Château de la Piscine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de la Piscine
Image illustrative de l’article Château de la Piscine
Le château de la Piscine
Période ou style 2e moitié du XVIIIe siècle
Architecte Jean Antoine Giral
Fin construction 1771
Propriétaire initial François Richer de Belleval
Propriétaire actuel Propriété privée
Protection Logo monument historique Classé MH (11 décembre 1942, façade, porte d’entrée, toiture, ensemble du rez-de-chaussée, vestibule, escalier, parc, bassin, chapelle, pavillon, clôture, grilles, statues)
Coordonnées 43° 36′ 44″ nord, 3° 50′ 29″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Commune Montpellier
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de la Piscine
Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon
(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
Château de la Piscine
Géolocalisation sur la carte : Hérault
(Voir situation sur carte : Hérault)
Château de la Piscine
Géolocalisation sur la carte : Montpellier
(Voir situation sur carte : Montpellier)
Château de la Piscine

Le château de la Piscine est une folie montpelliéraine de la seconde moitié du XVIIIe siècle, située au no 129 de l'avenue de Lodève, à Montpellier, dans l’Hérault.

Historique[modifier | modifier le code]

À l’emplacement du château, s’élevait l’ancien mas de la Peyssine (1435), domaine de chasse appartenant à Charles de Boucicot, conseiller à la cour des comptes de Montpellier. Le mariage de sa fille, Anne, avec Georges de Belleval fait passer le domaine dans leur descendance. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, François Gaspard Richer de Belleval, confie à Jean Antoine Giral, l’auteur de la perspective du Peyrou à Montpellier, le soin de construire le château que nous connaissons. L’édifice est terminé en 1771.

La famille de Belleval reste propriétaire du château de la Peyssine jusqu’en 1817. En 1814, Elisa Bacciochi, grande-duchesse de Toscane et sœur de Napoléon Ier, fuyant ses états italiens envahis[1], le loue durant trois semaines[2].

La propriété passe ensuite en diverses mains pour être acquise en 1883 par le collectionneur Alfred Henry Chaber. C’est à cette époque que le nom de l’édifice est transformé en « château de la Piscine ». Le fils d’Alfred Chaber, André, apportera tous ses soins à restituer les jardins à la française dans la première moitié du XXe siècle. C’est sa petite-fille qui veille aujourd’hui sur le château et ses jardins.

En , le domaine a reçu la visite de Sa Majesté la reine Elizabeth, la reine mère lors d’un voyage privé en France.

Cette propriété ne se visite plus.

Culture[modifier | modifier le code]

Les extérieurs du château, façades, y compris la porte principale d’entrée avec ses ferrures, les toitures, les intérieurs comprenant l’ensemble du rez-de-chaussée (sauf pièces de service), notamment le grand salon et sa décoration intérieure, le cabinet vert avec sa cheminée en marbre et son trumeau, le vestibule, la rampe d’escalier en fer forgé, l’ensemble du parc et des ouvrages d’art, en particulier la façade de l’ancienne chapelle, le petit pavillon à deux ailes, les bassins, les statues, les vases et la grande grille de la cour d’honneur fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les troupes austro-anglaises envahissent la principauté de Lucques, la contraignant à l'exil dans la nuit du 13 mars 1814.
  2. « On voit, à gauche, sur la route de Montpellier à ce faubourg, le château de la Piscine qui fut habité, en 1814, par la princesse Elisa Borghese. C’est une des maisons de plaisance les plus remarquables des environs de cette ville. » In Guide pittoresque du voyageur de Girault de Saint-Fargeau, 1838.
  3. Notice no PA00103524, base Mérimée, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Leenhardt (1864-1941) (préf. Michel Lacave (1944-…), Reprod. photomécanique de l'édit. de Montpellier), Quelques belles résidences des environs de Montpellier, vol. 2 volumes in 1, Paris-Genève, Champion-Slatkine, (réimpr. 1931 et 1932), 143-161 p., 23 cm (ISBN 2-85203-140-X, OCLC 799132118, notice BnF no FRBNF32501648, SUDOC 011741074, présentation en ligne)
  • Claude Frégnac (préf. Duc de Castries, ill. Claude Acremant), Merveilles des châteaux de Provence, Paris, Hachette, coll. « Réalités », , 327 p., 32 cm (OCLC 1517606, SUDOC 016709012, présentation en ligne)
  • Alain Dalmasso, Montpellier et sa région, Avignon, Aubanel, coll. « Les guides du sud », , 215 p., 18 cm (ISBN 978-2-7006-0060-5, OCLC 2348171)
  • Collectif, Châteaux et belles demeures des environs de Montpellier, bulletin du syndicat d'initiative no 47, ville de Montpellier 1975.
  • Librairie Hachette et société d'études et de publications économiques, Merveilles des châteaux de Provence, Paris, Collection Réalités Hachette, , 324 p. « Préface du Duc de Castries vice-président de l'Association des Vieilles maisons françaises : Languedoc méditerranéen : La Piscine, Élisa Bonaparte vécut ici des heures tragiques…, pages 260 à 263 ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]