Caius Acilius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Caius Acilius est un homme politique, sénateur et historien de la République romaine de la première moitié du IIe siècle av. J.-C.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est membre de la gens plébéienne des Acilii. Il est peut-être parent de Manius Acilius Glabrio, consul en 191 av. J.-C., et appartiendrait à la branche des Acilii Glabriones[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 155 av. J.-C., comme il connaît le grec et qu'il est sénateur, il est choisi pour servir d'interprète au Sénat pour la venue des philosophes Carnéade, Diogène et Critolaos, envoyés à Rome en tant qu'ambassadeurs d'Athènes[a 1].

Acilius a écrit en grec une histoire de Rome[1], des origines jusqu'en 184 av. J.-C. au moins, citée par Denys d'Halicarnasse[a 2], Cicéron[a 3] et Plutarque[a 4]. Selon Tite-Live, l'œuvre est publiée en 142 av. J.-C.[a 5] Elle est traduite en latin par un certain Claudius, peut-être Claudius Quadrigarius[3], version citée par Tite-Live sous le nom d'Annales Aciliani[a 6] et libri Aciliani[a 7] mais dont seuls quelques fragments ont survécu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  • Sources antiques :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Baratin et Jean-Pierre Néraudau, La Littérature latine, Hachette Éducation,
  • Marie Ledentu, Studium Scribendi : recherches sur les statuts de l'écrivain et de l'écriture à Rome à la fin de la République, Peeters Publishers,
  • (de) Hans Beck et Uwe Walter, Die frühen römischen Historiker, vol. 1, Darmstadt,

Article connexe[modifier | modifier le code]