Aller au contenu

Claude Palmero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Claude Palmero
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (68 ans)
MonacoVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Claude Palmero, né le à Monaco, est un expert-comptable monégasque et l'administrateur des biens du prince Albert II de Monaco jusqu'en juin 2023[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Claude Palmero est le fils d'André Palmero[2], qui a fondé en 1959 le cabinet familial d'expertise comptable et de conseil juridique et fiscal et qui fut lui-même l'administrateur des biens du prince Rainier de 1980 à 2000, année de son décès[3],[4].

Claude Palmero est marié avec Josiane, professeur de lettres (FLE – Français enseigné comme Langue Étrangère) au collège Charles-III de Monaco[5]. Il a une sœur, Christiane Palmero, avocate à Monaco.

Éducation[modifier | modifier le code]

Élève au lycée Albert-Ier de Monaco[6], où il obtient son baccalauréat scientifique alors qu'il n'a que 15 ans, Claude Palmero étudie par la suite le management à l'École des hautes études commerciales de Paris - HEC (1974-1977) et, en parallèle, le droit des affaires à l'université Panthéon-Assas, où il obtient un DEA avec mention en 1980. La même année, Claude Palmero est diplômé de gestion comptable et d'expertise comptable.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1977, Claude Palmero commence sa carrière au sein d'Andersen à Paris. Il y acquiert une solide expérience en matière d'audit, d'organisation, de fusions-acquisitions et d'évaluation.

En 1987, il rentre à Monaco, où il reprend le cabinet familial qui sous, son impulsion, connaîtra un fort développement jusqu'à son rapprochement, en , avec PricewaterhouseCoopers. Aujourd'hui, son cabinet salarie une soixantaine d'employés[7]. Il compte parmi ses clients le Groupe Marzocco, en faveur duquel il va décider la vente de villa Bromar, en sa qualité de président de la fondation Hector-Otto[8].

En , quelques jours après le décès d'André Palmero, Rainier III nomme Claude Palmero aux fonctions d'administrateur des biens de la famille souveraine.

Controverse[modifier | modifier le code]

En juin 2023, Claude Palmero est démis de ses fonctions[9],[10] par Albert II de Monaco à la suite d'un épisode de l'émission télévisée Complément d'enquête[11] parti sur les traces d'un corbeau faisant fuiter des documents partiels ou falsifiés[12] obtenus par piratage d'e-mails. Deux hommes sont mis en examen pour leur rôle supposé dans cette opération de déstabilisation du pouvoir monégasque[13].

Plusieurs membres de la famille Grimaldi décident de saisir la justice pénale[14] après un audit sur l'utilisation des fonds de l'État de Monaco[15], notamment dans le cadre d'opérations immobilières[16].

De son côté, Claude Palmero attaque la famille princière au pénal pour harcèlement et calomnie[17]. Il entreprend en parallèle des démarches judiciaires visant à être rétabli dans ses fonctions et « pour laver son honneur »[18], portant l'affaire devant la Cour européenne des droits de l'homme en raison du manque d'indépendance des juges de Monaco, qui sont directement nommés par le souverain[19].

Dans une série d'articles d'enquête du Monde révélant les secrets financiers de la principauté, il est présenté comme un rempart contre la corruption rampante à Monaco, notamment dans le secteur de la promotion immobilière[20], alors que Monaco risque d'être de nouveau placé en liste grise des paradis fiscaux par Moneyval[21].

Philanthropie[modifier | modifier le code]

Claude Palmero est le président de la fondation Hector-Otto[22], qui œuvre en faveur des personnes âgées nécessiteuses et de l’enfance dans le besoin. La fondation gère notamment deux établissements pour personnes âgées, qui comptent entre 150 et 160 résidents[23],[24],[25].

Claude Palmero est membre d'honneur de l'Académie européenne de philatélie, et le président de la commission philatélique et numismatique de SAS le Prince Souverain de Monaco. Il est aussi président de la Commission artistique et de la Commission écologique du Palais princier[26],[27].

Décorations[modifier | modifier le code]

Claude Palmero est chevalier de l'ordre de Grimaldi et chevalier de l’ordre de Saint-Charles[28].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Documentation Palais princier de Monaco.
  2. André Palmero (1932-2000).
  3. Site de référence experts comptables Monaco.
  4. Organisation administrative du Palais Princier de Monaco Administrateurs ISM.
  5. Site officiel du collège Charles-III de Monaco.
  6. Site officiel du lycée Albert-Ier de Monaco.
  7. Site officiel de référence.
  8. « Dénonciation anonyme, soupçons et enquête... L'intrigante vente d'une villa d'exception à Monaco », sur Monaco-Matin, (consulté le ).
  9. Par Jean-Michel Décugis et Nicolas Jacquard Le 7 juin 2023 à 11h34, « Monaco : l’administrateur des biens du Prince Albert II démis de ses fonctions du Palais », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  10. Documentation de l'organisation administrative de Monaco.
  11. « "Complément d'enquête". Le corbeau qui fait trembler Monaco », sur Franceinfo, (consulté le ).
  12. « Des kilos de documents et des milliards d’euros en jeu : à Monaco, un « corbeau » fait trembler l’entourage du prince », sur Le Monde, (consulté le ).
  13. « Monaco : comment deux hommes qui visaient le prince ont semé la panique sur le Rocher », sur Journal du Dimanche, (consulté le ).
  14. La rédaction, « Audit mené après le départ de Claude Palmero: "nous avons décidé avec mes sœurs de saisir la justice pénale", indique le Prince Albert II », sur Nice-Matin, (consulté le ).
  15. Hélène Constanty, « Un proche du prince de Monaco au cœur d’une transaction immobilière controversée », sur Mediapart, (consulté le ).
  16. Hélène Constanty, « Les affaires privées du président du Tribunal suprême de Monaco », sur Mediapart, (consulté le ).
  17. [source : https://www.lemonde.fr/international/article/2024/01/22/monaco-plongee-dans-les-secrets-financiers-de-la-famille-princiere_6212311_3210.html Monaco : plongée dans les secrets financiers de la famille princière], Le Monde , 22 janvier 2024.
  18. « Renvoyé du Palais princier, Claude Palmero annonce qu'il va saisir la Cour européenne des Droits de l'Homme "avant la fin de l'année" », sur Nice-Matin, (consulté le ).
  19. Paule Gonzalès, « «Dossiers du Rocher»: Monaco poursuivi devant la CEDH », sur Le Figaro, (consulté le ).
  20. A Monaco, la chute de l’homme qui en savait trop, Le Monde, 24 janvier 2024
  21. Monaco : ces secrets financiers qui dérangent, Entreprendre, 24 janvier 2024
  22. Site officiel.
  23. « conseil-national.mc/actualites… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  24. Répertoire des entreprises.
  25. Nicolas Jacquard, « Monaco : enquête sur les coulisses de la vente d’un joyau de la Principauté », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  26. Profil AEPHIL.
  27. Référence AEPHIL.
  28. Remise des décorations.