Chapelle Bartolini Salimbeni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chapelle Bartolini Salimbeni
Cappella Bartolini Salimbeni
Santa Trinita 4 Bartolini.jpg
Vue de la chapelle
Présentation
Type
Chapelle latérale
Construction
1420
Localisation
Pays
Région
Ville
Adresse
Basilique Santa Trinita, piazza Santa Trinita.
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Italie
voir sur la carte d’Italie
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Toscane
voir sur la carte de Toscane
Red pog.svg

La chapelle Bartolini Salimbeni (Cappella Bartolini Salimbeni) est la quatrième chapelle de la droite de la nef de la basilique Santa Trinita à Florence.

Elle comporte un cycle de fresques des épisodes de la « Vie de la Vierge » de Lorenzo Monaco, réalisées vers 1420, qui sont un des meilleurs exemples du style de l'école florentine du Quattrocento passant de la peinture byzantine (dite « peinture gothique italienne »[1]) aux innovations de la pré-Renaissance.

Histoire[modifier | modifier le code]

La création de la chapelle Bartolini Salimbeni a débuté au milieu du XIIIe siècle, lors de la rénovation gothique et l'agrandissement de l'église. Dès 1363, elle appartient à la riche famille de marchands Bartolini-Salimbeni dont la résidence, le Palazzo Bartolini-Salimbeni, occupait le même emplacement que l'église.

Autour de 1390, la chapelle a été décorée par Spinello Aretino : on a retrouvé des traces de son travail au cours des restaurations des années 1960.

Les fresques de Lorenzo Monaco, qui les recouvrent, datent des années 1420, quand un programme de re-décoration a été réalisé dans l'église tout entière, comme en témoigne également des fragments de fresques de Giovanni Francesco Toscani dans la chapelle Ardinghelli.

Lorenzo Monaco s'est probablement inspiré par de nombreux exemples contemporains des cycles d'«  histoires de la Vierge », comme la chapelle Baroncelli (Taddeo Gaddi), la chapelle Rinuccini (Giovanni da Milano) et d'autres, dans la Basilique de Santa Croce, les fresques d'Andrea Orcagna à Santa Maria Novella, la Sainte-Chapelle de Cingulum (Agnolo Gaddi) dans la cathédrale de Prato et les vitraux d'Orsanmichele.

Les fresques ont été recouvertes de plâtre blanc en 1740 et ne furent redécouvertes qu'entre 1885-1887 par Augusto Burchi (en).

En 1944, les forces allemandes firent sauter le pont Santa Trinita voisin, endommageant également des fresques qui ont été restaurées en 1961 puis en 2004.

Architecture[modifier | modifier le code]

Les Peintures[modifier | modifier le code]

Retable de l'autel

Un retable en tempera sur bois (également de Lorenzo Monaco) : l'Annonciation Bartolini Salimbeni comportant les scènes du cycle absentes des fresques.

Les fresques

Sur les quatre voûtains de la voûte d'arêtes : les Prophètes David, Isaïe, Malachie et Michée

Des figures saintes sur les intrados : Jean le baptiste, Bartholomée, Paul, jean évangéliste.

Paroi de gauche :
  1. Expulsion du Temple de Joachim
  2. Annonciation à Joachim et Rencontre entre Joachim et Anne à la Porte d'or

Paroi du fond :

  1. Nativité de la Vierge
  2. Présentation de Marie au Temple

Paroi de droite :

  1. Noces de la Vierge
  2. - Dormition de la Vierge
  3. Assomption
  4. Miracle de la neige (tympan du centre)
Cappella bartolini salimbeni sketch.jpg

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Peinture gothique italienne, collectif, Editeur De Lodi, 2011 (ISBN 9782846903745)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) AA.VV., Guida d'Italia, Firenze e Provincia (Guida Rossa), Edizioni Touring Club Italiano, Milan, 2007.
  • (it) Guido Tigler, La Cappella Bartolini Salimbeni a Santa Trinita, in AA.VV., Cappelle del Rinascimento a Firenze, Editrice Giusti, Florence 1998 (ISBN 88-8200-017-6).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :