Chapelle Saint-Hervé de Gourin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chapelle Saint-Hervé
Chapelle saint herve gourin.JPG
Vue septentrionale de la chapelle.
Présentation
Destination initiale
Culte
Destination actuelle
Culte (Pardon)
Style
gothique flamboyant
Construction
XVe siècle et XVIe siècle
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Logo monument historique Classé MH (1922, Chapelle)
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Saint-HervéVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Morbihan
voir sur la carte du Morbihan
Red pog.svg

La chapelle Saint-Hervé est située sur le territoire de la commune de Gourin dans le Morbihan, et plus précisément au nord-est du bourg au lieu-dit Saint Hervé [1]. La chapelle occupe le milieu d'un vaste placître.

Historique[modifier | modifier le code]

La chapelle fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques par arrêté du [1] . Elle a été édifiée par les abbés de Langonnet. Les travaux ont été commencés par Henri de Kergoët (de 1447 à 1482) poursuivis par Vincent de Kergoët (de 1482 à 1510) et achevés par Yves de Bouteville (de 1518 à 1536) [2].

Les Fêtes de la Saint-Hervé, très fréquentées, se déroulaient au début du XXe siècle sur quatre jours, et parfois même cinq jours[3].

Description[modifier | modifier le code]

Les portails, les contreforts et les fenêtres sont de style flamboyant, ainsi que la tour carrée, percée de baies, sur laquelle se dresse la flèche aux rampants décorés de crosses. Au sommet des piliers de la chambre des cloches des animaux tiennent une banderole appelée un phylactère. Sur un contrefort situé à gauche du portail se trouve un personnage avec une pose grotesque et, de l'autre côté du portail, se trouve une niche ornée qui a perdu sa statue. Sur la façade principale, côté ouest, se trouve un petit clocher ajouré couronnant le pignon. La porte principale, située en dessous du clocher, est flanquée de petits pinacles et surmontée d'une accolade à fleurons. Des crochets[4] décorent tous les rampants des pignons et les contreforts de la façade principale comportent des niches. La sacristie a été ajoutée en 1698.

L'intérieur est entièrement voûté en bois : les entraits ornés de têtes de crocodiles et lessablières sculptées de motifs végétaux, d'animaux fantastiques, de têtes grimaçantes entourant l'écusson des Boutteville. Le maître-autel est du XVIIIe siècle, le retable du XIXe siècle et les deux petits autels en granite du XVIe siècle

La fenêtre principale du chevet s'orne d'une verrière du XVIe siècle représentant saint Yves tenant une crosse abbatiale.

Culte[modifier | modifier le code]

Un grand pardon se déroule traditionnellement tous les ans le dernier dimanche de septembre. Saint Hervé était autrefois invoqué pour préserver les troupeaux des loups qui infestaient les Montagnes Noires. On offrait des brebis et des poulets à Saint Hervé contre sa protection. Par la suite il fut invoqué pour la protection des chevaux, nombreux dans la région. Depuis 1955, il s'y déroule le pardon des sonneurs.


Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Chapelle Saint-Hervé », notice no PA00091206, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Claire Arlaux,Gourin Roudouallec Le Saint, Keltia Graphic
  3. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 26 septembre 1901, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6393795/f3.image.r=Gourin?rk=10686748;0
  4. En architecture, le crochet est un ornement en forme de touffe de feuilles, de fruits.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]