Château de Beaufief

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Beaufief
Image illustrative de l'article Château de Beaufief
Début construction XVIe siècle
Fin construction XVIIIe siècle
Propriétaire initial Auguste Perrodeau
Propriétaire actuel S. Bonvalet
Protection  Inscrit MH (1973)[1]
Coordonnées 45° 55′ 30″ nord, 0° 33′ 02″ ouest[2]
Pays Drapeau de la France France
Région historique Saintonge
Subdivision administrative Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Commune Mazeray

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

(Voir situation sur carte : Charente-Maritime)
Château de Beaufief

Le château de Beaufief (qui se prononce localement Beaufié) est un château français situé à Mazeray en Charente-Maritime.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette terre appartint jusqu'en 1633 à la famille Abillon, échevins de Saint-Jean-d'Angély, dont Joachim fut maire en 1547, et son fils Jean en 1582.

Par suite de mariages, successions et ventes, la seigneurie échut en 1763 à Pierre Auguste Perrodeau, né à Saint Jean-d'Angély en 1701 et qui mourra à Mazeray en 1781. Issu d'une ancienne famille de robe, il deviendra Procureur en l'élection de la ville et en fut élu maire en 1765. Ayant ajouté le nom de Beaufief au sien, et ce patronyme aristocratique sera porté par ses descendants, dont son arrière-petit-fils Joseph-Edouard (1821-1908), le créateur vers 1860 de la station balnéaire de Ronce-les-Bains.

Perraudeau fait démanteler les ruines de l'ancienne forteresse voisine des comtes de Taillebourg afin d'en récupérer des pierres et faire édifier en 1768 une nouvelle demeure, dont le garde-corps en fer forgé d'un balcon porte encore son chiffre.

À l'origine, les jardins et les bois constituaient un domaine de 600 hectares.

À la fin du XXe siècle, la maison quasi-ruinée fut acquise et restaurée par le comte Jehan Marie de la Tour de Geay (1913-1991) et par son épouse, née Jacqueline Collieaux (veuve de l'amiral Des Lions et belle-mère du comédien Bernard Dhéran), qui avaient fait de même à partir de 1952 au château d'Ecoyeux, ancienne propriété de la famille maternelle du barde saintongeais Evariste Poitevin (1877-1952) dit "Goulebenèze"; ces sauvetages de deux manoirs saintongeais ont été distingués par l'association Vieilles Maisons Françaises (Coupe Sazerac) respectivement en 1973 et 1982.

Le 4 octobre 1973, le château (ses façades et ses toitures), l'escalier et sa rampe en fer forgé, la salle à manger et sa cheminée, le salon du premier étage et ses boiseries, la chapelle ornée de stucs ont été inscrits monument historique[1].

En 1984, les restaurateurs de Beaufief ont reçu en outre le prix du concours "Chefs-d'œuvre en péril".

Architecture[modifier | modifier le code]

Un premier château daterait du XVIe siècle, il a été reconstruit à échelle réduite en 1768.

Il se caractérise comme une « folie » avec une allée centrale axiale qui traverse bois, parc et jardin.

L'entrée se fait par une avant(cour puis une cour dessinant un jardin à la française dont le tracé est resté inchangé, avec en face le logis. Les huit boules de buis marquent depuis l'origine le dessin des parterres.

Le logis à un étage et toit de tuiles romaines est centré par un pavillon sommé d'un fronton triangulaire surmonté d'un toit pyramidal couvert d'ardoises qui n'est pas d'origine et est probablement une adjonction du XIXe siècle. Les décors sont de style rococo.

Les deux ailes latérales symétriques sont en arc-de-cercle.

À l'extrémité Ouest la petite chapelle est de style Louis XV.

Le pigeonnier, une fuie ronde possède des lucarnes XVIIe siècle et sa porte était surmontée des armoiries des Collincourt.

Parc et jardins[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle un parc à l'anglaise a été créé qui entoure le Château. il est limité par des érables de Montpellier et des taillis de charmes.

Le potager traditionnel est enclos de murs.

Le parc du château a été inscrit au pré-inventaire des jardins remarquables[3].

Visites[modifier | modifier le code]

Aucune visite actuellement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Chassebœuf, Châteaux en Poitou-Charentes, Prahecq, Patrimoines et Médias, coll. « Belles visites », , 173 p. (ISBN 2-910137-91-0, OCLC 71887670)
  • Guide des parcs et jardins de Charente-Maritime, Philippe Prévôt, éditions Sud-Ouest 2003, (ISBN 2-87901-497-2)
  • Châteaux, manoirs et logis : La Charente-Maritime, éditions Patrimoine et Médias, , 541 p. (ISBN 2-910137-04-X)