andes, Alnus acuminata, est également répandu, ainsi que des arbres du genre Polylepis[4].

Le Kalua kalua (Werneria nubigena (es)), qui a une fleur blanche semblable à la marguerite, pousse au niveau du sol. La Totora (Scirpus riparius) est une espèce de plante qui pousse à proximité des cours d'eau et des lacs. L'Atasuku (Gentianella weberbaueri) a une l'inflorescence caractéristique. La macha-macha (Pernettya prostate) a des fruits, semblables à de petits raisins, aux effets hallucinogènes pour ceux qui les consomment[2].

Il existe également des plantes médicinales comme Ezcorzonera ou ail rouge (Scadoxus multiflorus (en)), qui est utilisé pour soigner les infections des bronches. Le biologiste Roberto Arevalo a dressé un catalogue des espèces végétales présentes dans la cordillère Huayhuash. Il a identifié 272 plantes regroupées en 148 genres et 55 familles, parmi lesquelles[2] :

Histoire[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

Trekking[modifier | modifier le code]

Trekking sur le circuit andin dans la cordillère Huayhuash. À l'arrière-plan (de gauche à droite) : le Rasac, le Yerupajá, le Siula Grande et le Sarapu.

La cordillère est devenue un lieu prisé pour le trekking, notamment grâce au « circuit Huayhuash »[5] qui est considéré comme assez difficile et est nettement plus exigeant que le célèbre Chemin de l'Inca, au sud du Pérou. Les sentiers de la cordillère Huayhuash sont moins fréquentés que ceux de la cordillère Blanche, située à 50 km. Le circuit prend généralement entre 10 et 14 jours, en fonction de l'itinéraire emprunté.

La plupart des sentiers et des sites de campement sont situés au-dessus de la limite des arbres (4 000 mètres), de sorte que le paysage semble accidenté et montagneux, offrant des vues sur des zones très étendues. La région est connue pour ses lacs glaciaires spectaculaires. Les sources chaudes peuvent également être trouvés dans la région, au campement Viconga en particulier. Des condors, des lamas, des alpagas et des viscaches peuvent être observées. Les treks ont lieu pendant les mois secs de l'hiver (de mai à septembre) et les villes d'Huaraz et de Caraz, situées à 100 et 167 km respectivement, constituent le plus souvent les points de départ et les bases logistiques. Chiquián était la « porte d'entrée vers le Huayhuash » pendant longtemps, mais depuis quelques années, les bus quotidiens (appelés localement colectivos) s'enfoncent profondément dans les montagnes et desservent le village de Llamaq (3 300 m), à partir duquel il est possible de rejoindre le campement Cuartelwain, relié par une route à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Ce campement est souvent choisi comme point de départ et d'arrivée des circuits.

Plus exigeant encore, le « circuit alpin »[5], qui fait le tour des sommets à une distance moins grande. Le circuit alpin implique une partie d'escalade et la traversée de glaciers ; il nécessite 8 à 10 jours.

Sécurité[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la défaite effective du groupe en 1992, la cordillère Huayhuash était utilisée comme base arrière par le Sentier lumineux. Le , un groupe d'alpinistes canadiens et péruviens sont pris en otage pendant 12 heures après l'échec d'une tentative d'assassinat d'un groupe de membres de la police militaire. Aucun alpiniste ni policier ne sont blessés, mais un membre du Sentier lumineux est tué. À la fin des années, un groupe de trekkers européens sont volés et renvoyés à Huaraz avec pour message que les futurs « intrus » seraient tués. Les restes d'un campement de la guérilla peut être observé à proximité du lac Viconga, avec un stand de tir, des baraquements et un centre d'entraînement.

Deux trekkers étrangers sont tués à Cajatambo en , bien que le motif retenu ait été crapuleux. Par la suite, quatre marcheurs qui résistent à une tentative de vol sont tués en 2004. Depuis ce dernier incident, les communautés locales commencèrent à facturer un droit de « protection » pour avoir le droit de traverser des propriétés privées. La zone est considérée comme sure depuis lors.

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

En 2002, la zone réservée de la cordillère Huayhuash est créée dans la région sur une superficie de 67 589,76 ha, avec pour objectif la « conservation des écosystèmes de haute-montagne présent dans la cordillère Huayhuash, ainsi que l'exceptionnelle beauté de ses paysages ». Les activités minières qui avaient lieu dans la région sont désormais interdites.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b D. M Olson, E. Dinerstein et al., « Terrestrial Ecoregions of the World : A New Map of Life on Earth », BioScience, vol. 51, no 11,‎ , p. 933–938 (DOI 10.1641/0006-3568(2001)051[0933:TEOTWA]2.0.CO;2, lire en ligne[archive])
  2. a b c d e et f (es) « Flora y fauna », sur huayhuash.com
  3. Kinsl, 1957[réf. incomplète]
  4. a et b (es) « Cordillera Huayhuash - Servicio Nacional de Áreas Naturales Protegidas por el Estado », sur www.sernanp.gob.pe
  5. a et b (es) Circuits de trekking, nevados.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]