Charles E. Caouette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Charles E. Caouette, Ph.D., est un professeur honoraire du Département de psychologie de l'Université de Montréal. Il est rattaché à l'option psychologie de l'éducation, qu'il a fondée en 1968.

Historique[modifier | modifier le code]

Charles Caouette a fait partie de la mission franco-québécoise pour la Prospective et l'Innovation en Éducation; le rapport de cette mission a été publié, en 1976, sous le titre École de demain.

En 1974, il fondait avec Denise Gaudet l'école alternative Jonathan, la pionnière des écoles publiques alternatives au Québec.

En 1975, Charles Caouette créait la corporation CETEC inc. et mettait sur pied deux fermes éducatives pour décrocheurs; l'une en Abitibi, l'autre en Gaspésie. Il a également représenté le Canada au Colloque international sur la Participation et l'Autogestion du Canada, organisé par l'Unesco et tenu à Belgrade en 1975. L'année suivante, il participait à un stage en Chine populaire sur l'éducation, le travail et la santé.

Charles Caouette a publié de nombreux articles et collaboré à divers ouvrages collectifs, dont La qualité en éducation, Éducation en milieu urbain et Construire un espace commun. Il est aussi l'auteur du volume Si on parlait d'éducation: Pour un nouveau projet de société, (1992), publié chez VLB, éditeur, et du volume Éduquer. Pour la vie!, (1997), publié aux Éditions Écosociété.

Conférencier recherché, il a été invité dans différentes universités du Québec et lors de divers congrès internationaux aux États-Unis, en France, en Belgique, en Suisse, aux Philippines et, récemment, au Brésil et en Italie. Au Québec, il est surtout reconnu pour ses travaux et ses positions sur l'enfance inadaptée, les décrocheurs, l'éducation en milieu défavorisé, la prévention en garderie et, enfin, le mouvement alternatif en éducation, du niveau primaire au niveau universitaire. Maintenant, il se consacre plus particulièrement à l'amélioration de la qualité de vie dans les milieux de travail et d'éducation, aux approches transpersonnelles et, enfin, à l'éducation à la citoyenneté mondiale.

En septembre 2001, il fondait l'école Le Vitrail, la première école secondaire alternative de la Commission scolaire de Montréal. Il mettait également sur pied la Fondation Le Vitrail, dont le but est d'aider l'école Le Vitrail et d'autres projets éducatifs partageant la même philosophie et le même projet de société.