Pointe de Givet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Canton de Givet (en rouge) au nord de l'arrondissement de Charleville-Mézières (en rose).
La pointe de Givet représentée dans une carte de mai 1940.

La pointe de Givet, également parfois nommée botte ou doigt de Givet ou encore pointe des Ardennes, constitue l'extrémité nord du département des Ardennes, en région Grand Est (ancienne région Champagne-Ardenne), au nord-est de la France. Ce petit territoire d'environ 25 km de long sur 10 de large forme une bande qui s'enfonce profondément en Ardenne belge, en épousant les méandres de la Meuse. Les principales villes de la pointe de Givet sont Revin, Fumay et Givet.

Identité[modifier | modifier le code]

Elle s'est forgée autour de particularités géographiques mais aussi historiques et linguistiques : cette vallée encaissée a longtemps été sous la souveraineté de la principauté de Liège. On y parlait des dialectes wallons et non champenois[1].

L'histoire de l'époque moderne et la situation géographique attachent Revin à la pointe de Givet. En fonction du contexte, la situation économique et industrielle et l'organisation administrative de la France conduisent à considérer la pointe de Givet comme le territoire couvert par la communauté de communes Ardenne-Rives-de-Meuse.

Géographie[modifier | modifier le code]

La pointe de Givet se situe sur la bordure occidentale du massif ardennais, dans la région naturelle de l'Ardenne. C'est un territoire d'environ 250 km2 en forme de pointe s'enfonçant dans la Belgique et constituant la partie la plus septentrionale du département français des Ardennes. Il correspond à la vallée de la Meuse ayant creusé un profond sillon dans le plateau ardennais. Limité au nord par le Condroz, il s'insère entre la Fagne à l'ouest et la Famenne à l'est en traversant la Calestienne. Au nord de la pointe de Givet s'étend le Condroz. La richesse de la flore et de la faune de la région a permis le classement de la région en zone de protection spéciale, dans le cadre du réseau Natura 2000.

Le choix de l'emplacement de la centrale nucléaire de Chooz a été officiellement motivé par la présence de la Meuse, comme réservoir d'eau de refroidissement. On peut cependant observer qu'une grande partie de la zone située autour de la centrale n'est pas en territoire français. Des accords de coopération entre les gouvernements belge et français ont été conclus concernant la gestion de la centrale.

Géologie et paléontologie[modifier | modifier le code]

Faune et flore[modifier | modifier le code]

La pointe de Givet est reconnue pour la richesse de sa flore et de sa faune. Elle fait l'objet d'un classement Zone de Protection Spéciale par le réseau Natura 2000 dans sa quasi-totalité[2].

Recouverte à 80 % de forêts implantées sur un relief accidenté et sillonné par des vallées encaissées (Meuse, Semoy, Houille), la pointe de Givet abrite une grande variété de milieux :

C'est une aire de nichage, de reproduction, d'hivernage ou une étape migratoire pour de nombreux oiseaux dont une grande partie est concernée par une mesure de conservation ou est menacée[2].

Sites remarquables[modifier | modifier le code]

  • Réserve naturelle Pointe de Givet et alentours : pelouses sèches, landes, rocailles et buxaies abritent de nombreuses espèces remarquables (reptiles, oiseaux, chauves-souris, papillons, flore remarquable)[3],[4].
  • Tourbières entre Les Hautes-Rivières et Hargnies : flore et faune de grand intérêt dont castor européen et Dactylorhiza sphagnicola[5].
  • Forêts de la vallée de la Semoy : forêts acidophile, forêts sur éboulis, roches avec végétation acidophile, forêt riveraines et végétation submergée à grand intérêt botanique et ornithologique[6].
  • Vallée boisée de la Houille : site très accidenté abritant des groupements forestiers rares[7].

Espèces remarquables[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Région de langue wallonne

En tant que Wallonie française, la pointe de Givet a constitué avant 1914 l'un des trois territoires « wallons » (de langue wallonne) hors de la Wallonie « belge », avec la Wallonie grand-ducale (qui s'est presque éteinte : Doncols et Sonlez) et la Wallonie prussienne (ou Wallonie malmédienne).

Même si les habitants de la Botte de Givet ne parlent plus beaucoup le wallon, des traces en demeurent : à Dinant on dit "Vive Djivet pol'peket", et à Givet on dit de soi-même "Bramin d'pîres min pon d'kaûres" (beaucoup de pierres mais pas d'argent), allusion aux rocs et versants abrupts de la vallée où se nichent toujours les garnisons militaires. Jules Michelet a écrit dans son Histoire de France qu'il était de ce pays par sa mère (de Revin exactement), et qu'il a mis dans la description de la Wallonie qu'il insère dans cette histoire un « intérêt de famille ». Dans la préface à cette Histoire écrite après coup, en 1871, il écrit à propos de Dinant et de Liège : « Ces pauvres Frances perdues dans les Ardennes entre des peuples hostiles et des langues opposées, m'émouvaient fort ».

Le journal L'Ardennais doit toujours publier sur la locale de Vireux le petit entrefilet « Kè disse à Vireux ». On est ici dans le pays d'André Dhôtel, de Rimbaud et également, d'Arthur Masson, de Jean-Claude Pirotte, des Quatre fils Aymon, de Michelet déjà cité, de Méhul (que Michelet considère comme wallon, en raison de son obstination à définir la Wallonie par la musique)[1].

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Charles Bruneau, Enquête linguistique sur les patois d'Ardenne, Paris, H. Champion, (lire en ligne)
  2. a et b Site du Plateau Ardennais (fr) Natura 2000
  3. Réserve naturelle Pointe de Givet(fr) Réserves naturelles de France
  4. Pelouses, rochers et buxaie de la pointe de Givet (fr) Natura 2000
  5. Tourbières du plateau ardennais (fr) Natura 2000
  6. Forêts de la vallée de la Semoy (fr) Natura 2000
  7. Vallée boisée de la Houille (fr) Natura 2000

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]