Batya Gour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Shalom2.svg Cette page contient des caractères hébreux. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Batya Gour
Description de cette image, également commentée ci-après

Batya Gour en 2003.

Nom de naissance Batya Mann
Naissance
Tel Aviv, Drapeau d’Israël Israël
Décès (à 57 ans)
Jérusalem, Drapeau d’Israël Israël
Activité principale
Auteur
Genres

Œuvres principales

  • Meurtre au philharmonique

Batya Gour ((he) ‏בתיה גור), née Batya Mann le à Tel Aviv et morte le à Jérusalem, est une écrivaine israélienne, spécialisée dans le roman policier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Batya Gour enseigne la littérature dans un lycée, puis à l'Université hébraïque de Jérusalem, où elle avait fait ses études. Elle collabore également, en tant que critique littéraire, au quotidien israélien Haaretz.

Gour se met à l'écriture sur le tard, à l'âge de 41 ans.

En 1988, elle publie Le Meurtre du samedi matin (Reṣaḥ bšabat babwqer : rwmaʾn balašiy), un premier roman policier qui met en scène son héros récurrent, le commissaire Michaël Ohayon, « directeur des affaires criminelle de Jérusalem »[1]. Ohayon revient dans cinq autres titres. Dans Meurtre à l'université (Maṿet ba-ḥug le-sifrut), nombre des personnages sont inspirés d'individus réels, issus des milieux académiques israéliens. Presque toujours, les enquêtes poussent le commissaire à s'introduire « dans des milieux fermés décrits avec réalisme et force de détails, apportant au lecteur des éclairages précieux sur certaines réalités politiques israéliennes »[1], notamment dans Meurtre au kibboutz (Liynah mšwtepet : reṣaḥ baqiybwṣ, 1992). Dans Meurtre au philharmonique (ha-Merḥaḳ ha-nakhon : rotseaḥ musiḳali, 1996), l'intrigue policière compte de nombreuses anecdotes sur la musique baroque.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Série Michaël Ohayon[modifier | modifier le code]

  • Reṣaḥ bšabat babwqer : rwmaʾn balašiy (1988)
    Publié en français sous le titre Le Meurtre du samedi matin : un roman psychanalytique, traduit par Jacqueline Carnaud et Laurence Sendrowicz, Paris, Fayard, 1993 (ISBN 2-213-03174-6) ; réédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche » no 14540, 1998 (ISBN 2-253-14540-8) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio policier » no 447, 2006 (ISBN 9782070308965)
  • Maṿet ba-ḥug le-sifrut (1989)
    Publié en français sous le titre Meurtre à l'université : un crime littéraire, traduit par Jacqueline Carnaud et Jacqueline Lahana, Paris, Fayard, 1994 (ISBN 2-213-59318-3) ; réédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche » no 14998, 2001 (ISBN 2-253-14998-5) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio policier » no 455, 2007 (ISBN 978-2-07-033921-1)
  • Liynah mšwtepet : reṣaḥ baqiybwṣ (1992)
    Publié en français sous le titre Meurtre au kibboutz, traduit par Rosie Pinhas-Delpuech, Paris, Fayard, 1995 (ISBN 2-213-59491-0) ; réédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche » no 14478, 1998 (ISBN 2-253-14998-5) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio policier » no 419, 2006 (ISBN 2-07-030897-9)
  • Ha Merḥaḳ hanakwn : rotseaḥ musiḳali (1996)
    Publié en français sous le titre Meurtre au philharmonique, traduit par Laurence Sendrowicz, Paris, Fayard, 1997 (ISBN 2-213-59979-3) ; réédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche » no 14825, 2000 (ISBN 2-253-14825-3) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio policier » no 474, 2007 (ISBN 978-2-07-033922-8)
  • Reșah̦ bDerek Beyt Leh̦em (2001)
    Publié en français sous le titre Meurtre sur la route de Bethléem, traduit par Laurence Sendrowicz, Paris, Fayard, coll. « Policiers », 2003 (ISBN 2-213-61519-5) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio policier » no 400, 2006 (ISBN 2-07030898-7)
  • Reṣaḥ, mṣalmiym (2004)
    Publié en français sous le titre Meurtre en direct, traduit par Emmanuel Moses, Paris, Gallimard, coll. « Série Noire », 2006 (ISBN 2-07-077350-7) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio policier » no 779, 2015 (ISBN 978-207-046585-9)

Autre romans[modifier | modifier le code]

Essai[modifier | modifier le code]

  • Requiem la-tseniout o likhiot be-yerouchalaïm (2000)
    Publié en français sous le titre Jérusalem, une leçon d'humilité, traduit par Sylvie Cohen, Paris, Gallimard, coll. « Arcades » no 67, 2000 (ISBN 2-07-075811-7)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dictionnaire des littératures policières, volume 1, p. 867.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]