Cerf Sika

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cervus nippon

Le cerf Sika (Cervus nippon) est une espèce de mammifère artiodactyle de la famille des cervidés qui se rencontre en Asie.

Description[modifier | modifier le code]

Il est légèrement plus petit que le daim et possède des bois qui peuvent dépasser huit cors. Comme le daim, il possède une robe tachetée.

Le cerf sika peut être facilement confondu avec le cerf axis, une espèce originaire des forêts claires d'Inde ou de Ceylan.

Répartition[modifier | modifier le code]

C'est un petit cervidé originaire de l'est de l'Asie que l'on rencontre en Sibérie, Mandchourie, Chine, Corée, Japon et dans certaines îles. Dans ces pays, on distingue plusieurs sous-espèces.

Au Japon, les populations les plus nombreuses se trouvent dans l'est de l'île d'Hokkaido. Plus d'un millier d'entre eux vivent à Nara.

Comme pour le daim, en Europe, l'essentiel des populations dites sauvages (ou marron) actuelles se trouve en Europe centrale et résulte de lâchers effectués au Moyen Âge. Le cerf sika, était selon l'ONCFS présent en France en 2005 en petites populations dans quinze départements (répartis en vingt-deux populations vivant à l’état libre). 50 % de ces populations sont des groupes de cinq à vingt individus, les populations de plus de vingt individus étant rares. À cause de risques réels d’hybridation, la présence conjointe du cerf sika et du cerf élaphe peut être source de pollution génétique[1].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Le rut a lieu fin octobre, les jeunes naissent en mai et juin et suivent leur mères jusqu'à la fin de l'hiver (à l'exception de la période du rut).

Facile à élever, il a été introduit dans de nombreux autres pays, en Europe, en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis, et des populations sauvages se sont naturalisées ici et là.

Plusieurs populations isolées sont à risque de dérive génétique en raison de leur consanguinité et de goulet d'étranglement génétique[2].

Écologie fonctionnelle[modifier | modifier le code]

Plusieurs études ont montré au Japon qu'une forte abondance de cerfs Sika se traduit par une augmentation de la biomasse de vers de terre et de certains insectes. Ceci a pour conséquence secondaire une augmentation de consommateurs de vers de terre et d'insectes (dont chez les petits et moyens prédateurs mammifères carnivores/omnivores (tels que le Blaireau japonais)[3] ;
Une étude s'est intéressée aux variations du régime alimentaire des blaireaux japonais (Meles anakuma) , selon qu'ils sont d'un côté ou l'autre d'une clôture anti-cerf sika, tout en comparant l'abondance d'autres animaux carnivores ou omnivore à l'intérieur et à l'extérieur de la clôture[4].
Selon ses résultats (publiés en 2014), les vers de terre et certains insectes sont - en présence d'une densité élevée des chevreuils - significativement plus nombreux. Et les restes de vers et de ces insectes sont retrouvés en bien plus grande quantité dans les excréments de blaireaux à l'extérieur de la clôture anti-cervidés où dans le cas de cette étude la densité de cerfs Sika était de 13,5 individus/km2 associée à une densité relative du blaireau de 0,16 (contre 2,3 cervidés par km2 et une densité relative de blaireaux de seulement 0,01)[4] ; Un test statistique a montré que cette relation est significative).

Les auteurs concluent qu'une densité élevée des chevreuils modifie le réseau trophique et contribue à un habitat plus riche en vers de terre et en insectes, qui favorise des densités de nourriture plus élevées pour les carnivores et omnivores[4].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

On répertorie les sous-espèces suivantes :

  • Cervus nippon nippon
  • Cervus nippon taiwanensis
  • Cervus nippon keramae
  • Cervus nippon mandarinus
  • Cervus nippon grassianus
  • Cervus nippon kopschi
  • Cervus nippon hortulorum

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Saint-Andrieux C., Pfaff E. (2009). Inventaires du daim et du cerf sika à l’état libre dans les communes de France en 2007. Réseau Ongulés sauvages, Lettre d’information 13 : 8-9 (2 p., 2 fig., 2 tab.).
  2. Nabata, D., Masuda, R., & Takahashi, O. (2004). Bottleneck effects on the sika deer Cervus nippon population in Hokkaido, revealed by ancient DNA analysis. Zoological Science, 21(4), 473-481 (résumé)
  3. Seki, Y., & Koganezawa, M. (2013). Does sika deer overabundance exert cascading effects on the raccoon dog population?. Journal of forest research, 18(1), 121-127.
  4. a, b et c Seki, Y., Okuda, K., & Koganezawa, M. (2014). Indirect effects of sika deer on Japanese badgers. Mammal Study, 39(4), 201-208 (résumé)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :