Diogène de Babylone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Diogène.
Diogenes Babylonicus.jpg

Diogène de Babylone, dit aussi « Diogène de Séleucie », est un philosophe stoïcien (-240 - -150).

Biographie[modifier | modifier le code]

Diogène de Babylone est natif de Séleucie du Tigre en Mésopotamie, vers -240. Il fut le troisième scolarque du Portique en -206, à la mort de Chrysippe. En -156, envoyé en ambassade à Rome par les Athéniens, avec Carnéade et Critolaos[1], il y ouvrit une école qui a permis de vulgariser la pensée stoïcienne auprès des intellectuels romains. Il eut de nombreux élèves, dont Apollodore d'Athènes, Panétios, Antipatros de Tarse et Boéthos de Sidon. Il mourut vers -150.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Le premier, il justifierait la propriété privée. Diogène de Babylone abandonne la thèse stoïcienne de la conflagration cosmique. Dans le domaine astronomique, il avait estimé que la convergence des planètes se produisait tous les 365 années d'Héraclite[2]. Il semble avoir inventé ce qu'on appelle l'argument ontologique, preuve classique de l'existence de Dieu. Il assigne cette fin à la morale : « User de la raison dans le choix des choses conformes à la nature et le rejet des choses contraires ».

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Manuel sur le son vocal[3]
  • Manuel de Dialectique[4]
  • Sur la Rhétorique[5]
  • Sur la Musique[6]
  • Sur Athéna [7]
  • Le Mariage
  • Sur l'absence de chagrin[8]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Fragments[modifier | modifier le code]

  • Hans von ARNIM, Stoicorum veterum fragmenta, 1re éd. : Leipzig : Teubner. 4 vols. : 1905, 1903, 1903, 1924. Réimpr. : 1921, 1923, 1923 pour les 3 premiers volumes. Réimpr. à Stuttgart : Teubner, 1964 ; 1968. Vol. III p. 210-243.
  • Un fragment sur la musique : Daniel Delattre, Philodème, De la musique : livre IV, colonnes 40 à 109, Cronache Ercolanesi, 19 (1989), pp. 49-143.

Études[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire des philosophes de l'Antiquité, CNRS, t. II, pp. 807-808.
  • Jean-Paul Dumont, "Diogène de Babylone et la preuve ontologique", Revue philosophique, 1065, 1982.
  • Jean-Paul Dumont, "Diogène de Babylone et la déesse raison", in La Métis des stoïciens, Bulletin de l'Association Guillaume Budé, 1984, pp. 260-278.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • [1] Diogène de Babylone

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Ferrary, Philhellénisme et impérialisme, coll. BEFAR, Paris, 1988, pp. 351-363
  2. Plutarque Opinions des philosophes (892 D,2)
  3. Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres [détail des éditions] [lire en ligne] (Livre VII, 121)
  4. Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres [détail des éditions] [lire en ligne] VII,71
  5. Ref. dans le PHerc 1506 et 1426
  6. Ref. dans le traité de musique de Philodème (Livre IV)
  7. Ref. PHerc 1428
  8. Papyrus PMil Vogliano 11