Claude Saint-Cyr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Cyr.
Claude Saint-Cyr
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Simone Martin (née en 1911 morte le ) plus connue dans le monde de la mode sous le nom de Claude Saint-Cyr, fut une des plus célèbres modistes de son temps.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa mère était née à Comiac, au hameau de Nauvioles. Normalienne, elle se destinait à la carrière d’institutrice quand elle connut Alfred Naudet, originaire de la Beauce. De cette union naquit la petite Simone. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, madame Naudet envoie sa fille chez ses parents, à Nauvioles.

Dans le livre Le Siècle en chapeaux (Jacqueline Demorex - Paris 1991) qui relate la vie de la célèbre modiste, Claude Saint-Cyr se souvient de « cette grande bâtisse au toit couvert de dalle de schiste, imposante comme une forteresse, où il n’y avait ni eau courante, ni électricité, mais une grande cheminée où il faisait bon s’asseoir… ». Elle est certaine que cette petite enfance dans le Haut-Quercy – dont elle n’a pas oublié le patois – lui a formé le goût. Elle raconte « …le moindre objet avait là-bas des proportions parfaites et tout ce qui m’entourait était fonctionnel, essentiel et naturel. Des murs de pierre aux toits de schiste en passant par les ustensiles de cuivre et d’étain et la lumière dorée sur l’horizon vallonné, tout était harmonieux ».

Rapidement elle s’intéresse aux chapeaux et travaille chez sa tante, modiste à Paris comme apprentie. En 1930, elle entre chez Gaby Mono, place Vendôme, puis chez Jean Patou, comme vendeuse. En 1937, elle ouvre son propre salon, rue du Faubourg-Saint-Honoré et s’impose d’emblée par son goût d’une élégance rigoureuse. C’est l’époque ou le chapeau est bien plus qu’un accessoire, c’est un univers à lui tout seul. Elle part en Angleterre et en 1953 elle présente sa première collection. Elle est, à ce moment-là, nous dit-on « une jeune femme superbe, une longue silhouette sportive, un visage bien structuré avec un beau nez droit, un menton volontaire et une élégance irréprochable ».

Elle se marie avec Georges Martin, un photographe de talent qui immortalise les plus beaux chapeaux de ses collections. Leur fille, Christine, passera plus tard toutes ses vacances scolaires à Comiac, auprès de ses grands-parents qui avaient fait construire une « villa » au lieu dit Moulène, à l’entrée du bourg de Comiac. Claude Saint-Cyr et son mari faisaient de courts séjours à Comiac pour accompagner sa fille et chaque fois, elle visitait la maison de Nauvioles à laquelle elle était restée très attachée.

Son ascension dans le monde du chapeau est fulgurante. À Paris, elle chapeaute les artistes telles Edwige Feuillère, Martine Carol… Ayant toujours eu un penchant pour l’Angleterre, une de ses clientes sera la duchesse de Windsor. Sa Majesté la reine Élisabeth ne manque pas de modistes, mais dès 1953, Claude Saint-Cyr fera régulièrement sa révérence au palais de Buckingham.

Claude Saint-Cyr chapeaute aussi la princesse Margaret, la reine mère et des dames de la Cour. Elle a coiffé Margaret pour son mariage. Pendant des décennies, Claude Saint-Cyr travaillera avec des couturiers comme Marcel Rochas, Nina Ricci, Robert Piguet et créera plus de dix mille chapeaux. Et elle continua à en concevoir malgré le déclin de cette mode. C’était sa passion.

Sa mère Madame Naudet, veuve, est venue pendant de nombreuses années passer toute la belle saison à Comiac dans la maison de Moulène. Simple, discrète, elle parlait de la carrière de sa fille avec beaucoup de modestie. Quant à Claude Saint-Cyr, elle vivait dans un moulin du XIIIe siècle, non loin de Paris, et qui, disait-elle « lui rappelait sa ferme du Lot »[1]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dans le livre Le Siècle en chapeaux (Jacqueline Demorex - Paris 1991)

Lien externe[modifier | modifier le code]