Charles Thomas Jackson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charles Thomas Jackson
Image dans Infobox.
Charles Thomas Jackson.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
SomervilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Distinctions

Charles Thomas Jackson est un médecin, chimiste, géologue et minéralogiste américain, né le à Plymouth dans le Massachusetts et mort le à Somerville.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie la médecine à l’école de médecine d’Harvard et obtient son Medical Degree en 1829. Il se rend à Paris pour y étudier la géologie à l’école des mines. Il affirmera plus tard que lors de la traversée, il a rencontré Samuel Morse (1791-1872) et lui a expliqué le principe du télégraphe.

De retour à Boston, Jackson se consacre à la pratique de la médecine. Il abandonne celle-ci et ouvre, en 1836, un laboratoire privé dédié à la chimie analytique et commence également l’enseignement. L’un de ses étudiants, William Morton (1819-1868), dentiste, recherche une méthode pour rendre indolores les soins dentaires.

En 1845, Morton apprend d’Horace Wells (1815-1848) que l’éther pourrait servir d’anesthésique local et commence alors à réaliser des expériences. En septembre 1846, Morton demande à Jackson son avis au sujet des pouvoirs anesthésiants de l’éther (ou éther éthylique). Morton finit par démontrer, le , l’efficacité de l’éther. Jackson alors affirme être le véritable découvreur de cette propriété. Il s'ensuit alors une controverse qui dura plusieurs décennies et aura des suites judiciaires[1].

Jackson s’intéresse également à la géologie et travaille pour le gouvernement. Il est notamment l’auteur, en 1837, du First Report on the Geology of the State of Maine.

Pris d'une crise maniaque[2] devant la tombe de son rival Morton[3] (1873), Jackson fut admis pour maladie mentale dans l'asile d'aliénés McLean de Somerville où il passa la fin de sa vie.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Julie M. Fenster, Ether day : the strange tale of America’s greatest medical discovery, HarperCollins Publishers, .
  2. Peggy M. Baker, « The Ether War: In Sickness & In Health: Medicine in the Old Colony », sur Pilgrim Hall Museum (consulté le )
  3. Raymond F. Jones, Stories of Great Physicians, Whitman, (OCLC 6059006), p. 162

Liens externes[modifier | modifier le code]