Papa Legba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la religion
Cet article est une ébauche concernant la religion.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Papa Legba est un lwa (esprit, divinité) du vaudou (religion originaire de l'ancien royaume du Danhomey (actuel Bénin en Afrique de l'Ouest). Il est toujours largement répandu au Bénin et au Togo.

Legba, a la fonction d'intermédiaire et de messager des dieux. Il est assimilé, dans le vaudou syncrétiste haïtien, à saint Pierre, qui détient les clefs du Paradis et de l'Enfer. Il préside le lavage des mains d'eau et de rhum.

Dans le vaudou en Afrique, il n'y a pas les concepts de paradis et d'enfer. Lêgba (Eshu pour les anglophones) est en effet le dieu le plus important en cela qu'il est le dieu des croisements, le dieu de la réflexion ; son rôle d'intermédiaire vient ensuite. Il forme avec la divinité Fa (ou Ifa) un couple porteur de la pédagogie de cette culture2.

Autres divinités[modifier | modifier le code]

Il correspond à Elegua à Cuba, et à Eshu au Brésil.

Vévé de Papa Legba

Il garde la frontière entre le monde des humains et le monde surnaturel. C'est pourquoi on le dit présent à l'entrée des temples aux barrières et aux carrefours. Il est ainsi rapproché du saint Pierre chrétien, à cause des clés du paradis que porte ce dernier, mais aussi de Lazare et de saint Antoine en tant que patron des objets perdus.

Il est aussi associé au Saint Enfant Jésus d’Atocha car il peut aussi être vénéré comme un enfant, joueur et plaisantin. Il est également nommé Lucero (L’étoile du matin) par les Paleros. Il ouvre et ferme les chemins. Il est le messager tout puissant des dieux. Ses couleurs sont le rouge et le noir.

Il est représenté comme un vieillard couvert d'un chapeau de paille, fumant la pipe et tenant une canne. Très coléreux, à minuit, il devient malfaisant. Sa manifestation nocturne dans le rite Petro est Kalfu. Il contrefait les sortileges du baron en emprisonnant les aiguillons de cire blanche dans les malefices di bourdon.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Erwan Dianteill et Michèle Chouchan, Eshu, dieu d'Afrique et du Nouveau Monde, Paris, Larousse, collection "Dieux, mythes et héros", 192 p., 2011.
  • Laënnec Hurbon, Les Mystères du vaudou, Paris, Gallimard, collection "Découverte Gallimard", 1993.

Liens externes[modifier | modifier le code]