Château du Banchet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château du Banchet
Image illustrative de l'article Château du Banchet
Le château du Banchet.
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIVe siècle
Fin construction XIXe siècle
Destination initiale Résidence seigneurial
Propriétaire actuel Propriété privée
Destination actuelle Fermé au public
Protection  Inscrit MH (2001)[1]
Coordonnées 46° 12′ 44″ N 4° 15′ 20″ E / 46.212222, 4.25555646° 12′ 44″ Nord 4° 15′ 20″ Est / 46.212222, 4.255556
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Duché de Bourgogne
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Commune Châteauneuf

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

(Voir situation sur carte : Saône-et-Loire)
Château du Banchet

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Château du Banchet

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château du Banchet

Le château du Banchet ou château de la Magdeleine est un ancien château fort, reconstruit en partie au XVe siècle et restauré au XIXe siècle, centre de la seigneurie du Banchet, qui se dresse sur la commune de Châteauneuf dans le département de la Saône-et-Loire, en région Bourgogne.

Le château, les façades et toitures des dépendances et des bâtiments annexes, le portail néo-gothique du côté de l'église, la serre, la motte féodale (y compris la glacière), la tour isolée et le parc, font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 28 mai 2001[1].

Situation[modifier | modifier le code]

Le château du Banchet est située dans le département français de la Saône-et-Loire sur la commune de Châteauneuf, sur le flanc d'un promontoire dominant la vallée du Sornin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château du Banchet.

La construction initiale date vraisemblablement de l'époque carolingienne. À la fin du Xe siècle, le fief appartient aux Le Blanc ; famille sans doute issue de celle, du même nom, de Semur-en-Brionnais. Au XIIIe siècle, il est rattaché au domaine royal et devient le chef-lieu d'une châtellenie. Le château est donné successivement au comte Amédée IV de Savoie, à Pierre IV de Savoie, archevêque de Lyon, puis aux sires de Beaujeu.

En 1369, le château revient définitivement à la couronne et est confié à un châtelain. En 1420, il est mis à mal par les Armagnacs et définitivement détruit par les Écorcheurs en 1445.

En 1519, il est engagé à Girard de la Madeleine, qui possède la petite seigneurie voisine du Banchet et dont les ancêtres, les Perrières, ont exercé les fonctions de châtelains ; il s'emploie à rebâtir leur logis, en y répandant ses armoiries, puis la propriété passe aux La Madeleine.

En 1642, Anne de La Madeleine épouse François de Bonne de Créquy, duc de Lesdiguières. En 1748, Étienne de Drée, qui acquiert le château, fait de grands travaux et y découvre un trésor de vaisselle d'argent et de monnaie d'or. Après les Drée, le château, à partir de 1848, change plusieurs fois de propriétaire.

En 1863, il est la propriété d'un avocat de Lyon, qui restaure la façade. En 1872, il est acquis par André-Paul Gensoul. Il est, en 1896, profondément rénové par l'architecte Rotival.

Description[modifier | modifier le code]

Du château primitif, il ne reste que des amas de pierre envahis de broussailles ou quelques éléments de murailles ou de tours enserrés dans des maisons.

Le château dit « du Banchet », sur le flanc nord de l'ancienne enceinte, comporte deux bâtiments en équerre. Le corps de logis principal est flanqué de deux tours circulaires, d'une grosse tour carrée et d'une tourelle d'escalier à quatre pans. Il domine un petit étang, vestige d'un étang beaucoup plus vaste.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]