Chants d'Ossian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chants d'Ossian
Image illustrative de l’article Chants d'Ossian
Le Chant du cygne d'Ossian, de Nicolai Abraham Abildgaard

Auteur James Macpherson
Genre Poésie
Version originale
Langue Anglais
Titre Fragments of Ancient Poetry collected in the Highlands of Scotland
Date de parution 1760

Les Chants d'Ossian sont une importante œuvre pré-romantique du poète écossais James Macpherson.

La genèse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Le travail de Macpherson a d'abord été publié anonymement en 1760. Dans ce premier volume ont été recueillies plusieurs chansons en vieux gaélique qu'il a traduit, en l'attribuant à un légendaire barde appelé Ossian qui fut par la suite redéfini comme l'Homère du Nord. Macpherson met ainsi à jour les anciennes chansons populaires, en les insérant dans une structure unique. Le succès de l'œuvre, a conduit l'auteur à publier d'autres volumes de la version finale de 1773, composée de vingt-deux poèmes. Le travail est donc composé de courts poèmes en prose lyrique, et divisé en paragraphes, comme les versets.

Thèmes de travail[modifier | modifier le code]

« Posan gli eroi, tace la piaggia. Al suono D'alpestre rio, sotto l'antica pianta
Giace Conallo: una muscosa pietra
Sostiengli il capo. Della notte udia
Stridula acuta cigolar la voce
Per la piaggia del Lena; ei dai guerrieri
Giace lontan, che non temea nemici
Il figlio della spada. Entro la calma
Del suo riposo, egli spiccar dal monte
Vide di foco un rosseggiante rivo. »

— Poesie di Ossian, James Macpherson[1]

L'ouvrage contient de nombreux thèmes chers à la culture préromantique : parmi ceux-ci, nous retrouvons particulièrement l'exaltation des vertus du guerrier et de la chevalerie, le mythe de la bonté originelle de l'homme (mythe que l'on retrouve également dans les écrits du philosophe suisse Jean-Jacques Rousseau), des histoires d'amour passionnées mais malheureuses et fatales, des descriptions de paysages sombres et désolés. Mais la nouveauté de l'ouvrage réside surtout dans la description d'une société primitive, d'une nature sauvage, d'une atmosphère mélancolique, orageuse et spectrale, souvent de nuit. On ne peut s'empêcher d'y retrouver un certain héritage de la poésie et du sentimentalisme de Rousseau.

Traductions[modifier | modifier le code]

Éditions[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

En italien[modifier | modifier le code]

  • Les poèmes d'Ossian, fils de Fingal, l'antico poeta celtico, Récemment découvert, et traduit en anglais en prose par Jacopo Macpherson, et à partir de ce transporté à l'italienne à partir de l'ab. Melchior Cesarotti, Avec diverses Annotations des deux Traducteurs, 2 vols., à Padoue, appresso Giuseppe Comino, 1763: vol. 1, vol. 2.
  • Les poèmes d'Ossian Antico Poeta Celtico, Transportés par la Prose de l'anglais vers l'italien à partir de l'ab. Melchior Cesarotti. Edition II Modifié et augmenté dans les autres Poèmes du même Auteur, 4 vols., à Padoue, appresso Giuseppe Comino, 1772: vol. 1, vol. 2, vol. 3, vol. 4.
  • Les poèmes d'Ossian, fils de Fingal antico poeta celtique récemment découvert, et traduit en anglais en prose par Jacopo Macpherson, et à partir de ce transportés dans de l'italien par l'abbé Melchior Cesarotti avec diverses annotations des deux traducteurs, 3 vol., Nice, Imprimerie Typographie Société, 1780-1781.
  • Les poèmes d'Ossian antico poeta celtico, 4 volumes. dans les Œuvres de l'abate Melchior Cesarotti padovano, de Pise, de la typographie de la société lettre, 1801: vol. 1, vol. 2, vol. 3, vol. 4.
  • Les poèmes d'Ossian, fils de Fingal antico poeta celtique Récemment découvert, et traduit en anglais en prose par Jacopo Macpherson Et réalisée en italie par l'abate Melchior Cesarotti Avec diverses Annotations des deux Traducteurs, 4 vols., Bassano, au détriment Remondini di Venezia, 1789-1805: vol. 1, vol. 2, vol. 3, vol. 4.

En français[modifier | modifier le code]

  • Ossian, Fils de Fingal, Harnais du troisième siècle: Poèsies Galliques, Traduites sur l'Anglois de M. Macpherson par M. Le Tourneur, Paris, Musier, 1777.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. James Macpherson, op. cit., incipit Canto II, trad. Melchiorre Cesarotti

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]