Bataille de Nikiou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Nikiou
Description de cette image, également commentée ci-après

mosquée Amr au Caire

Informations générales
Date 646
Lieu Nikiou (Égypte)
Issue victoire arabe
Belligérants
Labarum.svg Empire byzantin Califat rashidun
Commandants
Manuel Amr ibn al-As
Forces en présence
Inconnues 15 000
Pertes
Inconnues Inconnues

Guerres byzantino-arabes

Batailles

Ajnadayn · Damas · Fahl · Yarmouk · Jérusalem · Héliopolis · Nikiou · Conquête musulmane du Maghreb · Sufétula · Phœnix de Lycie · 1ère Constantinople · Vescera · Sébastopolis · Carthage · Tyane · 2ème Constantinople · Andrinople · Nicée · Akroinon · Kamacha · Invasion de l'Asie Mineure (782) · Kopidnadon · Krasos · Invasion de l'Asie Mineure (806) · Conquête musulmane de la Sicile (Syracuse) · Anzen · Amorium · Mauropotamos · Damiette · Poson · Bathys Ryax · Siège de Raguse · Kardia · Golfe de Corinthe · Portes ciliciennes · Céphalonie · Chalcis · Thessalonique · Garigliano · Campagnes de Jean Kourkouas · Marach · Raban · Andrassos · Détroit · Campagnes de Jean Tzimiskès · Alexandrette · Apamée · Campagnes de Basile II · Azâz

La bataille de Nikiou opposa les troupes arabes dirigée par Amru ben al-As aux troupes byzantines en Égypte au cours de l'année 646[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

À la suite de leur victoire à la bataille d'Héliopolis en juillet 640 et la capitulation d'Alexandrie qui s'ensuivit en novembre 641, les Arabes avaient conquis l'ensemble de la province byzantine de l'Egypte. Le nouvel empereur byzantin Constant II était déterminé à récupérer ces terres et ordonna à une flotte nombreuse de transporter des troupes à Alexandrie. Ces troupes dirigées par Manuel débarquent et prennent la ville défendue par une petite garnison arabe à la fin de l'année 645[2]. À ce moment, Amru qui pouvait être à la Mecque revint rapidement reprendre le commandement des forces arabes en Egypte[3].

Bataille[modifier | modifier le code]

La bataille se déroula au niveau de la petite ville fortifiée de Nikiou, au 2/3 de la route allant d'Alexandrie à Fostat[4]. Les Arabes au nombre de 15 000 faisaient face à des Byzantins peu nombreux. En dépit d'un combat difficile, les Arabes prirent le dessus sur les Byzantins qui se replièrent en désordre vers Alexandrie.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Bien que les Byzantins aient fermé les portes de la cité après avoir été poursuivis par les Arabes, la ville finit par tomber aux mains des Arabes qui prirent la ville durant l'été. La défaite de Manuel marque la dernière tentative byzantine pour reprendre pied en Egypte avant que Manuel Ier Comnène n'y envoie une expédition au XIIe siècle[5],[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Crawford, Peter (July 16, 2013). The War of the Three Gods: Romans, Persians and the Rise of Islam. Pen and Sword. p. 174. (ISBN 9781848846128). Retrieved 21 November 2016.
  2. Castleden, Rodney. Conflicts that Changed the World. Canary Press eBooks. (ISBN 9781907795633). Retrieved 22 October 2016.
  3. Haag, Michael (2003). The Rough Guide History of Egypt. Rough Guides. p. 202. (ISBN 9781858289403). Retrieved 21 November 2016.
  4. Cosman, Madeleine Pelner; Jones, Linda Gale (2009). Handbook to Life in the Medieval World, 3-Volume Set, Volumes 1-3. Infobase Publishing. p. 47. (ISBN 9781438109077). Retrieved 21 November 2016.
  5. "An Online Encyclopedia of Roman Emperors". Roman Emperors. Archived from the original on 1 November 2016. Retrieved 21 November 2016.
  6. "Manuel I Comnenus". Encyclopædia Britannica. Archived from the original on 21 November 2016. Retrieved 21 November 2016.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Charles, R. H. The Chronicle of John, Bishop of Nikiu: Translated from Zotenberg's Ethiopic Text, 1916. Reprinted 2007. Evolution Publishing, (ISBN 978-1-889758-87-9). [1]
  • Butler, Alfred J. The Arab Conquest of Egypt and the Last Thirty years of Roman Dominatrix Oxford, 1978.