Maniac Mansion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour la série télévisée, voir Maniac Mansion.
Maniac Mansion
Éditeur Lucasfilm Games
Jaleco (NES)
Développeur Lucasfilm Games
Realtime Associates (NES)
Concepteur Ron Gilbert
Gary Winnick
Musique Chris Grigg
David Lawrence

Date de sortie Commodore 64, Apple II
Octobre 1987
PC
Mars 1988
Amiga, Atari ST
1989
NES
1990 (AN)
22 octobre 1992 (EU)
Genre Aventure
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme Amiga, Apple II, Atari ST, Commodore 64, DOS, NES, Famicom
Média Cassette, 2 disquettes, cartouche
Contrôle Clavier, souris, manette de jeu

Moteur SCUMM

Maniac Mansion (Le manoir du maniaque) est un jeu d'aventure développé et édité par Lucasfilm Games. Initialement commercialisé sur Commodore 64 et Apple II en octobre 1987, le jeu est ensuite publié sur DOS en 1988, sur Amiga et Atari ST en 1989 puis sur NES en 1990. Il suit les aventures du jeune Dave Miller qui tente de sauver sa petite amie enlevée par un scientifique fou, le docteur Fred Edison, dont la famille est sous le contrôle d'une météorite qui s’est écrasée derrière leur maison vingt ans auparavant. Le joueur contrôle ses personnages grâce à une interface en pointer-et-cliquer et doit résoudre des énigmes pour avancer dans le jeu.

Le jeu est conçu par Ron Gilbert et Gary Winnick en 1985. Pour le scénario, ils s'inspirent des clichés des films d'horreur et de série B auxquels ils incorporent des éléments humoristiques. Les personnages sont basés sur des personnes qu'ils connaissent ainsi que sur des personnages de films, de comics ou de magazines d'horreur. L'apparence de la maison des Edison s'inspire du bâtiment principal du Skywalker Ranch où est à l'époque basé le studio de Lucasfilm Games. L'interface du jeu est construite de manière à améliorer le système utilisé dans les jeux d'aventure textuels de l'époque. Pour réduire la quantité de travail nécessaire pour créer le jeu, Ron Gilbert développe un moteur de jeu, baptisé Script Creation Utility for Maniac Mansion (SCUMM), qui est ensuite réutilisé dans un grand nombre de jeux d'aventure développés par le studio.

Considéré comme un titre phare du genre, Maniac Mansion est, à sa sortie, acclamé par la presse spécialisée. De nombreuses critiques saluent ainsi ses graphismes, ses scènes cinématiques, ses animations et son humour. Son interface en pointer-et-cliquer est considérée comme une révolution pour le genre et influence un grand nombre de jeux d'aventure. En 1990, le jeu donne également naissance à une série télévisée, écrite par Eugene Levy et mettant en scène Joe Flaherty, qui dure trois saisons et 66 épisodes. Une suite intitulée Day of the Tentacle est publiée par Lucasfilm Games en 1993. À sa sortie, elle est acclamée par les critiques et reste considérée comme un des meilleurs jeux du genre.

Trame[modifier | modifier le code]

Maniac Mansion se déroule dans la maison de la famille Edison composée du Docteur Fred, de la nurse Edna et de leur fils Ed[1]. La maison est également habitée par deux tentacules vivant avec la famille Edison, le tentacule pourpre et le tentacule vert[2]. La séquence d'introduction montre la chute d'une météorite qui s'écrase derrière la maison vingt ans avant les événements du jeu[1],[3]. La météorite prend alors le contrôle de la famille Edison et pousse le docteur Fred à récupérer des cerveaux humains pour ses expériences, sa famille l'encourageant dans ses recherches. Un jour, la petite amie de Dave Miller, la pom-pom girl Sandy Pantz, disparaît sans laisser de trace et Dave soupçonne le docteur Fred de l'avoir kidnappée[4]. Après l'introduction du jeu, Dave et ses deux amis se préparent à entrer dans la maison pour sauver Sandy[1],[3]. Le joueur doit alors sélectionner parmi six personnages les deux qui accompagneront Dave[2].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Maniac Mansion est un jeu d'aventure en deux dimensions qui se joue en vue à la troisième personne. Par l’intermédiaire d’une interface en pointer-et-cliquer, le joueur contrôle ses personnages et doit résoudre des énigmes pour avancer dans le jeu[1],[5]. Il peut interagir avec son environnement par l'intermédiaire de quinze commandes verbales, comme « parler à » qu'il peut utiliser pour communiquer avec un personnage[2],[6]. Chaque personnage possède des capacités qui lui sont propres. Par exemple, Syd et Razor peuvent jouer d'un instrument et Bernard peut réparer des appareils[7]. Le jeu peut être terminé avec n'importe quelle combinaison de personnages. Certaines énigmes ne peuvent en revanche être résolus qu'avec des capacités spécifiques et le jeu peut donc être terminé de différentes manières en fonction des personnages sélectionnés par le joueur[1],[8]. L'action est fréquemment interrompue par des scènes cinématiques, un terme inventé par Ron Gilbert[9],[10], des séquences animées non-interactives, qui fournissent au joueur des informations au sujet des actions des personnages non-joueurs et qui permettent de faire avancer l'histoire[1],[2]. En dehors du tentacule vert, les habitants de la maison sont des menaces pour les personnages contrôlés par le joueur et peuvent les enfermer ou les tuer s'ils les voient. Si tous les personnages meurent, la partie est terminée. Le jeu possède cinq fins qui dépendent des personnages sélectionnés, des personnages qui survivent et des événements qui se déroulent pendant la partie[11].

Développement[modifier | modifier le code]

Conception[modifier | modifier le code]

La conception de Maniac Mansion commence en 1985 et Lucasfilm Games en confie le développement à Ron Gilbert et Gary Winnick[12]. Ron Gilbert vient alors d’être engagé pour trois mois par Noah Falstein afin de programmer le jeu Koronis Rift et Gary Winnick travaille à l’époque sur le développement de Labyrinth: The Computer Game au cours duquel il fait connaissance avec Gilbert et découvre que celui-ci partage ses goûts en matière d’humour, de films et de programmes de télévision. Gilbert est alors engagé à plein temps par Lucasfilm Games. Comme pour les autres titres développés à l’époque par le studio, la direction de la société laisse beaucoup de libertés à l’équipe de développement ce qui, d’après Gilbert, explique le succès de ces jeux[4].

Une maison blanche avec un toit noir en face de collines verdoyantes et forêts.
Le bâtiment principal du Skywalker Ranch a inspiré le design de la maison des Edison.

Les deux développeurs collaborent sur l’écriture du scénario et la conception du jeu mais travaillent séparément pour la programmation et la conception artistique. Gilbert se charge ainsi de la programmation alors que Winnick crée les visuels du jeu. S’inspirant de leur passion commune pour les films d’horreur de série B, ils décident de créer un jeu qui mélange humour et horreur et qui se déroule dans une maison hantée[12]. Ils sont notamment influencés par un film d’horreur, qu’ils jugent ridicule, dans lequel des adolescents se font massacrer un par un dans une maison sans jamais avoir l’idée de sortir de celle-ci. Le duo combine ensuite cette idée avec les clichés des films d’horreur populaires de l’époque, comme Vendredi 13 ou Les Griffes de la nuit, pour définir le cadre du jeu[4]. Le début du développement donne lieu a de nombreuses expérimentations et est très « organique ». D’après Gilbert, « peu de choses sont écrites » et les idées viennent spontanément. Durant cette période, Lucasfilm Games déménage et s’installe dans les Stable House du Skywalker Ranch. Winnick décide alors de s’inspirer du bâtiment principal de celui-ci pour concevoir l’aspect de la maison dans laquelle se déroule l’aventure[5]. Il transpose ainsi dans le jeu plusieurs pièces du bâtiment principal, comme par exemple la bibliothèque et ses escaliers en spirale ou la pièce des médias, avec son écran géant et son grand piano[13],[4]. Le duo choisit de se focaliser sur l'histoire et les personnages et essaie de maintenir un équilibre entre « un sentiment de danger et l'humour »[14]. Les premiers concepts de personnages mettent en scène une fratrie et leur amis. Ces concepts évoluent ensuite peu à peu jusqu'à aboutir aux personnages de la version finale[13]. Pour les concevoir, Gilbert et Winnick s’inspire de stéréotypes mais aussi de personnes qu'ils connaissent. Par exemple, le personnage de Razor est basé sur la petite amie de Winnick de l'époque[5],[13]. Pour la famille Edison, ils s’inspirent de différents personnages de films et d’éléments des magazines publiés par EC Comics et Warren Publishing[4]. C'est alors qu'ils pensent à donner à chaque personnage des capacités différentes[5]. Limités par la capacité des supports de l'époque, ils abandonnent certaines idées de personnages[12]. Pour parodier les films d'horreur, ils insèrent de nombreux clichés dans le scénario[5]. Par exemple, la météorite qui prend le contrôle de la famille Edison s'inspire du sketch La Mort solitaire de Jordy Verrill du film d'horreur Creepshow de 1982. Ils ajoutent également une plante carnivore, qui se nourrit comme un humain, basée sur le méchant du film La Petite Boutique des horreurs sorti en 1986[13].

Les deux concepteurs ont des difficultés à choisir le type de jeu vidéo qu'ils souhaitent réaliser. Gilbert décrit ainsi leurs premières idées comme étant « déconnectées ». Alors qu'il rend visite à sa famille pour Noël, Gilbert voit son cousin jouer à King's Quest: Quest for the Crown. Il comprend alors que les concepts qu’ils ont imaginés peuvent fonctionner dans un jeu de ce type et passe le reste de ses vacances à jouer pour se familiariser avec le genre[13]. Gilbert et Winnick conçoivent la structure de base et l'histoire de Maniac Mansion avant de commencer à programmer le jeu. La première version de celui-ci est un simple jeu de papier et crayon, le plan de la maison servant de plateau de jeu et des cartes représentant les personnages et les événements[5]. Des lignes reliant les différentes pièces illustrent les chemins pouvant être empruntés par le joueur. Pour organiser les énigmes du jeu et déterminer les différentes combinaisons d'objets et de personnages, ils utilisent un réseau d'acétate de cellulose. Impressionné par la complexité du résultat, Winnick intègre la carte ainsi obtenue dans le jeu sous la forme d'une affiche[13]. Chaque personnage pouvant contribuer à avancer dans l'aventure grâce à des talents et des ressources différentes, le duo met plusieurs mois à concevoir les différentes combinaisons d'événements possibles. Le développement du jeu prend ainsi beaucoup de retard et Lucasfilm envisage de licencier Gilbert[12]. Bien que les événements du jeu aient été définis en amont, ils ne commencent à écrire les dialogues qu'après avoir commencé la programmation du jeu[5]. Ceux-ci sont écrits par David Fox[4].

Équipe de développement[modifier | modifier le code]

Ron Gilbert, le créateur du jeu.

Graphismes[modifier | modifier le code]

Le jeu est d'abord destiné à l'ordinateur personnel Commodore 64 et les développeurs doivent donc limiter sa taille afin qu’il tienne dans les 64 KB de mémoire de la machine[12]. Pour cela, ils décident d'utiliser la technique du scrolling pour faire défiler les décors des pièces et ainsi limiter le nombre d’éléments qui s’affiche simultanément à l’écran[13],[9]. Avec des graphismes en bitmap, ils ne peuvent cependant pas utiliser cette méthode car elle demande trop de mémoire pour le Commodore (environ 8 ko). Ils doivent donc réduire le niveau de détail des personnages afin qu’ils ne prennent qu'un kilooctet pour permettre le scrolling des décors. Le jeu utilise des sprites de 8x8 pixels. Pour passer outre les limitations des chipsets VIC-II du Commodore, qui ne permettent pas d’utiliser plus de 256 sprites, Gilbert décide de concevoir un programme capable de générer des sprites à partir des pixel arts réalisés par Winnick. Ce programme compare les sprites du jeu puis en génère des copies approximatives capable de remplacer plusieurs sprites différents. Après plusieurs itérations de ce procédé et après avoir inspecté le résultat, les développeurs parviennent à réduire suffisamment le nombre de sprites. Pour rendre les personnages facilement reconnaissables, Winnick leur dessine des têtes relativement grosses. Chaque personnage est constitué de trois sprites multicolores superposés. Le Commodore 64 ne pouvant supporter des sprites d’une largeur supérieure à 24 pixels, les développeurs s’arrangent pour que les animations des personnages ne sortent jamais de ce cadre[13].

Création du moteur de jeu[modifier | modifier le code]

Gilbert commence à programmer le jeu en assembleur pour le microprocesseur 6502 qui est à l'époque la norme pour les jeux sur Commodore 64[5],[13]. Il réalise cependant rapidement que le jeu est trop complexe pour être facilement programmé dans ce langage et qu'ils ont besoin d’un moteur de jeu similaire à l'Adventure Game Interpreter de Sierra On-Line[5],[12]. Gilbert pense au départ utiliser le langage LISP mais il choisit finalement une syntaxe plus proche du C[13]. Il discute du problème avec un autre employé de Lucasfilm, Chip Morningstar, qui l'aide à construire les fondations du moteur de jeu que Gilbert va ensuite finaliser[15]. Il conçoit le moteur de jeu afin de le rendre multitâche et ainsi permettre aux concepteurs d’isoler et de manipuler certains objets du jeu indépendamment des autres[13]. La majeure partie des six à neuf mois premiers de développement est ainsi consacrée à la construction du moteur de jeu[4].

Lorsqu’il est encore au lycée, Gilbert apprécie les jeux comme Colossal Cave Adventure ou les titres développés par Infocom, mais il regrette qu’ils ne soient pas dotés de graphismes[13],[15]. Il pense en effet que les éléments visuels incorporés dans les jeux d’aventures par des studios comme Sierra Entertainment ajoutent une dimension supplémentaire au genre et constituent une réelle amélioration. Il regrette en revanche qu’ils soient basés sur une interface en ligne de commande[15]. Son objectif est donc de créer une interface capable de restituer la structure d’un jeu d’aventure en mode texte classique mais qui dispense le joueur de taper des lignes de commandes[12]. Dans King's Quest, il regrette en effet qu’il soit nécessaire de deviner la commande à utiliser pour réaliser une action et considère qu’il devrait être possible d’interagir directement avec les éléments qui apparaissent à l’écran. Son raisonnement le conduit à penser que si un élément apparaît à l’écran, le joueur doit pouvoir cliquer dessus et que par extension, le joueur doit également pouvoir cliquer sur une commande[13]. Il imagine alors une nouvelle interface plus simple, basée sur le principe du pointer-et-cliquer, qui dispense le joueur de taper des lignes de commandes[16]. Il répertorie au départ une quarantaine de commandes verbales puis simplifie peu à peu cette liste jusqu’à la réduire à douze commandes essentielles. Il intègre ensuite celles-ci dans le langage de script de manière à créer un interpréteur similaire à ceux utilisés par Sierra, comme l'Adventure Game Interpreter et le Sierra Creative Interpreter[13],[17]. Après environ un an de développement, il termine le moteur de jeu qu’il baptise Script Creation Utility for Maniac Mansion. Celui-ci permet notamment aux développeurs de s’affranchir de programmer en langage de bas niveau, ce qui réduit le temps nécessaire pour développer d’autres jeux du même type. Il permet aussi de faciliter l’adaptation du jeu à d’autres plates-formes[5],[12].

Script et tests[modifier | modifier le code]

Pour écrire le script du jeu, Gilbert est assisté de David Fox, un des développeurs de Labyrinth: The Computer Game, qui est alors en attente d'un nouveau projet. Celui-ci ne doit au départ travailler qu’un mois sur le jeu, mais il participe finalement au projet pendant près de six mois[5]. Après avoir discuté des événements du jeu avec les deux concepteurs, il utilise le moteur pour créer les pièces de la maison[13]. Les développeurs délimitent ensuite dans ces pièces les zones dédiées que les personnages peuvent traverser[9]. Avec Gilbert, David Fox a également écrit les dialogues et chorégraphié l’action du jeu. Il a aussi proposé quelques idées, comme celle de mettre un hamster dans le four à micro-ondes qu’il imagine après avoir regardé les artwork dessinés par Winnick[5].

Lorsqu'ils élaborent le script du jeu, les développeurs veulent s’assurer que l’aventure est amusante et qu’elle ne punit pas le joueur pour avoir utilisé la même logique que dans le monde réel. En effet, Fox note que dans Space Quest II, le personnage du joueur peut brusquement mourir en se coupant avec un verre cassé. Il considère ce procédé comme « sadique » puisqu'il est en réalité facile de ramasser un bout de verre sans mourir. L’équipe souhaite donc éviter ce genre de mort subite afin d'éviter au joueur de devoir constamment revenir à une sauvegarde antérieure[5]. Pour cela, ils incluent un certain nombre de possibilités qui donnent au joueur plus de liberté. Ainsi, même si le personnage peut être tué au cours de l’aventure, il est impossible de l’être autrement qu’intentionnellement.

En scriptant le jeu, les développeurs réalisent que la multiplicité des personnages augmente sensiblement la complexité du jeu et entraîne un certain nombre de problèmes, comme ces situations cul-de-sac à partir desquelles le joueur ne peut plus finir le jeu. Pour les résoudre, l’équipe doit souvent modifier certaines énigmes. Lucasfilm Games ne dispose à l’époque que d’un testeur et beaucoup d’erreurs de ce type ne sont donc pas détectées, malgré l'aide apporté par l'oncle de Gilbert pour tester le jeu[13],[18].

Versions[modifier | modifier le code]

Versions originale[modifier | modifier le code]

Alors que pour ses précédents jeux, Lucasfilm Games fait appel à des éditeurs indépendants, le studio décide de prendre en main la publication de Maniac Mansion[5],[19]. Lucasfilm Games recrute alors Ken Macklin, une connaissance de Gary Winnick, pour concevoir l'artwork de l'emballage. Pour créer l’arrière de la boîte, Gilbert et Winnick collaborent avec le département marketing du studio. Le duo crée également un encart qui inclut des conseils, le background du jeu et des blagues[13]. Après 18 à 24 mois de développement, le jeu est présenté lors du Consumer Electronics Show de Chicago en 1987[4],[20]. Le jeu est d'abord publié sur Commodore 64 et Apple II en octobre 1987[21]. Après la plainte d'un client de Toys “R” Us au sujet du mot « luxure » (« lust » en anglais) qui apparaît à l'arrière de la boîte, le magasin retire le jeu de ses rayons jusqu'à ce que Lucasfilm Games modifie l'emballage du jeu. Le jeu est ensuite publié sur PC en mars 1988, sur Amiga et Atari ST en 1989 puis sur NES en 1990[13].

Version NES[modifier | modifier le code]

Le développement de la version NES du jeu est supervisée par Douglas Crockford.

Maniac Mansion est le premier jeu développé par Lucasfilm Games pour la NES[22]. Les développeurs font alors face à une charge de travail trop importante qui les empêche de se focaliser sur cette adaptation, Douglas Crockford se porte donc volontaire pour gérer le projet. Du fait des différences fondamentales entre le PC et la NES, il doit adapter le moteur de jeu a cette dernière et une version modifiée du SCUMM, baptisée « NES SCUMM », est créée pour l’occasion[23]. La NES utilise notamment une résolution d'écran différente, qui implique une refonte complète des graphismes, et peut accomplir certaines tâches plus rapidement que les PC de l’époque[24],[23]. Pour tester l’adaptation, Crockford fait appel à Tim Schafer qui travaillera plus tard sur plusieurs autres jeux d’aventure développés par Lucasfilm Games dont Day of the Tentacle[25].

Pour la version PC du jeu, Lucasfilm Games demande de censurer certaines obscénités dont notamment la phrase d'introduction de Dave Miller, « Don't be a shit head », qui est transformé en « Don't be a tuna head ». Pour la version NES, la censure va encore plus loin afin de d'adapter le jeu à un public plus jeune et être ainsi en accord avec la politique de Nintendo[4]. Le président de Jaleco USA, Howie Rubin, met alors en garde Crockford au sujet des éléments du jeu que Nintendo est susceptible de censurer, comme par exemple le mot « tuer ». Crockford prend en compte cette mise en garde et fournit donc à Jaleco une liste des éléments du jeu qui, selon lui, peuvent être perçus comme n'étant pas appropriés. L’équipe de Jaleco juge alors le contenu du jeu « raisonnable » et Lucasfilm soumet une première version du jeu à Nintendo pour approbation[23]. Un mois après réception du jeu, Nintendo fournit au studio un rapport qui liste les textes et les images qui doivent être censurés. Crockford modifie alors le contenu du jeu en prenant garde à respecter les aspects essentiels de celui-ci. Nintendo souhaite par exemple retirer les graffitis qui apparaissent au mur d'une pièce mais ces derniers donnent des conseils au joueur et il ne peut donc pas l'enlever sans supprimer du même coup de message d'aide. Il décide donc de simplement réduire la longueur du message. D'après l'éditeur, certains dialogues sont également problématiques. C’est par exemple le cas des répliques d’Edna, jugées trop suggestives, et d'une phrase du docteur Fred « getting your pretty brains sucked out ». Pour cette dernière, Nintendo explique ainsi que c’est le mot « sucked » qui pose problème et Crockford décide donc de le remplacer par le terme « removed » et, par souci de cohérence, de supprimer une affiche de la chambre du tentacule vert où est écrit « Disco Sucks ». Nintendo met également en avant des problèmes liés à la nudité entre autres sur une affiche qui représente une momie dans une pose de playmate, sur un calendrier de maillot de bain et sur une statue de femme. Crockford accepte de supprimer l’affiche et le calendrier mais considère que la statue doit rester dans le jeu puisque celle-ci est basée sur une sculpture de Michel-Ange. Les censeurs de Nintendo proposent alors de la modifier, ce qui pousse Lucasfilm Games à retirer la statue du jeu. Nintendo va jusqu'à faire censurer le terme « NES SCUMM » (en anglais, « scum » peut signifier « ordure » ou « salaud ») qui apparaît à la fin des crédits du jeu et Crockford se demande alors pourquoi les censeurs ont négligé certains contenus plus offensants. Rétrospectivement, Crockford juge que les standards imposés par Nintendo tendent à rendre les jeux « insipides »[23].

Après avoir implémenté ces modifications, Lucasfilm Games soumet à nouveau Maniac Mansion à Nintendo qui l’édite alors à 250 000 exemplaires[23],[26]. L’adaptation du jeu est annoncée par le magazine officiel de l’éditeur, Nintendo Power, début 1990[7],[27]. Le magazine continue ensuite de couvrir l’actualité du jeu jusqu'à sa publication par Jaleco en septembre 1990[22].

La possibilité de mettre un hamster au micro-ondes est présente dans la version NES du jeu et Crockford juge que cela montre à quel point les critères de censure de Nintendo sont compliqués[23],[28]. Ce détail est plus tard remarqué par Nintendo qui demande alors sa suppression. Cependant, la version NTSC n'est pas rééditée et le jeu disponible en Amérique du Nord contient donc toujours cette erreur. Elle a néanmoins été corrigée dans la version publiée en région PAL[12],[28].

L'adaptation de la musique est réalisée par le studio Realtime Associates. Comme la plupart des portage précédents des titres de Lucasfilm Games, la version NES du jeu ne contient au départ pas de musique de fond. Tard dans le développement, Jaleco demande néanmoins d'en ajouter. Le fondateur et président de Realtime Associates, David Warhol, note en effet que les jeux vidéo de l'époque « doivent avoir de la musique en continu ». Warhol demande donc à David Hayes, à George Sanger et au groupe de celui-ci, Team fat, d'écrire les musiques du jeu. Les musiciens composent alors des musiques adaptées aux différents personnages, avec par exemple un thème punk rock pour Razor, un thème électro-rock pour Bernard et un thème surf rock pour Jeff. Pour le personnage principal, Hayes s'inspire de la chanson The Boys Are Back in Town de Thin Lizzy. Warhol se charge ensuite d'adapter les musiques au format chiptune de la NES[29].

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Maniac Mansion
Média Nat. Notes
Sur Commodore 64 (1987)
ACE GB 82 %[6]
Commodore User GB 80 %[30]
Gen4 FR 94 %[31]
Tilt FR 17/20[32]
Zzap!64 GB 93 %[2]
Sur Amiga (1989)
Amiga Action GB 81 %[33]
Amiga Format GB 73 %[34]
The One GB 83 %[35]

À la sortie du jeu en 1987, ses graphismes sont jugés plutôt réussis. Les critiques mettent notamment en avant le niveau de détail et la qualité de l’animation des sprites représentant les personnages. Ils notent ainsi que chacun d’eux est bien réalisé et « dispose d’une garde-robe correspondant bien à son caractère »[6],[36]. La presse souligne également le fait que les lèvres des personnages bougent lorsqu’ils parlent et juge le résultat convaincant même si ces mouvements ne correspondent pas à ce qu’ils disent[6],[3]. Les scènes cinématiques du jeu sont particulièrement bien reçues, la presse spécialisée notant qu’elles sont créatives et bien réalisées[3],[37]. D’après certaines critiques, ces scènes parviennent à donner au joueur des informations pour avancer tout en renforçant le suspense et le sentiment d’urgence du jeu. Les similarités entre ces dernières et le cinéma valent au jeu d’être souvent comparé à des films[36]. Les critiques le comparent ainsi au film à sketches The Rocky Horror Picture Show, mais aussi à des films d’horreur comme Psychose, Vendredi 13, Massacre à la tronçonneuse, La Famille Addams ou Scooby-Doo[2],[30],[38]. Un journaliste fait également le lien entre les cinématiques du jeu et celles de précédents titres développés par Lucasfilm Games comme Koronis Rift ou Labyrinth: The Computer Game[39]. De son côté, l’ambiance sonore du jeu ne fait pas l’unanimité. Ainsi, si certaines critiques mettent en avant la qualité de la bande son, d’autres regrettent la quasi-absence de musique[3],[37]. Au niveau de l’ambiance, la presse spécialisée fait l’éloge de l'humour noir du jeu et note que contrairement à beaucoup de films et de romans d’horreur, il parvient à maintenir un parfait équilibre entre humour et suspense[30],[3]. Les critiques mettent notamment en avant les private joke et les références à des classiques présentes dans le jeu. Son scénario est jugé cohérent et intéressant, voire incroyable[3],[31].

Les journalistes font également l’éloge de son interface en pointer-et-cliquer qu’ils jugent très facile à prendre en main, certains la décrivant même comme « l’une des interfaces les plus pratiques jamais élaborées »[3],[31]. Le journaliste du magazine ACE regrette néanmoins le nombre de commandes limité mais note que ce problème est largement compensé par l’intelligence du programme[6]. Au niveau du gameplay, la possibilité de contrôler plusieurs personnages et de passer de l’un à l’autre à tout moment est décrite comme l’un des points fort du jeu[6]. Les critiques notent en particulier que les personnages ont chacun un caractère et des compétences qui lui sont propres et que celles-ci peuvent influencer la manière de résoudre certaines énigmes du jeu. D’après eux, le jeu peut ainsi être rejoué plusieurs fois avec différentes équipes[3],[31]. Les énigmes sont décrites comme étant variés et d’une difficulté modérée et le journaliste de Computer Gaming World note qu’elles améliorent réellement le jeu et ne se contentent pas d’obstruer le joueur en le mettant dans des situations dont il ne peut se sortir. Certains critiques considèrent néanmoins que compte tenu de la faible difficulté des énigmes, le jeu n’est pas conseillé aux joueurs les plus expérimentés[6],[3]. Globalement, le jeu reçoit un accueil très positif et les journalistes le décrivent souvent comme l’un des meilleurs jeux du genre[6],[31],[39].

Postérité[modifier | modifier le code]

Impact culturel[modifier | modifier le code]

Les rétrospectives désignent Maniac Mansion comme un jeu particulièrement influant qui a contribué à réinventer le gameplay des jeux d’aventure graphique. La presse spécialisée note en particulier que supprimer la nécessité de « deviner le verbe » pour réaliser une action rend l’interface plus intuitive et permet au joueur de se focaliser sur l’histoire et les énigmes pour une expérience de jeu moins frustrante et plus amusante[12],[40]. Les journalistes considèrent que Maniac Mansion a défini le style de Lucasfilm Games et qu'il a contribué à faire du studio un développeur de référence dans le domaine des jeux d’aventure graphique[12],[41]. D’après ces rétrospectives, son succès, et celui de titres comme Space Quest ou encore Leisure Suit Larry, inaugure l’âge d’or des jeux d’aventure humoristiques, et permet au genre de devenir commercialement viable[41],[10]. C’est également un des premiers jeux vidéo à introduire le placement de produit, technique qui est ensuite reprise dans des jeux comme Teenage Mutant Ninja Turtles II, Zool, ou Tapper[42].

Impact technologique[modifier | modifier le code]

Le moteur de jeu de Maniac Mansion, le SCUMM, est également considéré comme une révolution pour le genre[40]. Les rétrospectives soulignent notamment le fait qu’il est utilisé dans onze jeux d’aventure développés par LucasArts dans les dix années qui suivent et qu’après avoir quitté le studio en 1992, Ron Gilbert le réutilise pour créer des jeux d’aventure au sein de Humongous Entertainment[12],[13]. Un journaliste attribue ce succès à un souhait d’optimiser le processus de développement et de produire des jeux d’aventure plus amusants. Il note que d’autres studios de développement adoptent ensuite un système similaire[12]. Rétrospectivement, Ron Gilbert juge avoir fait un certain nombre d’erreurs en développant le jeu, comme les situations où le joueur se retrouve bloqué, et qu’il a donc amélioré le concept pour les jeux sur lesquels il a ensuite travaillé, comme par exemple pour les Monkey Island[12],[13].

Adaptation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Maniac Mansion.

En 1990, le jeu fait l’objet d’une adaptation en série télévisée issue d’une collaboration entre Lucasfilm, The Family Channel et Atlantis Films[43],[44]. La série est diffusée sur la chaine The Family Channel à partir de septembre 1990 aux États-Unis puis au Canada sur YTV[45],[46]. La série reste ensuite à l’antenne pendant trois saisons, 66 épisodes ayant été tournés[4]. Bien qu’elle s’inspire en partie du jeu vidéo, son scénario est très différent de celui du jeu[13]. Celui-ci se focalise en effet sur la vie de famille des Edison, Joe Flaherty jouant le rôle du docteur Fred. L’équipe scénaristique est dirigée par Eugene Levy[43]. Lors de sa diffusion, la série est bien accueillie par les critiques[47],[48],[49]. Ainsi, le Time magazine la considère comme une des meilleures séries de l’année[50]. Certaines critiques, comme celle de Ken Tucker dans le magazine Entertainment Weekly, se demandent cependant comment celle-ci a atterri sur The Family Channel compte tenu de l’humour « SCTV » de Flaherty[48].

Suite[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Day of the Tentacle.

Début 1990, LucasArts demande à Dave Grossman et à Tim Schafer, qui avaient travaillé avec Gilbert sur la série Monkey Island, de concevoir une suite à Maniac Mansion intitulée Day of the Tentacle. Pour l’écriture du scénario, ils sont dans un premier temps aidés par Winnick et Gilbert, ce dernier ayant alors l’idée de baser les énigmes du jeu sur les voyages dans le temps[51]. Les deux concepteurs choisissent de garder un certain nombre de personnages du premier épisode, notamment Bernard et les Edison, mais ils abandonnent le système de sélection des personnages qui d’après eux n’apporte pas grand-chose au système de jeu. En hommage au premier épisode, le duo a incorporé dans le jeu un puzzle dans lequel le joueur doit congeler puis décongeler un hamster[52]. Ils ont également donné au joueur la possibilité de jouer au jeu original via un ordinateur disponible dans le jeu[12]. Comme son prédécesseur, Day of the Tentacle utilise le moteur SCUMM. Il est le premier jeu développé par LucasArts à inclure des doublages. Publié en juin 1993[53], le jeu est très bien accueilli par la presse spécialisée à sa sortie et reste aujourd’hui considéré comme une référence du genre[54],[55].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Laurel 1987, p. 1-5.
  2. a, b, c, d, e et f (en) Paul Summer, Julian Rignall et Steve Jarrat, « Maniac Mansion », Zzap!64, no 32,‎ , p. 12-13 (ISSN 0954-867X).
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Charles Ardai, « The Doctor is in: An Appointment with Terror in Activision's Maniac Mansion », Computer Gaming World, no 47,‎ , p. 40–41 (ISSN 0744-6667).
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Stuart Hunt, « The Making Of Maniac Mansion », Retro Gamer, Imagine Publishing, no 94,‎ , p. 24–33 (ISSN 1742-3155).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (en) « The Making Of: Maniac Mansion », Edge, Future Publishing, no 151,‎ (ISSN 1350-1593, lire en ligne).
  6. a, b, c, d, e, f, g et h (en) The Pilgrim, « Maniac Mansion », ACE, no 2,‎ , p. 89.
  7. a et b (en) « Previews: Maniac Mansion », Nintendo Power, no 14,‎ juillet–août 1990, p. 62–63 (ISSN 1041-9551).
  8. (en) « Maniac Mansion », Nintendo Power, no 16,‎ septembre–octobre 1990, p. 14–19 (ISSN 1041-9551).
  9. a, b et c (en) Ron Gilbert, « Maniac Mansion in 9 », sur Grumpy Gamer,‎ .
  10. a et b (en) Christopher Buecheler, « The GameSpy Hall of Fame: Maniac Mansion », sur GameSpy.
  11. (en) Shay Addams, « Animated Adventuring in Maniac Mansion », Commodore Magazine, vol. 8, no 12,‎ , p. 48, 110.
  12. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o (en) « Behind the Scenes: Maniac Mansion + Maniac Mansion: Day of the Tentacle », GamesTM, Imagine Publishing, no 3,‎ , p. 22–27 (ISSN 1448-2606, OCLC 173412381).
  13. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t et u (en) Ron Gilbert, « Classic Game Postmortem: Maniac Mansion » [Flash Video], Game Developers Conference,‎ .
  14. (en) LucasArts Classic Adventures, LucasArts, , Introduction, p. 2.
  15. a, b et c (en) Daemon Hatfield, « Interview: SCUMM of the Earth », sur IGN,‎ .
  16. (en) Kim Wild, « Developer Lookback – LucasArts – Part One », Retro Gamer, Imagine Publishing, no 27,‎ , p. 32–39 (ISSN 1742-3155).
  17. (en) Bill Loguidice et Matt Barton, Vintage Games, Focal Press, (ISBN 978-0-240-81146-8), p. 160.
  18. Tim Schafer, « ''Double Fine Adventure! Ron Gilbert's Words of Wisdom to Tim Schafer », 2 Player Productions,‎ .
  19. « The Complete History of Star Wars Videogames – Episode II », Retro Gamer, Imagine Publishing, no 53,‎ , p. 56 (ISSN 1742-3155).
  20. (en) Keith Ferrell, « CES and COMDEX: A Tale Of Two Cities », COMPUTE!'s Gazette, General Media, no 87,‎ , p. 14 (ISSN 0737-3716).
  21. (en) « 20th Anniversary », LucasArts,‎ .
  22. a et b (en) « Classic Games List  », Nintendo.
  23. a, b, c, d, e et f (en) Douglas Crockford, « The Expurgation of Maniac Mansion ».
  24. (en) « NES Journal », Nintendo Power, no 14,‎ , p. 88 (ISSN 1041-9551).
  25. (en) « In the Chair with Tim Schafer », Retro Gamer, Imagine Publishing, no 22,‎ , p. 40 (ISSN 1742-3155).
  26. (en) Steven Kent, Ultimate History of Video Games, Prima Publishing, (ISBN 978-0-7615-3643-7), « The New Empire », p. 365–366.
  27. (en) « Gossip Galore », Nintendo Power, Nintendo, no 11,‎ , p. 93 (ISSN 1041-9551).
  28. a et b (en) Joe Santulli, Digital Press Video Game Collector's Guide, Digital Press, (ISBN 978-0-9709807-0-0).
  29. (en) David Warhol, « LucasArts' Secret History: Maniac Mansion: Memories from the developers, and music downloads », sur The International House of Mojo,‎ .
  30. a, b et c (en) Bill Scolding, « Maniac Mansion », Commodore User, no 51,‎ , p. 42 (ISSN 0265-721X).
  31. a, b, c, d et e (fr) « Maniac Mansion », Gen4, no 16,‎ , p. 70-72.
  32. (fr) A.H., « Maniac Mansion », Tilt, no 51,‎ , p. 96.
  33. (en) Steve Merrett, Steve White et Doug Johns, « Maniac Mansion », Amiga Action, no 5,‎ , p. 82-83.
  34. (en) Stephen Bradly, « Maniac Mansion », Amiga Format, no 49,‎ , p. 96 (ISSN 0957-4867).
  35. (en) Simon Byron, « Maniac Mansion », The One, no 57,‎ , p. 90 (ISSN 0962-2896).
  36. a et b (en) Keith Ferrell, « Maniac Mansion », COMPUTE!'s Gazette, General Media, no 53,‎ , p. 35–36 (ISSN 0737-3716, OCLC 649175217).
  37. a et b (en) Russ Ceccola, « Maniac Mansion », Commodore Magazine,‎ , p. 22–23 (ISSN 0814-5741, OCLC 216544886).
  38. (en) Shay Addams, « Maniac Mansion », Questbusters: The Adventurer's Newsletter, Addams Expedition,‎ , p. 3, 9.
  39. a et b (de) Boris Schneider et Heinrich Lenhardt, « Maniac Mansion », Happy-Computer, Markt+Technik Verlag,‎ (lire en ligne).
  40. a et b (en) Kristan Reed, « Maniac Mansion Review », sur Eurogamer,‎ .
  41. a et b (en) Rusel DeMaria et Johnny Wilson, High score!: The Illustrated History of Electronic Games, McGraw-Hill, (ISBN 978-0-07-223172-4), p. 140, 200
  42. (en) Per Anre Sandvik, « Strange Games », Retro Gamer, Imagine Publishing, no 15,‎ , p. 86 (ISSN 1742-3155).
  43. a et b (en) « On the Air », Nintendo Power, Nintendo, no 16,‎ , p. 89 (ISSN 1041-9551).
  44. (en) Benjamin Svetkey, « A Short Visit to Maniac Mansion », Entertainment Weekly, Time Inc., no 101,‎ (ISSN 1049-0434, lire en ligne).
  45. (en) Time Capsule: Reviews of Horror, Science Fiction and Fantasy Films and TV Shows from 1987-1991, iUniverse, (ISBN 978-0-595-21336-8), p. 144–145.
  46. (en) Kenneth McRoberts, Beyond Quebec: Taking Stock of Canada, McGill-Queen's University Press, (ISBN 978-0-7735-1314-3), p. 173.
  47. (en) Prouty, Variety TV Reviews 1991-92, vol. 17, Routledge, (ISBN 978-0-8240-3796-3).
  48. a et b (en) Ken Tucker, « TV Review: Maniac Mansion », Entertainment Weekly, Time Inc., no 34,‎ (lire en ligne).
  49. (en) Howard Rosenberg, « The New Season: Demented Experiment in Maniac Mansion », Los Angeles Times, Tribune Company,‎ (lire en ligne).
  50. (en) « Best of '90: TV », Time, Time Inc., vol. 136, no 28,‎ (ISSN 0040-781X, lire en ligne).
  51. (en) Kim Wild, « The Making Of Day Of The Tentacle », Retro Gamer, Imagine Publishing, no 81,‎ , p. 84–87 (ISSN 1742-3155).
  52. (en) Kim Wild, « Developer Lookback – LucasArts – Part 2 », Retro Gamer, Imagine Publishing, no 28,‎ , p. 20–25 (ISSN 1742-3155).
  53. (en) « 20th Anniversary: History Part 2 », LucasArts,‎ .
  54. (en) Chris Remo, « Day of the Tentacle Review », sur Adventure Gamers,‎ .
  55. (en) Travis Fahs, « Back to the Mansion », sur IGN,‎ .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Lien externe[modifier | modifier le code]