Bissociation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La bissociation, terme forgé par Arthur Koestler[1], est considéré comme un des processus créatifs clé à côté de l'incubation, de la sérendipitéetc.

Il s'agit d'associer ou plutôt de combiner deux idées, deux solutions ou deux univers parfois a priori très étrangers, afin d'en créer un troisième, inédit.

Les néologismes trissociation et multissociation sont construits sur la même base et employés, comme leur nom l'indique, en fonction du nombre d'idées associées dans une réponse à un problème donné. Un bon exemple de multissociation est le Douglas DC-3, combinaison, sur le même appareil, de cinq solutions techniques jusqu'alors éparpillées.

Comme c'est un processus créatif clé de la créativité, les exemples abondent. Un parmi tant d'autres est celui du baladeur de Sony (Walkman), combinaison d'un lecteur de cassettes dont l'entreprise ne savait que faire et d'une paire d'écouteurs, imaginée par Masaru Ibuka alors qu'il flânait d'un étage à l'autre du centre de recherche.

Exemples d'inventions techniques[modifier | modifier le code]

Au nombre des exemples les plus représentatifs et couronnés de succès commercial, on peut également citer :

Développements informatiques[modifier | modifier le code]

La bissociation est aussi un processus de création utilisé dans l'informatique. L'émergence du Web 2.0 a permis la création de nouvelles applications (dites mashup), combinant des APIs déjà existantes.

Création musicale[modifier | modifier le code]

En combinant la partie instrumentale d'un morceau avec la partie a cappella d'un autre, les DJ créent de nouveaux morceaux aussi appelés mashup. Ce processus de création, à l'instar des remix, trouve un public de plus en large.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En anglais « bisociation », le mot est utilisé pour la première fois dans son livre Le Cri d'Archimède.