Calcinose enzootique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La calcinose enzootique est une maladie chronique qui affecte les animaux herbivores d'élevage, notamment les ruminants et des chevaux, et qui se manifeste par une forte calcification des tissus mous, notamment sur les parois de l'aorte, du cœur, de l'artère pulmonaire, des reins et des tendons. Elle peut s'accompagner d'une ostéofibrose, due à un excès de résorption osseuse par excès d'apport de vitamine D. La maladie se caractérise, outre une minéralisation systémique des tissus mous, par une hypercalcémie, une hyperphosphatémie, un hypercalcitoninisme, un hyperparathyroïdisme et des modifications du squelette (dont l'ostéopétrose)[1],[2]. Cette maladie est causée principalement par une intoxication végétale ou par des déséquilibres minéraux dans le sol[3],[4], qui entraînent un excès de vitamine D (ce dernier peut aussi avoir une origine iatrogène)[4].

La prévalence de la maladie chez les bovins est importante dans diverses régions d'Argentine, du Brésil, de Papouasie-Nouvelle-Guinée, de Jamaïque, de Hawaï et de Bavière notamment et varie largement, de 10 % à 50 %. Elle peut causer, chez les moutons, jusqu'à 60 % de mortalité dans le sud du Brésil et affecter 17 % du cheptel à Mattewara (Inde). Partout ailleurs, la maladie est rare ou inexistante, ou moins bien documentée (Australie, Israël, Afrique du Sud et sud des États-Unis)[3].

Les plantes susceptibles d'être à l'origine de la maladie sont en particulier Trisetum flavescens (avoine dorée), qui est une graminée, et des solanées appartenant aux genres Cestrum, Nierembergia et Solanum, dont Cestrum diurnum (jasmin du jour), Nierembergia veitchii, Solanum esuriale, Solanum torvum et Solanum malacoxylon. Ces espèces contiennent des glycosides calcinogènes, notamment du calcitriol, ou 1,25-dihydroxycholécalciférol, ou des substances qui miment leur action calcigénique. Selon certaines études, Solanum malacoxylon disposerait du système enzymatique nécessaire pour synthétiser le calcitriol à partir de la vitamine D3[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Franklin Riet-Correa, Poisoning by Plants, Mycotoxins, and Related Toxins, Wallingford, CABI, , 739 p. (ISBN 978-1-84593-833-8, lire en ligne), p. 452-457.
  2. (en) Peter R. Cheeke, Toxicants of Plant Origin : Glycosides, t. 2, CRC Press, , 288 p. (ISBN 978-0-8493-6991-9, lire en ligne), p. 214-220.
  3. a b et c (en) Walter Gruenberg, « Enzootic Calcinosis », sur Merck Veterinary Manual (consulté le 26 février 2017).
  4. a et b Dominique Marx, « Les maladies métaboliques chez les ovins (thèse) », École nationale vétérinaire d'Alfort, (consulté le 26 février 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]