Blythe Masters

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blythe Masters
Blythe Masters Speaking at ConsenSys 2015.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (48 ans)
OxfordVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Site web

Blythe Sally Jess Masters (née le à Oxford au Royaume-Uni) est une opératrice de marché de la banque J.P. Morgan & Co. (actuelle JPMorgan Chase) dans le secteur des ressources de base et matières premières de première nécessité (head of global commodities). En 1994, elle a été à l'origine d'un nouveau produit financier, le credit default swap (CDS), ou couverture de défaillance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle a reçu une double formation en mathématiques et en finance. Elle est entrée à l'âge de dix-sept ans chez JPMorgan et y a effectué toute sa carrière. En 2015 elle se voit offrir la direction de la banque d'investissement de la British Bank, qu'elle refuse[1].

Création[modifier | modifier le code]

On lui attribue généralement la création de la forme moderne du credit default swap (CDS). Le « contrat d'échange sur défaut de crédit », ou « couverture de défaillance », est une transaction non-financée : sans obligation de mettre de côté des fonds pour garantir la transaction, le vendeur de protection reçoit des primes périodiques et augmente ses avoirs sans nul investissement en capital si aucun événement de crédit n'a lieu jusqu'à maturité du contrat. Dans le cas contraire, événement plus ou moins probable mais très coûteux, il est contraint de faire un paiement contingent, donc de fournir des fonds ex post. Il s'agit donc d'une exposition hors-bilan.

Blythe Masters a été accusée par le journal britannique The Guardian d'être « la femme qui a inventé les armes financières de destruction massive » [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Reuters, « Exclusive: Barclays' boss wants Blythe Masters to run investment bank - source », sur reuters.com, (consulté le 24 octobre 2016).
  2. The woman who built financial 'weapon of mass destruction', The Guardian, 20 septembre 2008

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]