Cnaeus Cornelius Lentulus Gaetulicus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cnaeus Cornelius Lentulus Gaetulicus
Fonctions
Préteur
Sénateur romain
Consul
Biographie
Naissance
Décès
Époque
Activités
Homme politique, poète, militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Fratrie
Cossus Cornelius Lentulus (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Cnaeus Cornelius Lentulus Gaetulicus (en)
Cossus Cornelius Lentulus Gaetulicus (d)
Decimus Junius Silanus Gaetulicus (d)
Cornelia Lentula Gaetulica (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Gens
Statut

Cnaeus Cornelius Lentulus Gaetulicus, né vers 8 av. J.-C. et mort en 39 ap. J.-C., est un consul, historien et poète romain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dernier fils du consul Cossus Cornelius Lentulus, il reçoit le cognomen après la victoire de son père contre les Gétules en 5-6 ap. J.-C.[1] Il est consul ordinaire en 26, avec Caius Calvisius Sabinus, son beau-frère, pour collègue. Gouverneur de Germanie supérieure en 29, il reste en poste dix ans. Accusé en 35 de crime de lèse-majesté par un certain Abudius Ruso, pour ses liens avec Séjan (il avait fiancé sa fille Cornelia au fils de Séjan), il reste « indemne et en pleine faveur » selon Tacite[2]. En 39, jugeant suspicieuse sa popularité auprès des troupes de Germanie supérieure et inférieure, Caligula le fait exécuter pour complot[3].

Marié à Apronia, fille de Lucius Apronius, ami de Sénèque le Jeune, il possédait une fortune estimée à 400 millions de sesterces

Œuvre[modifier | modifier le code]

Selon Sidoine Apollinaire, Pline le Jeune et Martial, Lentulus Gétulicus est l'auteur de poèmes licencieux[4]. Un fragment de trois vers d'un poème astronomique a également été préservé[5]. On doit peut-être l'identifier à un Gétulicus, auteur d'épigrammes de l'Anthologie grecque. Suétone lui attribue par ailleurs des écrits historiques[6], dont rien n'a été conservé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gideon Nisbet, Greek epigram in the Roman Empire: Martial's forgotten rivals, Oxford University Press, 2003, p. 197, note 32.
  2. Tacite, VI, 30, 2.
  3. Dion Cassius, 59, 22, V ; Suétone, Vie de Claude, 9.
  4. Martial, I, préface ; Sidoine Apollinaire, Carmina, IX, 256 ; Pline le Jeune, Lettres, V, 3, 5.
  5. Probus, scholie au vers I, 227 des Géorgiques de Virgile.
  6. Suétone, Vie de Caligula, 8.

Liens externes[modifier | modifier le code]