C/1743 X1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
C/1743 X1
Description de cette image, également commentée ci-après
Les queues de C/1743 X1, la grande comète 1744, s'étendant au-dessus de l'horizon avant le lever du Soleil le 9 mars 1744
Établi sur ?observations couvrant ?
Caractéristiques orbitales
Excentricité 1,0
Périhélie 0,222209[1] ua
Inclinaison 47,1417°
Dernier périhélie 1er mars 1744

Caractéristiques physiques
Découverte
Découvreurs Jan de Munck, Dirk Klinkenberg, Jean-Philippe de Chéseaux
Date 29 novembre 1743
Désignations 1744
Comète de Chéseaux

La Grande comète de 1744, dont la désignation officielle est C/1743 X1, et qui est également appelée comète de Cheseaux ou comète Klinkenberg-Cheseaux, est une comète spectaculaire qui fut observée entre fin 1743 et début 1744. Elle fut découverte indépendamment fin novembre 1743 par Jan de Munck, dans la seconde semaine de décembre par Dirk Klinkenberg, et, quatre jours plus tard, par Jean Philippe Loys de Cheseaux. Elle devint visible à l'œil nu pendant plusieurs mois en 1744 et montra des effets spectaculaires et inhabituels dans le ciel. Sa magnitude absolue — ou luminosité intrinsèque — de 0,5 est la sixième plus élevée des valeurs enregistrées historiquement[2]. Sa magnitude apparente pourrait avoir atteint une valeur de -7, la conduisant à être classée parmi les "grandes comètes". Cette comète est particulièrement célèbre pour avoir développé un 'éventail' de six queues après avoir atteint son périhélie.

Découverte[modifier | modifier le code]

La comète fut découverte le 29 novembre 1743 par Jan de Munck à Middelburg[3], et aperçue indépendamment le 9 décembre 1743 par Klinkenberg à Haarlem, puis par Cheseaux à l'observatoire de Lausanne le 13 décembre. Chéseaux dit qu'elle n'avait pas de queue et ressemblait à une étoile nébuleuse de troisième magnitude ; il mesura une chevelure de cinq minutes d'arc[4].

La luminosité de la comète s'accrut constamment à l'approche du périhélie. Le 18 février 1744, Cheseaux nota qu'elle était aussi brillante que la planète Vénus (avec une magnitude apparente de -4,6) et qu'à ce moment elle avait une double queue.

Périhélie, "six queues"[modifier | modifier le code]

La comète atteignit son périhélie autour du 1er mars 1744, à une distance de 0,2 unité astronomique du Soleil[1]. À peu près à cette époque, elle était assez brillante pour être observée de jour à l'œil nu[5]. Comme elle s'éloignait du périhélie, une queue spectaculaire se développa — s'étendant bien au-dessus de horizon tandis que le noyau de la comète restait invisible à cause du lever du jour. Début mars 1744, Chéseaux et plusieurs autres observateurs décrivirent un phénomène extrêmement inhabituel — un 'éventail' de six queues séparées s'éleva au-dessus de l'horizon[5]. La structure de la queue fut une énigme pour les astronomes pendant plusieurs années. Bien que d'autres comètes aient eu des queues multiples, la comète de 1744 fut unique pour en posséder six. Il a été suggéré que l'éventail de queues fut créé par trois sources actives sur le noyau cométaire, soumises au rayonnement solaire pendant que le noyau tournait sur lui-même[6]. Il a également été proposé que le phénomène de queues multiples soit un exemple très marqué de "stries de poussières" observé dans les queues de certaines comètes, telles que la comète West et C/2006 P1 (McNaught).

Autres observations[modifier | modifier le code]

Le 9 mars, Chéseaux, fut le dernier observateur connu de l'hémisphère nord à voir la comète, mais elle resta visible aux observateurs de l'hémisphère sud, dont certains signalèrent une queue s'étendant sur environ 90 degrés le 1er mars[6]. La comète ne fut plus visible après le 22 avril 1744.

La comète fut également décrite dans les observations astronomiques chinoises. Les chercheurs ont découvert que certaines de leurs observations décrivent des sons associés à la comète, qui pourraient, si le fait est exact, résulter de l'interaction de particules dans la magnétosphère terrestre, comme il est parfois observé lors des aurores[7].

Charles Messier, alors âgé de 13 ans, fut parmi ceux qui virent la comète et elle fut pour lui une source d'inspiration importante. Il devint ensuite une figure importante de l'astronomie, et découvrit plusieurs comètes pendant ses observations.

Période[modifier | modifier le code]

Bien que Chéseaux ait affirmé que C/1743 X1 possédait une période de révolution de 442 ans, il est généralement admis aujourd'hui qu'il s'agissait d'une comète non périodique dont la trajectoire hyperbolique l'a fait sortir définitivement du système solaire[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « JPL Small-Body Database Browser: C/1743 X1 », Jet Propulsion Laboratory, 1744-03-01 last obs used (2-body dynamics used in orbit determination) (consulté le )
  2. Kidger, M. Comet Hale-Bopp Light Curve, NASA Jet Propulsion Laboratory, accessed 17-11-08
  3. De Munck, J., Sterrekundige Waarneemingen op de Comeet of Staart-Sterre; Sedert den 29 November des Jaars 1743. tot op den 1 Maart van den Jaare 1744, Amsterdam/Middelburg: Isaak Tirion/Hendrik van Hoekke, 1744.
  4. Kronk, G. W. Cometography: A Catalog of Comets, I, Cambridge: Cambridge University Press, 1999, p. 408.
  5. a et b Kronk, p.410
  6. a et b Kronk, p.411
  7. Keay, C. Explanation of Auroral Sounds, Australian Space Weather Agency, accessed 17-11-08
  8. (en) Stoyan, Ronald,, Atlas of great comets, Cambridge, Cambridge university press, 224 p. (ISBN 978-1-107-09349-2, OCLC 897445176, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]