Bokor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bokor (homonymie).

Les bokors, bocors ou bòkò dans la religion vaudou sont des sorciers ou houngans (prêtres) qui louent leurs services. On dit d'eux qu'ils "servent les lwas des deux mains", ce qui veut dire qu'ils pratiquent à la fois la magie noire et la magie bénéfique. Leur magie noire inclut la création des zombies et celle des "wangas", des talismans qui abritent des esprits[1].

Description[modifier | modifier le code]

Les bokors figurent dans plusieurs contes haïtiens et sont souvent associés à la création de zombis à l'aide d'un breuvage ou d'une potion qui plonge dans un état de catalepsie donnant l'apparence de la mort, contenant généralement des poisons à des doses sub-mortelles (extraits de tétraodon et stramoine notamment). Dans ces légendes, cette potion donne l'impression que le buveur est mort, à la suite de quoi il est enterré. Quelques jours plus tard, le bokor revient chercher le "cadavre" et le force à agir suivant sa volonté, par exemple pour le travail manuel. La personne est, cependant, tout à fait vivante mais dans un état de conscience dissocié dans lequel elle ne peut pas maîtriser ce qu'elle dit ou fait. À ce point, quand la personne est sortie du tombeau et "réanimée", ou du moins travaille pour le bokor, on peut l'appeler un zombi. Cependant certaines histoires de zombis se dispensent d'explications rationnelles, et le bokor y crée des zombis à partir de corps morts dont l'âme (le "ti-bon-anj") s'est échappée[1].

De plus, les bokors sont dits travailler avec les âmes ou les esprits des zombis capturés dans un fétiche afin de renforcer le pouvoir du bokor[1]. Les bokors travaillent habituellement avec les lwas Baron Samedi, Kalfou, Papa Legba et Simbi (le lwa serpent) et dans certains cas on dit qu'ils travaillent avec Grand Bois, le lwa de la forêt.

Les bokors sont aussi les "root workers" ("cheville ouvrière") du vaudou et du vaudou de Nouvelle-Orléans. Ce sont parfois des prêtres d'un temple vaudou mais pas toujours. Certains disent [Qui ?] que l'on naît bokor, ceux qui sont nés avec un grand "ashe" (pouvoir). Un bokor peut être, dans une optique chrétienne, bon ou mauvais. Les films et les livres ont donné une image sombre et malfaisante du bokor et du vaudou, de manière caricaturale. Certains disent [Qui ?] qu'un bokor peut être une personne ordinaire et avoir une haute moralité[réf. nécessaire].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Clairvius Narcisse, un Haïtien supposé avoir été plongé dans l'état de zombi par un bokor.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Report on Voodoo, from Self-Ascription Without Qualia: A Case-Study (PDF) - Chalmers, David J.; Department of Philosophy, Université de Californie à Santa Cruz