Casino Music

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Casino Music
Description de cette image, également commentée ci-après
Le chanteur Gilles Riberolles, en 2021.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Pop, new wave, mutant disco
Années actives 1978-1981
Labels ZE Records
Site officiel www.zerecords.com
Composition du groupe
Anciens membres Gilles Riberolles
Eric Weber

Casino Music est un groupe français formé par Gilles Riberolles et Eric Weber à la fin des années 1970, il sera signé sur le label new-yorkais ZE Records.

Biographie[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1970, Gilles Riberolles et Eric Weber, amis de lycée, partageaient une maison à Saint Mande près du bois de Vincennes à l’orée de Paris. La cave fut vite transformée en studio de répétition. Didier Esteban, le frère de Michel Esteban, le boss du concept store des Halles « Harry Cover » et cofondateur du label New Yorkais ZE Records, et Philippe Chany qui composera plus tard le Hit C'est la Ouate pour Caroline Loeb, les rejoignent dans la première formule d’un groupe qui allait devenir Casino Music.

Le groupe est alors managé par Alain Wais, critique musical au journal le Monde, sort un premier single « Burger City/ Viol AF015 » en 1978 sur «  Vid Ordur », le label d’Alain Maneval, animateur radiophonique parisien. Gilles Riberolles est également journaliste au magazine « Best ».

Michel Esteban convainc le groupe à signer sur ZE Records, à la clé un enregistrement à New York au mythique Blank Tapes Studios, Chris Stein le leader du groupe Blondie à la production avec qui entre-temps Riberolles s’est lié d’amitié.

Casino est alors composé de Gilles Riberolles guitare et chant, Eric Weber à la basse, Jean Michel Lemeur à la batterie et Anatole Mundi aux claviers. Viendront se joindre aux quatre français, les New Yorkais Allen Wentz aux synthés, Chris Stein viendra faire quelques solo de guitare, Tom Malone le trombone/Sax des Blues Brothers arrangera les cuivres, Ron Rogers au piano et aux percussions. Les cœurs seront assurés par Christine Wilshire membre de Aural Exciters, de Mary Seymour et Gina Tharps.

Cristina viendra faire un cameo, alors que Gilles lui rendra la pareille sur « La poupée qui fait non » produit par August Darnell.

L’album sera mixé aux Compass Point Studios à Nassau, Bahamas par le boss d’Island records Chris Blackwell qu’Esteban a réussi à convaincre. Steven Stanley, ingénieur du son du « Mambau Nassau » de Lizzy Mercier Descloux et futur membre de Tom Tom Club est derrière la console.

Pour la pochette Esteban a fait venir une de ses connaissances, Richard Brenstein le responsable de toutes les couvertures du magazine d’Andy Warhol Interview. L’album sort en 1979 en version Française Amour Sauvage et anglaise Jungle Love.

Malgré un très bon accueil critique l’album distribué dans toute l'Europe et au Japon et des concerts parisiens du groupe avec Blondie ou les B52’ au Palace, les ventes seront décevantes.

En 1981 Esteban produira un dernier single avec Casino Music : Go Go Word, Encore Hardcore, et une excellente reprise du hit de Sonny and Cher The Beat Goes On.

En 2010, ZE Records rééditera au Japon distribué par P.Vines Records l'album Jungle Love avec toutes les versions françaises, anglaises du premier album ainsi que toutes les versions du dernier single et des inédits enregistrés aux Compass Point Studios.

En , trente deux ans plus tard le « Frenchy but Chic » est de retour. Frédéric Sanchez, sound designer des défilés des plus grandes marques de Prêt à porter, sélectionne Casino Music dans la playlist de l'été de l’illustre Vogue français[1],[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Casino Music », sur Discogs (consulté le ).
  2. http://www.zerecords.com/2010/artists_biography.php?id=8