Continuité des parcs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Continuité des parcs
Auteur Julio Cortázar
Pays Drapeau de l'Argentine Argentine
Genre Nouvelle
Éditeur Gallimard
Date de parution 1956

Continuité des parcs est une nouvelle de Julio Cortázar publiée en 1956 dans son recueil intitulé Fin d'un jeu puis plus tard dans la réédition du recueil Les Armes secrètes, dont la première édition date de 1959. Cette nouvelle est l'une des plus célèbres de son auteur, elle s'achève sur un retournement final fondé sur une métalepse.

Résumé[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle raconte l'histoire d'un homme d'affaires qui est en train de lire un roman. Confortablement assis dans un fauteuil de velours vert, avec une vue sur un parc planté de chênes, il est absorbé par l’univers de la fiction, victime consentante d’une jouissive « illusion romanesque », comme l’indique le narrateur omniscient.

Extrait[modifier | modifier le code]

« Il se mit à lire les derniers chapitres. Sa mémoire retenait sans effort les noms et l'apparence des héros. L'illusion romanesque le prit presque aussitôt. Il jouissait du plaisir presque pervers de s'éloigner petit à petit, ligne après ligne, de ce qui l'entourait, tout en demeurant conscient que sa tête reposait commodément sur le velours du dossier élevé, que les cigarettes restaient à portée de sa main et qu'au-delà des grandes fenêtres le souffle du crépuscule semblait danser sous les chênes. »