Château de Colembert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Colembert
Image illustrative de l’article Château de Colembert
Architecte Giraud Sannier
Début construction 1775
Propriétaire initial Comte Charles de Sainte-Aldegonde[1]
Propriétaire actuel Famille Law de Lauriston-Boubers
Protection Logo monument historique Classé MH (1980)
Coordonnées 50° 44′ 48″ nord, 1° 50′ 12″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Commune Colembert
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
(Voir situation sur carte : Pas-de-Calais)
Château de Colembert
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Colembert

Le château Colembert est un château situé sur la commune de Colembert dans le département du Pas-de-Calais.

Historique[modifier | modifier le code]

La terre de Colembert fut érigée en marquisat en faveur de Gabriel de Maulde par Louis XIV. Anne-Louise d'Isques l'apporta en mariage au comte de Sainte-Aldegonde au milieu du XVIIIe siècle.

Le château actuel fut construit entre 1776 et 1784 par l'architecte Giraud Sannier pour le comte Charles de Sainte-Aldegonde à l'emplacement d'un ancien château.

Il fut saisi et vendu comme bien national à la Révolution. Louis-Charles de Sainte-Aldegonde, fils des anciens propriétaires, put racheter le château. Il épousa Joséphine-Marie du Bouchet des Sources, fille de Louise-Élisabeth de Croÿ de Tourzel et petite-fille de Louis II du Bouchet de Sourches. Le , la cérémonie de mariage entre Hélène de Pérusse des Cars (1847-1933), petite-fille de Marie Antoinette Gabrielle de Sainte-Aldegonde, de Noircarmes d'Hust, comtesse de Cossé-Brissac (1793-1874), et Henry Noailles Widdrington Standish (1847–1920), Lord of the Manor of Standish, se déroule au château de Colembert.

Le descendant de Louis-Charles de Sainte-Aldegonde, le baron Olivier Law de Lauriston-Boubers, en est l’actuel propriétaire.

Le monument fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]