Cerveau-d'œuvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le cerveau-d’œuvre est une unité de connaissance utilisée pour la fabrication d’une œuvre. Il désigne la part de la connaissance dans le prix de revient d’un objet fabriqué. Par exemple dans une facture de consultation médicale, on a l’habitude de distinguer le coût de la prescription médicale de celui des médicaments.

« Main d’œuvre » ne sous-entend pas que quelqu'un dont le travail est répétitif n'agit pas avec un cerveau, mais indique que ce cerveau n'est pas sollicité par l'entreprise si ce n'est pour apprendre, puis exécuter le geste qu'il s'agit de répéter.[interprétation personnelle]

De même, « cerveau d’œuvre » ne sous-entend pas que le corps de l'agent n'agit pas mais souligne que, contrairement à celui de la main d’œuvre, son cerveau est sollicité par l'entreprise pour la conception des produits et l'action productive.[interprétation personnelle]

Le corps est d'ailleurs le siège des émotions qui alimentent la créativité et permettent de réagir devant un imprévu (cf. António Damásio).[réf. insuffisante] La possession d'un corps émotif distingue radicalement l'être humain de l'ordinateur, et c'est cette différence qui confère son efficacité au couple qu'ils forment.[interprétation personnelle]

D'après Michel Volle, nous vivons la troisième révolution industrielle, basé sur une économie dite de la connaissance. L'emploi est consacré aux tâches qui demandent discernement et initiative. Il ne s'agit plus de « main-d’œuvre », mais de « cerveau-d'œuvre ». (L'Express - no 3216 - 20/02/2013)