Château de Flers (Orne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le château homonyme situé dans la ville de Villeneuve-d'Ascq, dans le Nord, voir Château de Flers (Villeneuve-d'Ascq).
Château de Flers
Image illustrative de l'article Château de Flers (Orne)
La façade ouest et l'aile nord
Début construction XVIe siècle
Fin construction XVIIIe siècle
Propriétaire actuel Ville de Flers
Destination actuelle Mairie et musée
Protection Logo monument historique Classé MH (1907)
Coordonnées 48° 45′ 03″ nord, 0° 34′ 32″ ouest[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Normandie
Région Normandie
Département Orne
Commune Flers

Géolocalisation sur la carte : Basse-Normandie

(Voir situation sur carte : Basse-Normandie)
Château de Flers

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Flers

Le château de Flers est un château situé dans la ville éponyme, de l'ouest du département de l'Orne. Les parties les plus importantes remontent au XVIe siècle, et il se situe au milieu d'un vaste parc comprenant un étang et un espace forestier.

Ce château fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [2].

Histoire de la construction[modifier | modifier le code]

Propriétaires successifs du domaine de Flers[modifier | modifier le code]

Les propriétaires du domaine de Flers
Période Identité
1901 Acquisition du château par la ville
1820-1901 Famille Schnetz
1806-1820 Famille de Redern
1736-1806 Famille de La Motte-Ango
1547-1736 Famille de Pellevé
1404-1547 Famille de Grosparmy
1396-1404 Guillaume de Tournebu
1320-1396 Robert III d'Harcourt
Robert IV d'Harcourt
Robert V d'Harcourt
1180-1320 Foulques d'Aunou
Thomas d'Aunou
Xe siècle - XIIe siècle Famille de Flers

Histoire[modifier | modifier le code]

L’origine médiévale[modifier | modifier le code]

L’origine du château remonte à l’époque médiévale. Il s’agit alors d’une construction modeste, en pierres et à colombages, entourée de fossés. À la jonction de plusieurs vallées, le site est choisi parce que son terrain marécageux offre des possibilités défensives intéressantes. Le domaine appartient successivement aux familles d’Aunou, d’Harcourt et de Tournebu entre le XIIe et le XVe siècle.

Les premières splendeurs du XVIe siècle[modifier | modifier le code]

L’aile Est du château, flanquée de ses deux tourelles d’angle, est la partie la plus ancienne. Elle est construite par Nicolas III de Grosparmy entre 1527 et 1541. Selon la légende, celui-ci a acquis une fortune considérable en se livrant à des recherches alchimiques. En réalité, son aisance s’appuie sur la possession des forges de Halouze qui font partie de son domaine. Au milieu du XVIe siècle, le titre de baron de Flers revient à la famille de Pellevé, dont l’un des membres, Nicolas, fait une brillante alliance avec l’une des plus grandes familles de Bretagne, les Rohan. Le domaine s’enrichit de la châtellenie de Condé-sur-Noireau, et en 1598, la baronnie de Flers est érigée en comté.

Les grands travaux du XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

De grands travaux d’assainissement et d’embellissement du parc sont engagés. La plaine marécageuse est domestiquée par la création d’une pièce d’eau — le petit étang —, et un moulin est créé sur son déversoir. Un parterre carré ceinturé d’eau est aménagé sous les fenêtres de l’aile Est du vieux corps de logis (à la place du jardin d’enfants actuel). Il est prolongé par un potager et par un verger de même forme. Deux allées de 500 à 600 cèdres soulignent l’axe de cette composition. Après l’incendie des anciens communs, de nouveaux bâtiments sont construits dans l’axe de la cour d’honneur.

L’apogée du domaine au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Des travaux sont entrepris par Louis de Pellevé et poursuivis par son fils dans l’aile Ouest en retour d’équerre. Cette aile, remaniée par Ange Hyacinthe de La Motte-Ango au début du XVIIIe siècle, devient le corps de logis principal. Les fenêtres de l’aile du XVIe siècle sont élargies pour s’harmoniser avec la nouvelle façade classique et améliorer le confort intérieur. L’axe principal de l’édifice, matérialisé par le perron monumental, pivote de la direction est/ouest à la direction nord/sud pour s’ouvrir sur le parc de chasse qui s’agrémente de la perspective de grandes allées. La grille de la cour d’honneur, décorée d’une couronne comtale, est réalisée vers 1764 par Antoine Pichard et Augustin Delaunay, maîtres serruriers à Flers. C’est le temps de la prospérité. Le château est luxueusement aménagé et meublé. Le domaine s’étend loin vers le sud. Le comte de Flers, avec ses 14 moulins et ses 28 fermes, est l’un des plus puissants propriétaires ornais.

Révolution et chouannerie[modifier | modifier le code]

Après la mort d'Ange Hyacinthe de la Motte-Ango en 1788, son fils François Paul hérite du domaine. Pendant la chouannerie normande, il autorise le marquis de Frotté son chef à établir son quartier général au château de Flers en 1793, puis en 1799 et 1800. La partie ancienne du château est incendiée par les républicains en 1800.

Les bouleversements du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'étang du château.
Gustave Caillebotte: Boulevard Haussmann, effet de neige (1880-1881), toile conservée au musée du château.

Le comte de Redern, un truculent homme d’affaires prussien enrichi dans le trafic de biens nationaux, acquiert le château en 1806 et le remet en état. Sa tentative de mainmise sur les forges de la région se soldant par un échec, ce personnage hors du commun, met en vente le domaine auprès de ses notaires parisiens Schnetz et Thirion. En 1822, Antoine Schnetz acquiert la propriété pour son propre compte et devient par la suite maire de Flers. Il ouvre le parc au public qui prend vite l’habitude de s’y promener et de s’y distraire. Dans un souci de modernité, Schnetz n’hésite pas à sacrifier une partie du parc pour permettre le passage de la ligne de chemin de fer Paris-Granville et à déplacer le potager de son emplacement traditionnel pour favoriser le développement urbain. En 1901, après le retour vers la capitale des derniers descendants de la famille Schnetz, Julien Salles, maire de Flers, rachète le domaine pour le compte de la municipalité. Le château abrite alors l’hôtel de ville et le musée.

Outre de nombreuses rues, l'ancien parc accueillit également les infrastructures de la gare de Flers. En 1901 le château et la propriété d'une surface supérieure à 37 hectares sont cédés à la ville sur proposition de son maire, M. Salles. Il accueillera désormais l'hôtel de ville et sera un lieu de promenade apprécié des habitants. Fort heureusement, le château n'est pas touché par les dévastations des bombardements de 1944.

L'étang du parc du château est le lieu du suicide par noyade de Fernande Segret, dernière fiancée de Landru, le 21 janvier 1968[3].

À la fin des années 1980, une succession de tempêtes détruit de nombreux arbres du parc. Un projet de renouvellement se fait jour, projet qui suscite de nombreuses polémiques en dépit de la dangerosité constatée. Le château accueille un musée, riche en peintures du XIXe siècle et en éléments liés aux traditions normandes.

Architecture[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :