Comœdia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Comœdia (homonymie).
Comœdia
Description de cette image, également commentée ci-après

Le Comœdia, peu après sa réouverture en 2006

Lieu Lyon (Rhône)
Coordonnées 45° 44′ 52″ nord, 4° 50′ 04″ est
Inauguration 1914
Fermeture
Reconstruit en 1949
Nb. de salles 6
Capacité 980
Réseau Art et essai
Format de langue VOST
Format de projection numérique et 35 mm
Format de son Dolby / DTS
Direction Marc Bonny
Site web cinema-comoedia.com

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Comœdia

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

(Voir situation sur carte : métropole de Lyon)
Comœdia

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Comœdia

Le Comœdia est un complexe de salles de cinéma de Lyon.

Histoire du Comœdia[modifier | modifier le code]

En 1914, un forain, Jules Melchior Pinard, installe son projecteur rue Berthelot. Le succès de son attraction l'encourage à ouvrir trois salles fixes, dont le Berthelot[1], qui devient le Comœdia lorsqu'Émile Peyre le rachète en 1924. Ce dernier agrandit alors la salle pour proposer 900 places assises puis est un des premiers à s'offrir des équipements sonores et, encore plus tard, un système de projection 70 mm.

Les bombardements du détruisent le Comœdia, mais il est reconçu par l'architecte Georges Peynet et il ouvre de nouveau en 1949. La salle, alors équipée d'un écran plus moderne de 100m², est un énorme succès à Lyon, à tel point que même des Parisiens viennent régulièrement voir des films 70 mm qui ne sont plus projetés à Paris. C'est ensuite Pierre et Jacques Lapouble (fils de Rémi Lapouble, le gendre d'Émile Peyre) qui font passer au Comœdia le cap des complexes en dotant le cinéma de deux salles supplémentaires en 1974, puis trois autres en 1987. En 1979, Apocalypse Now inaugure en France le Dolby Stéréo au Comœdia.

Puis UGC rachète le complexe en 1993, proposant une offre de films grand public en versions originales. Malgré le succès apparent du Comœdia, UGC décide de le fermer en décembre 2003, reportant son offre sur ses autres complexes lyonnais de l'Astoria et du Ciné-Cité.

Au grand soulagement des cinéphiles lyonnais, le Comœdia est alors racheté et remis sur pied par Marc Guidoni et Marc Bonny, rénové par l'architecte Yann Lecocq (qui avait déjà réalisé l'agrandissement en 1984) et donc rouvert le . La partie inférieure de la grande salle de 700 places (sur deux niveaux) a été supprimée, réduisant le nombre de places à 292. Un long-métrage documentaire a également été réalisé à cette occasion : Comœdia, une renaissance[2].

Fin 2007, deux plaintes sont déposées contre le Comœdia: l'une par Uniciné pour concurrence déloyale à cause des 600 000 € de subventions publiques qui lui ont été accordées par le CNC[3], l'autre par UGC pour l'utilisation du nom commercial appartenant à UGC[4]. Le Comœdia lance alors un blog[5] et une pétition[6] pour recueillir des soutiens de spectateurs. Concernant la plainte pour l'utilisation du nom, UGC est condamné en référé en mars 2008 pour « procédure abusive »[7] et doit verser 7 000 € de dommages et intérêts au Comœdia.

En 2014, le Comœdia a annoncé l'ouverture prochaine de trois nouvelles salles. L'une comportera 165 places et les deux autres 65 places[8]. Elles seront situées au fond du cinéma, dans les anciens locaux de l'INPI.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Le Comœdia fait partie du GRAC.

Les 6 salles:

  • Salle 1: 297 places, écran de 14 m.
  • Salle 2: 116 places, écran de 7,2 m.
  • Salle 3: 89 places, écran de 6,5 m.
  • Salle 4: 230 places, écran de 12,3 m.
  • Salle 5: 170 places, écran de 8,8 m.
  • Salle 6: 78 places, écran de 5,8 m.

Accès[modifier | modifier le code]

Le cinéma Comœdia est desservi par le tramway Ligne T2, à la station Centre Berthelot.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les autres salles qu'il avait ouvert étaient le Saxe (devenu plus tard le Théâtre de la Tête d'Or) et le Lafayette (devenu par la suite le cinéma La Fourmi)
  2. Comœdia, une renaissance (2007), film documentaire d'Éric Guirado et Agnès Ribouton, produit par Marc Guidoni pour Fondivina Films.
  3. « Les cinémas municipaux agacent de plus en plus les circuits privés », in Le Monde, 21 novembre 2007.
  4. MLyon.fr, 22 novembre 2007.
  5. Blog du Comœdia, consulté le 4 décembre 2007.
  6. Texte de la pétition et pétition en elle-même sur le site du Comœdia (pages consultées le 4 décembre 2007)
  7. 20 minutes, édition lyonnaise, 1er avril 2008, p2.
  8. Jérémy Jeantet, « 3 nouvelles salles pour le Comœdia », sur LyonCapitale.fr, (consulté le 17 janvier 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]