Charles Bruneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles Bruneau
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfant
Jean Bruneau (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Maître

Charles Bruneau, né le à Givet[1], et mort le à Paris 14e, est un linguiste et philologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étudiant à la Faculté des lettres de Paris, il est reçu deuxième à l'agrégation de grammaire (1906) puis il est diplômé de l'EPHE. Il enseigne d'abord au lycée d'Évreux (1906) puis au lycée de Reims (1910) avant de devenir docteur ès lettres en 1913. Il est ensuite maître de conférences (1913), professeur adjoint de langue et littérature romanes (1920), professeur sans chaire (1921) puis professeur d'histoire des parlers lorrains (1923) à la Faculté des lettres de Nancy. A partir de 1933, il est maître de conférences de philologie française à la Faculté des lettres de Paris avant d'être professeur sans chaire (1934) puis professeur d'histoire de la langue française en 1937 jusqu'à sa retraite en 1954 où il est également professeur honoraire[2].

Il a grandi dans un village où la langue de communication était le wallon, mais entouré de zones où la langue régionale était le champenois. Ceci le poussa, à l’instigation de Jules Gilliéron, à effectuer des enquêtes dialectologiques dans toute la région autour de Givet, tant en France qu’en Belgique.

Ses résultats furent publiés dans quatre ouvrages :

  • Étude phonétique des patois d’Ardenne (1913), où il explique le système de notation phonétique qu’il utilisera.
  • La limite des dialectes wallon, champenois et lorrain en Ardenne (1913) où il trace les frontières des trois langues régionales en question (wallon, champenois et lorrain).
  • Enquête linguistique sur les patois d’Ardenne, tome I (1914), où il donne les formes dialectales récoltées dans ses 93 points pour les mots français allant de A à L (940 mots, de « abaisser » à « luzerne ».
  • Enquête linguistique sur les patois d’Ardenne, tome II (1926), idem pour le reste de l’alphabet (764 mots, de « ma » à « y »).

Charles Bruneau a repris l’Histoire de la langue française de Ferdinand Brunot, à la mort de ce dernier : il en a publié les tomes XII et XIII (1948-1972). Il a également repris et refondu le Précis de grammaire historique de la langue française de ce dernier, à la suite de quoi il a été connu sous le nom de Brunot et Bruneau.

Il a également collaboré avec de nombreuses revues telles que Pays Lorrain, les Annales de l'Est, Romania, Europe, la Revue critique, la Revue d'histoire littéraire de la France, Philologia, la Revue de linguistique romane, Les dialectes belgo-romans, Archiv für das Studium der neueren Sprachen und Literatur et Le français moderne[2].

Il a quatre enfants, dont Anne, mère de Pascal Quignard, et Jean, universitaire spécialiste de Gustave Flaubert.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Étude phonétique des patois d’Ardenne (1913), thèse de doctorat.
  • La limite des dialectes wallon, champenois et lorrain en Ardenne (1913), thèse complémentaire.
  • Enquête linguistique sur les patois d’Ardenne, tome I (1914).
  • Ma guerre (1919).
  • Charles d'Orléans et la poésie aristocratique (1924).
  • Enquête linguistique sur les patois d’Ardenne, tome II (1926).
  • Manuel de phonétique (1927, 2nde édition en 1931).
  • Précis de grammaire historique de la langue française (1933, d'autres éditions en 1936, 1949 et 1956) avec Ferdinand Brunot.
  • Édition de la Chronique historique de Philippe de Vigneulles (1927-1933), 4 volumes.
  • Histoire de la langue française de Ferdinant Brunot : tome XII (1948), tome XIII (1) (1953) et tome XIII (2) (1972).
  • Corpus général des philosophes français, collaboration au tome XLI.
  • Il a également édité des ouvrages pour "les Bibliolâtres de France", écrit des manuels et des cours pour la Sorbonne et s'est occupé de chroniques sur la langue française dans des quotidiens et à la radio[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Bruneau, Étude phonétique des patois d’Ardenne, (lire en ligne), p. 15.
  2. a b et c Christophe Charle, « 14. Bruneau (Charles, Gaston, Eugène, Marie) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 2, no 2,‎ , p. 42–44 (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]