Chemin de fer de Marlieux à Châtillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chemin de fer
de Marlieux à Châtillon
Ligne de Marlieux à Châtillon-sur-Chalaronne
image illustrative de l’article Chemin de fer de Marlieux à Châtillon
Au premier plan, les quais de la gare des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, au second, la gare du chemin de fer de Marlieux à Châtillon, avant la Première Guerre mondiale.
Pays Drapeau de la France France
Historique
Mise en service 1879
Fermeture 1934
Concessionnaires M. Clément Désormes
Compagnie du chemin de fer de Marlieux à Châtillon
Régie départementale des tramways de l'Ain (1919 – 1934)
Caractéristiques techniques
Longueur 11 km
Écartement Voie étroite (1 000 mm)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Anciennement à voie unique

Le chemin de fer de Marlieux à Châtillon est une ligne de chemin de fer française à écartement métrique et à voie unique non électrifiée du département de l'Ain. Elle a fonctionné entre les villages de Marlieux et Châtillon-sur-Chalaronne du au .

Histoire[modifier | modifier le code]

En , le préfet de l'Ain fait rapport de la réponse du ministre des Travaux Publics aux vœux exprimés par le conseil général, sur l'impulsion d'Alphonse Clément-Desormes le jeune, lors de sa session d' concernant les chemins de fer d'intérêt général que le gouvernement avait l'intention de concéder à la compagnie PLM. Dans ce rapport, il est indiqué que seule une extension de la ligne jusqu'à Thoissey permettrait d'augmenter le trafic et de réduire la subvention nécessaire à l'exploitation. Cette extension permettrait de rejoindre la ligne Trévoux - Saint-Trivier-de-Courtes. Par contre, une extension vers Ambérieu-en-Bugey (via Le Plantay, Chalamont, Châtillon-la-Palud et Saint-Maurice-de-Rémens) nécessitant la construction d'un ouvrage d'art pour traverser la vallée de l'Ain générerait une augmentation du coût de construction incompatible avec une subvention raisonnable du département[1],[2]. C'est donc à cette date une ligne entre Marlieux et Thoissey qui est envisagée.

Le , le conseil d'arrondissement de Trévoux remercie le conseil général pour la subvention accordée et souhaite son prolongement jusqu'à la Saône à Thoissey[3].

En , les travaux sont en cours.

Le , le conseil général ajourne la concession de la ligne de Châtillon à Thoissey pour raison budgétaire. En , le président du Chemin de Fer de Marlieux à Châtillon renouvelle sa demande de concession. Il lui sera préféré le prolongement de la ligne de Belleville vers la Dombes pour développer les relations économiques entre ces régions.

En 1919, la concession est rachetée par le conseil général qui confie l'exploitation à la Régie départementale des tramways de l'Ain (RDTA).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rapport du préfet / Conseil général de l'Ain, Lyon, Impr. de F. Dufour, (lire en ligne)
  2. Ce même rapport est suivi d'une étude détaillée sur les Chemins de Fer Économiques.
  3. Rapport du préfet / Conseil général de l'Ain, Impr. de F. Dufour, (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]