Clara Petacci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une femme politique image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant une femme politique italienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Clara Petacci
Description de cette image, également commentée ci-après

Clara Petacci dans les années 1930.

Nom de naissance Clarice Petacci
Alias
« Claretta »
Naissance
Rome
Décès (à 33 ans)
Giulino di Mezzegra, Province de Côme
Drapeau de l'Italie Italie
Nationalité Italienne
Pays de résidence Italie
Profession
musicienne
Famille
fille de Francesco Saverio Petacci et Giuseppina Persichetti

Clara Petacci, née le à Rome et morte le à Giulino di Mezzegra (Province de Côme), en Italie, était la maîtresse de Benito Mussolini.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dépouilles de Mussolini (deuxième à gauche) et Clara Petacci (au centre, jambes nues) exposées à Milan le 29 avril 1945. À leur gauche, Nicola Bombacci et à leur droite Alessandro Pavolini et Achille Starace.

Issue d'une famille de la haute bourgeoisie de Rome (son père était médecin à la Cour pontificale et propriétaire d'une clinique privée), Clara Petacci rencontre le Duce le . Elle devient sa maîtresse à l'été 1936[1] et l'accompagne dans ses bons et ses mauvais moments. Bien qu'elle ait obtenu le divorce en Hongrie de son mari, le lieutenant de l'aéronautique Riccardo Federici, elle ne demanda jamais à Mussolini de lui rendre la pareille (il resta donc l'époux de Rachele Guidi).

Dans un journal qu'elle tient chaque jour, Clara décrit chacune des relations sexuelles qui pimentent leurs aventures. Elle n'hésite pas à parler des jeux sado-masochistes auxquels elle se livre en compagnie de son amant, qui la surnomme de façon très vulgaire « la sale chienne ».

Interceptés tous les deux à Dongo lors de leur tentative de fuite vers la Suisse pour se soustraire au désir de vengeance des partigiani (les résistants italiens), ils sont livrés à un officier communiste des Volontaires de la liberté, le colonel Valerio (de son vrai nom Walter Audisio, futur député du Parti communiste italien). Après un simulacre de procès, il les exécute de sa main, à Giulino di Mezzegra, à proximité du lac de Côme.

Leurs dépouilles sont exposées pendues par les pieds, Piazzale Loreto à Milan. Le frère de Clara, Marcello Petacci, est également exécuté par les résistants communistes.

Clara Petacci était la sœur de l'actrice Miriam di San Servolo (1923-1991), également connue sous le nom de Miriam Day.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Milza, Mussolini, éd. Fayard, 2007, p. 484.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]