Cellectis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cellectis

Création 1999
Fondateurs André Choulika, David Sourdive
Forme juridique Société anonyme (France)
Action NASDAQ (CLLS)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Paris 13e - Biopark
Drapeau de France France
Direction André Choulika
Activité Biotechnologie, Genome engineering (en) et oncologieVoir et modifier les données sur Wikidata
Produits méganucléases, TALEN®
Site web www.cellectis.com

Cellectis est une entreprise d’ingénierie du génome spécialisée dans le développement d’immunothérapies fondées sur les cellules CAR T ingénierées, créée en 1999 sur un transfert de technologie de l’Institut Pasteur. L’immunothérapie adoptive anti-cancer développée par Cellectis est fondée sur des cellules T allogéniques exprimant un récepteur antigénique chimérique (CAR) ciblant les leucémies aiguës et chroniques. Les technologies CAR sont conçues pour cibler des antigènes à la surface des cellules cancéreuses. Cellectis a introduit sur le marché des biotechnologies au début des années 2000  les méganucléases, des « ciseaux moléculaires » qui permettent de modifier l’ADN d’une cellule de façon ciblée[1]. En janvier 2011, la société a obtenu une licence exclusive de l'Université du Minnesota pour la technologie de modification du génome TALEN.[2] Cette technologie d’ingénierie des génomes est aujourd’hui utilisée par Cellectis pour le développement d’immunothérapies contre le cancer fondées sur les cellules CAR-T ingénierées (UCART). [3]

Cellectis est cotée depuis 2007 sur le marché Alternext[4] de NYSE Euronext à Paris[5] et depuis 2015 sur le Nasdaq aux États-Unis.[6] Le siège social de la société est situé à Paris[7] et elle dispose également d’un bureau à New York[8].

Historique[modifier | modifier le code]

En décembre 1999, Cellectis est la troisième start-up née sur le campus de l’Institut Pasteur. Ses fondateurs, à l’époque chercheurs à l’Institut Pasteur, sont André Choulika, et David Sourdive. Ils cherchent à mettre au point une technologie  capable de modifier l’ADN de façon maîtrisée, rapide, sûre et reproductible[9].

Dates clés :

  • 20 décembre 1999 - Naissance de Cellectis
  • 2000 - Obtention de la première licence de brevets de l’Institut Pasteur
  • 2001 - Signature des premiers accords de licence
  • 2002 - Création du conseil scientifique, sous la présidence du Pr François Jacob, prix Nobel de médecine 1965
  • 2003 - Conception de la première méganucléase synthétique hybride
  • 2005 – Développement de la première méganucléase à spécificités modifiées
  • 2006 - Première publication scientifique montrant l’efficacité in vivo des méganucléases dans The Journal of Gene Medicine
  • 7 décembre 2007 - Cellectis entre en bourse, sur le marché Alternext de NYSE-Euronext
  • 2010 - Création de Calyxt, Inc. (précédemment Cellectis plant sciences)
  • 2011- Obtention d’une licence exclusive pour l’utilisation commerciale de la technologie TALEN de l’Université du Minnesota.[2] Elle commence à développer et à améliorer la technologie TALEN pour mettre au point des d’immunothérapies contre le cancer fondées sur les cellules CAR-T ingénierées (UCART)[3].
  • 2014 - Entrée du Groupe Pfizer au capital de Cellectis (10%)[10]
  • 2015 - Création de Cellectis, Inc.
  • 25 mars 2015 - Cellectis entre en bourse sur le Nasdaq aux États-Unis[6] pour une valeur de 228,25 USD.[11]

Produits et technologies[modifier | modifier le code]

Nucléases artificielles[modifier | modifier le code]

Cellectis a commencé en 1999 avec un outil d’ingénierie du génome, les méganucléases, qui étaient à l’époque la première technologie de modification du génome.[12] L’entreprise est restée concentrée sur les méganucléases jusqu’en 2010, lors de la découverte par des scientifiques de l’Université du Minnesota des nucléases effectrices TAL ou TALEN. Les nucléases TAL sont extrêmement précises, spécifiques à leur cible et efficaces, notamment grâce à la longueur de leur site de liaison qui est supérieur à 30 paires de base. Leurs diverses applications dans l’ingénierie du génome et leur spécificité en font la technologie la plus fiable pour des applications thérapeutiques.[13]

Au début de l’année 2013, Cellectis a testé la technologie CRISPR-Cas9 et a lancé une série d’expériences pour comparer cette technologie avec son portefeuille de technologies d’édition du genome.[14] Cellectis a reçu de l’Office européen des brevets, une licence d’utilisation de CRISPR dans les cellules T. [15]

Pulse Agile[modifier | modifier le code]

La société utilise la technologie d'électroporation brevetée pour incorporer des molécules d'ARNm et d'ADN dans les cellules. Cette méthode apporte une efficacité de transfection élevée et préserve la viabilité cellulaire.[16]

Filiales[modifier | modifier le code]

  • Calyxt (précédemment Cellectis plant sciences) est implanté à New Brighton (Minnesota) aux États-Unis et développe des produits alimentaires plus sains. Calyxt a conçu une plateforme d’amélioration de la valeur agronomique et de la qualité des cultures, à destination des industries agricoles et alimentaires.
  • Cellectis, Inc., qui est implantée à New York City aux États-Unis[17], participe au développement de programmes innovants à partir de lymphocytes T armés d'un CAR ciblant certains types de cancer.

Propriété intellectuelle[modifier | modifier le code]

Cellectis détient les droits d’exploitation exclusifs sur neuf familles de brevets délivrés et de demandes de brevets de l’Institut Pasteur, relatives à l’utilisation de la Recombinaison homologue et des méganucléases pour induire une recombinaison de l’ADN.

Cellectis détient également en propre un portefeuille de brevets, qui, au 31 décembre 2016, concernait 144 brevets déposés 551 demandes en cours d"examen.[18]

Principales distinctions[modifier | modifier le code]

  • Juillet 2011 : Cellectis Bioresearch reçoit le « Prix du service le plus innovant » pour son offre Talen Access dans le cadre des Life Science Awards[19].
  • Janvier 2010 : le Trophée national de l’innovation 2009 est décerné à Cellectis par l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI)[20].
  • Décembre 2009 : Cellectis reçoit le Prix INPI de l’Île-de-France pour sa stratégie de Propriété Industrielle[21].
  • Octobre 2006 : Cellectis reçoit le Grand prix de l’entrepreneur 2006 dans la catégorie « Prix de l’entreprise d’avenir 2006 », décerné par Ernst & Young et la Compagnie Financière Edmond de Rotschild.
  • 2005 : André Choulika reçoit le prix « chercheur de l’année 2005 » dans la série des prix « Les hommes de l’année » du Nouvel Economiste.
  • Décembre 2004 : Cellectis a été distinguée par le prix de l'ingénieur de l'année 2004 dans la catégorie « Entrepreneurs », décerné par Industrie et Technologies, avec le Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France (Cnisf). Cette distinction récompense la vision de Cellectis en matière de stratégie technologique, aujourd'hui reconnue par le marché, et surtout le succès industriel qu'elle a su réaliser depuis sa création.
  • Novembre 2004 : le Trophée Investisseur développement des 3es rencontres d'affaires BIORIF 2004 est remis à BankInvest, fonds danois, représenté par Björn Dellgren, pour son investissement dans la société Cellectis SA.
  • Septembre 2000 : pour son projet d'ingénierie rationnelle des protéines, André Choulika reçoit le 2e prix spécial du deuxième Concours national de création d'entreprises de technologies innovantes du ministère de la recherche, en collaboration avec l'Agence nationale de valorisation de la recherche (Anvar, devenue Oséo).

Découverte majeure[modifier | modifier le code]

En 2015 : première guérison d’une leucémie grâce à un traitement génétique, pour une petite fille britannique de 11 mois, grâce à un médicament expérimental de la société Cellectis ; elle est la patiente du Dr Paul Veys, directeur de l’unité de transplantation de moelle osseuse du Great Ormond Street Hospital (GOSH) à Londres[22],[23]. Il déclare le  : « Sa leucémie était tellement agressive qu’une telle réponse est presque un miracle »[22],[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. " Lancement de Cellectis SA, Start Up de l'Institut Pasteur", Communiqué de presse, 11 septembre 2000
  2. a et b « Quel talen(t) ! Des nouvelles techniques pour modifier le génome des plantes », Inf'OGM,‎ (lire en ligne)
  3. a et b finanzen.net GmbH, « Cellectis Granted Patent for CRISPR Use in T-Cells », markets.businessinsider.com,‎ (lire en ligne)
  4. « CELLECTIS - Avis d'admission sur Alternext Paris | Euronext », sur www.euronext.com (consulté le 4 décembre 2017)
  5. « CELLECTIS | Euronext », sur www.euronext.com (consulté le 4 décembre 2017)
  6. a et b « Quel délai pour l'IPO sur le NAsdaq ? | CELLECTIS », sur www.boursorama.com (consulté le 4 décembre 2017)
  7. « Cellectis's Headquarters, Office Locations and addresses - Company Profile on craft.co », sur craft.co (consulté le 4 décembre 2017)
  8. (en) « Cellectis Opens Labs and Offices in Manhattan, New York », sur www.businesswire.com (consulté le 4 décembre 2017)
  9. (en) « Cellectis - Annual Report 2009 | Antiviral Drug | Virus », sur Scribd (consulté le 4 décembre 2017)
  10. Biotechs : la technologie de Cellectis suscite l’enthousiasme, Le Monde, 28 juin 2014
  11. (en) Sheridan, Cormac, « European biopharma funding is down 43% so far this year », NovaMedica,‎ (lire en ligne)
  12. « Cellectis S.A. and Celliance Collaborate on Mammalian Cell Lines Engineering », sur www.cabi.org (consulté le 13 décembre 2017)
  13. « Cellectis Nabs TAL Effector IP from Minnesota and Iowa State Universities | GEN », sur GEN (consulté le 13 décembre 2017)
  14. (en) Chris Cain, « CRISPR genome editing », SciBX: Science-Business eXchange, vol. 6, no 4,‎ (DOI 10.1038/scibx.2013.77, lire en ligne)
  15. « Cellectis Granted T Cell CRISPR Patent in Europe | GEN », sur GEN (consulté le 13 décembre 2017)
  16. « Cellectis Acquires Electroporation Firm Cyto Pulse for $2.2M in Cash | GEN », sur GEN (consulté le 13 décembre 2017)
  17. (en) « Cellectis (ALCLS) Opens Up Shop and Brings Engineered CAR-T Therapy to the Big Apple », sur www.biospace.com, (consulté le 6 mai 2015)
  18. « Celletis S.A. », (consulté le 18 janvier 2018)
  19. "prix du service le plus innovant"
  20. Communiqué de presse France Biotech, 9 février 2010
  21. BFM Business, 1er décembre 2009
  22. a et b Chloé Hecketsweiler, « Première guérison d’une leucémie grâce à un traitement génétique », sur Le Monde, (consulté le 6 novembre 2015)
  23. « Leucémie : un nouveau traitement porteur d'espoir », sur www.francetvinfo.fr, (consulté le 6 novembre 2015)
  24. « Leucémie : la guérison "miracle" de Layla Richards », sur www.sciencesetavenir.fr, (consulté le 6 novembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]