Bataille d'al-Hodeïda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille d'al-Hodeïda
Description de cette image, également commentée ci-après
Situation dans le gouvernorat d'al-Hodeïda en novembre 2018 :
  • //// Zone contrôlée par le gouvernement yéménite
  • //// Zone contrôlée par les Houthis
Informations générales
Date - en cours
(9 mois et 12 jours)
Lieu Al-Hodeïda
Belligérants
Drapeau du Yémen Brigade des géants
Flag of the Tihamah Resistance.svg Résistance de Tihama
Drapeau du Yémen Résistance nationale
Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis

Soutien :
Drapeau de la France France


Opération Restaurer l'espoir

Houthis Logo.png Houthis
Commandants
Drapeau du Yémen Tarek Saleh
Drapeau du Yémen Mouammar al-Saïdi
Inconnu
Forces en présence
inconnues dont
Drapeau des Émirats arabes unis 3 hélicoptères Boeing AH-64 Apache
inconnues
Pertes
21 morts au moins (juin 2018)
Drapeau des Émirats arabes unis 4 morts au moins (juin 2018)
125 morts au moins (novembre 2018)
118 morts au moins (juin 2018)
460 morts au moins (novembre 2018)
480 dont 11 civils (juillet 2018)
592 morts dont 7 civils (novembre 2018)

Guerre civile yéménite

Batailles

Bataille d'Amran · 1re Bataille de Sanaa · Bataille de l'aéroport d'Aden · 1re Bataille d'Aden · Bataille de Taëz · 1re Bataille de Moukalla · 2e Bataille de Moukalla · 2e Bataille de Sanaa · 2e Bataille d'Aden · Bataille d'al-Hodeïda · Prise de Socotra

Coordonnées 14° 48′ 08″ nord, 42° 57′ 04″ est

Géolocalisation sur la carte : Yémen

(Voir situation sur carte : Yémen)
Bataille d'al-Hodeïda

La bataille d'al-Hodeïda est une bataille qui oppose, lors de la guerre civile yéménite, les Houthis aux partisans d'Abdrabbo Mansour Hadi et qui se déroule depuis le .

Prélude[modifier | modifier le code]

Carte de l'offensive d'al-Hodeïda.

La ville portuaire d'al-Hodeïda, située dans l’ouest du Yémen, sur les rives de la mer Rouge, a une population estimée à 400 000 habitants dans les années 2010. Elle est stratégique pour les importations du pays en produits alimentaires et pour l’acheminement de l’aide internationale. Le Yémen dépend des importations pour 90 % de ses besoins en nourriture, et 70 % de celles-ci passent par Hodeïda.

Le , quelques jours après la mort de l'ancien président Ali Abdallah Saleh lors de la bataille de Sanaa contre les Houthis, les loyalistes, aidés de l'armée émiratie, reprennent le contrôle d'al-Khokha, située au sud du gouvernorat d'al-Hodeïda[1]. Le 25 décembre, les combats se poursuivent à Haïs et Tahtia[2].

Le , les loyalistes reprennent Haïs, située dans le gouvernorat d'al-Hodeïda[3].

Le , les Houthis annoncent la mort le 19 avril, dans une attaque aérienne, de Saleh Ali al-Sammad[4]. Mehdi Hussein al-Machat lui succède[5].

En mai 2018, les troupes qui prennent part à l'offensive sont la Résistance de Tihama, la Brigade des géants et la Résistance nationale de Tarek Saleh, neveu de l'ancien président[6].

Le , la coalition affirme que les loyalistes ne sont qu'à 20 km d'Al-Hodeïda[7]. En réaction, les rebelles appellent à la « mobilisation générale »[8]. Selon Gerald Feierstein, directeur au Middle East Institute, « la vraie question n'est pas de savoir si les membres de la coalition peuvent prendre Hodeida. C'est ce qu'ils veulent faire après. Est-ce qu'ils vont [...] permettre à l'aide humanitaire d'entrer sans entrave ? Est-ce qu'ils vont s'appuyer sur leur victoire militaire pour obtenir des pourparlers politiques ? Si ce n'est pas le cas, ce ne sera pas positif »[8]. Selon Peter Salisbury, chercheur au Chatham House, « le conflit entre dans une nouvelle phase, mais probablement pas la dernière. La question est de savoir combien de temps la bataille pour Hodeida va durer et quels seront les dégâts pour le principal port du pays. Si les combats se prolongent pendant des semaines ou des mois et sont très destructeurs (...), ce sera très mauvais pour la population yéménite »[8].

Le 30 mai, la Résistance nationale annonce vouloir encercler la ville[9].

Le , la coalition affirme que les loyalistes ne sont qu'à neuf km de la ville[10].

Le 12 juin, les Émirats arabes unis donnent 48h aux Houthis pour quitter la ville[11]. La veille, dans le cadre d'une pause dans les combats, ceux-ci avaient envoyé des renforts et des armes lourdes aux loyalistes à Douraïhmi, située à 10 km de la ville[12]. Par ailleurs, les rebelles ont repris de façon éphémère le contrôle du village Al-Jah avant d'en être chassés par les loyalistes[13].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le , l'assaut est donné à 13h[14], et les combats ont lieu au sud de la ville, où est situé l'aéroport[15]. Des raids aériens de la coalition ont également lieu[16].

Le 14 juin, les loyalistes sont à 2 km de l'aéroport[17]. Le 15 juin, les loyalistes prennent le contrôle d'une partie de l'aéroport[18]. Les rebelles lancent un appel à la mobilisation générale[19], et coupent une route située à Touhaita, au sud d'Al-Hodeïda[20].

Le 16 juin, les loyalistes affirment avoir repris l'aéroport[21]. Le 17 juin, des échanges de tirs ont lieu dans les environs de l'aéroport, ce qui ralentit l'arrivée de renforts des loyalistes tandis que ceux-ci assiègent le sud et l'ouest de la ville[20].

Par ailleurs, la France serait prête à participer au déminage du port après les combats et que les forces spéciales françaises seraient présentes aux côtés des forces émiraties au Yémen[22] mais « qu’il n’y a pas d’action militaire française aujourd’hui dans la région de Hodeïda, et la France ne fait pas partie de la coalition qui est engagée sur ce théâtre ». Les États-Unis ont rejeté pour leur part la requête d’Abou Dhabi qui leur demandait des moyens de renseignement, de surveillance aérienne, de reconnaissance et de déminage[23].

Le 18 juin, les frappes de la coalition reprennent, celles-ci visent l'aéroport d'Al-Hodeïda[24]. Le 19 juin, les loyalistes entrent dans l'aéroport[25], tandis que les frappes se poursuivaient[26]. En prévision de l'offensive au cœur de la ville, les rebelles bloquent les routes à l'aide de sable, creusent des tranchées[27] et interdisent aux habitants de prendre des photos avec leurs téléphones[28]. Le 20 juin, les loyalistes prennent l'aéroport[29]. Les rebelles se replient à l'ouest et au sud de la ville[27].

Le 21 juin, les loyalistes envoient de nouveaux renforts vers la ville[30].

Le 24 juin, les Houthis acheminent des renforts et érigent des points de contrôle, tandis que des combats éclatent entre eux et la Résistance de Tihama, dans les environs de l'université, à trois km du centre-ville[31].

Le , les Émirats arabes unis annoncent une suspension de l'offensive[32] alors que des sources militaires dans l’ouest du Yémen ont confirmé une désescalade dans les opérations militaires depuis une semaine, hormis quelques échanges de tirs sporadiques autour d’Hodeïda[33].

Les loyalistes progressent de nouveau le 8 septembre[34]. Le 9 septembre, les loyalistes poursuivent leur avancée et atteignent la route Kilo 16, qui relie entre autres Sanaa et al-Hodeïda[35]. Le 12 septembre, les loyalistes reprennent les routes Kilo 10 et Kilo 16[36], cette dernière étant reprise par la brigade des géants, affiliée à l'armée yéménite[37]. Le 13 septembre, les rebelles lancent une contre-offensive pour tenter de les reprendre[38]. Au même moment, les rebelles font un appel à la mobilisation un peu partout à travers les territoires qu'ils contrôlent, notamment dans la mosquée de Sanaa[39].

La nuit du 17 au 18 septembre, la coalition annonce la reprise de l'offensive pour reconquérir la ville et son port[40].

Le 1er novembre, les combats reprennent dans la banlieue nord de la ville, où est située l'université[41].

Le 8 novembre, les loyalistes entrent dans la ville et contrôlent les abords sud et est du port[42]. Le 9 novembre, les loyalistes reprennent l'hôpital du 22 mai tandis que des combats de rue prennent le relais[43].

Le 10 novembre commencent des combats de rue[44]. Les rebelles posent des mines dans les abords du port[45].

Une accalmie a lieu à partir du 12 novembre[46]. Le 14 novembre, les loyalistes gèlent l'offensive[47].

Le 19 novembre, de nouveaux combats éclatent à l'est de la ville[48]. Le 20 novembre, de nouveaux affrontement ont lieu au sud de la ville[49].

En décembre 2018, un accord de cessez-le-feu est signé à Stockholm. Après cet accord, l'ONU envoie des observateurs pendant 1 mois pour mesurer le respect de cet accord. Le traité inclut un accord de retrait des rebelles des ports d'Hodeïda, de Salif et de Ras Issa[50].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Au 2 juin, les combats font 110 morts[51], dont 20 loyalistes[52]. Le 12 juin, les combats font 30 morts parmi les loyalistes et 200 parmi les Houthis[53]. Le 13 juin, les combats, font 22 morts parmi les rebelles et trois parmi les loyalistes[15]. Les combats font aussi quatre morts du côté des forces émiraties[54]. Des raids aériens de la coalition ont également lieu[16]. Le 14 juin 2018, les combats font 39 morts du côté des Houthis et neuf du côté loyaliste[55]. Le 15 juin, 12 loyalistes sont tués[56]. Au 17 juin, les combats ont fait 118 morts parmi les rebelles et 21 parmi les loyalistes[57]. Au 20 juin, les combats pour le contrôle de l'aéroport font 28 morts parmi les loyalistes et 156 parmi les Houthis[27]. Le 21 juin, les combats font 22 morts parmi les Houthis et quatre parmi les loyalistes[30]. Le 26 juin, les combats font 55 morts donc 38 Houthis et trois loyalistes, soit 429 morts depuis le début de la bataille[58]. De juin à juillet 2018, les combats ont fait 480 morts dont 11 civils[59].

Le 9 septembre, 73 Houthis et 11 loyalistes sont tués, tandis que 17 loyalistes et plusieurs dizaines de rebelles sont blessés lors des combats[35]. Aux environs du 13 septembre, les combats font 80 morts depuis la reprise des hostilités[60]. Entre le 13 et le 14 septembre, les combats font 50 morts, tandis que 15 autres rebelles sont tués lors de raids de la coalition[39]. Le 16 septembre, les combats font 32 morts parmi les Houthis[61].

Entre le 1er et le 8 novembre, les combats font 250 morts, dont 197 Houthis et 53 membres loyalistes[62],[63]. Le 9 novembre, ils font 132 morts[64]. Le 11 novembre, ils font 150 morts[65]. Le total est alors de 592 morts dont 460 Houthis, 125 loyalistes et 7 civils[66].

Le 24 novembre, les combats au sud et à l'est de la ville font 26 morts du côté des rebelles et cinq du côté loyaliste[67].

Trêve[modifier | modifier le code]

Du 14[68] au 17 décembre, de nouveaux affrontements ont lieu[69], puis reprennent sporadiquement le 26 décembre[70]. De nouveaux combats ont lieu le 12 janvier[71].

Le 23 décembre, le gouvernement accepte de payer les fonctionnaires de la ville[72]. Le 29 décembre, les Houthis débutent leur retrait du port de la ville[73], information dont doutent les loyalistes[74].

Le 17 janvier, des observateurs de l'ONU essuient des tirs[75].

Le 18 février, un nouveau plan de redéploiement est signé[76].

Analyses[modifier | modifier le code]

Selon Franck Mermier, directeur de recherches au CNRS, « Hodeida est gouvernée d’une main de fer par les Houthis. Il n’y a pas eu de grand mouvement de contestation contre l’occupant. Hodeida est une ville de brassage, sans grande cohésion urbaine. La région avait été entièrement désarmée dans les années 30. Mais depuis cette époque, il y a un fort ressentiment anti-nordiste dans la Thiama, qui se considère délaissée par le pouvoir central : le socle politique des Houthis y est donc très limité »[77].

Selon l'activiste Hicham al-Omeïsi, « même si un cessez-le-feu stoppe l’avancée de la coalition avant qu’elle ne se soit emparée du port, l’assaut aura eu pour effet d’asseoir les Houthis autour de la table, ce qui est en soi un succès »[77].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les forces armées annoncent la libération de la ville d'Al-Khokha au Yémen », sur wam (consulté le 24 janvier 2018)
  2. « Au Yémen, la coalition accentue les raids contre les rebelles houthistes », sur Le Monde, (consulté le 24 janvier 2018)
  3. « Yémen: les rebelles chassés d'une ville de la province stratégique de Hodeida », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 6 février 2018)
  4. « Yémen : les rebelles annoncent la mort de leur chef politique dans une frappe aérienne », sur Le Monde.fr (consulté le 23 avril 2018)
  5. « Yémen. Le chef politique des rebelles Houthis tué dans une frappe de la coalition », sur Courrier international (consulté le 25 avril 2018)
  6. « Yémen: le port de Hodeida dans la ligne de mire de la coalition anti-rebelles », sur euronews (consulté le 27 mai 2018)
  7. « Les forces yéménites à 20 km d'Hodeida aux mains des rebelles (coalition anti-insurgés) », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 29 mai 2018)
  8. a b et c La-Croix.com, « Yémen: "mobilisation" rebelle pour défendre le port stratégique de Hodeida », sur La Croix (consulté le 29 mai 2018)
  9. « Yémen: les forces loyalistes veulent encercler les rebelles à Hodeida », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 30 mai 2018)
  10. « Yémen: les rebelles posent des conditions à un transfert d'autorité à Hodeida », sur TV5MONDE (consulté le 5 juin 2018)
  11. « Yémen : les Émirats menacent de lancer leur offensive contre Hodeida », sur Le Figaro (consulté le 12 juin 2018)
  12. https://www.challenges.fr/monde/yemen-la-coalition-sunnite-prete-a-lancer-l-assaut-sur-hodeidah_593682
  13. « Yémen: importants renforts loyalistes sur la ligne de front de Hodeida », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 13 juin 2018)
  14. « Yémen : l'offensive pour reprendre le port de Hodeida aux houthis est lancée », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 13 juin 2018)
  15. a et b Le Point, magazine, « Yémen: assaut des forces anti-rebelles sur un port clé, craintes pour les civils », sur Le Point (consulté le 13 juin 2018)
  16. a et b « Offensive sur Hodeida au Yémen: frappes contre les rebelles, port ouvert », sur LExpress.fr (consulté le 14 juin 2018)
  17. « Yémen: les loyalistes se préparent à l'assaut de l'aéroport de Hodeida », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 15 juin 2018)
  18. « Yémen : les forces pro-gouvernementales ont repris une partie de l'aéroport d'Hodeïda - France 24 », sur France 24 (consulté le 15 juin 2018)
  19. « Yémen: les Houthis se mobilisent pour la bataille de l'aéroport d'Hodeida - Moyen-Orient - RFI », sur RFI (consulté le 15 juin 2018)
  20. a et b « Echanges de tirs sporadiques près de Hodeida au Yémen », sur LExpress.fr (consulté le 17 juin 2018)
  21. Le Point, magazine, « Yémen: l'émissaire de l'ONU de retour pour tenter d'obtenir la fin des combats à Hodeida », sur Le Point (consulté le 16 juin 2018)
  22. « Yémen : la France prête à déminer le port d'al-Hodeïda », sur Le Figaro (consulté le 16 juin 2018)
  23. Philippe Chapleau, « Yémen. La France envisage d’aider au déminage du port de Hodeïda », sur Ouest-France, (consulté le 17 juin 2018)
  24. « Yémen: la coalition arabe reprend ses frappes », sur Le Figaro (consulté le 18 juin 2018)
  25. « Yémen : les forces progouvernementales pénètrent dans l’aéroport de Hodeïda », sur Le Monde.fr (consulté le 19 juin 2018)
  26. « Yémen: sept jours d'offensive sur Hodeida », sur LExpress.fr, lexpress, (consulté le 20 juin 2018).
  27. a b et c Le Point, magazine, « Yémen: les rebelles décidés à défendre Hodeida après la perte de l'aéroport », sur Le Point (consulté le 20 juin 2018)
  28. « Au Yémen, la ville de Hodeida aux mains des rebelles se prépare à la guerre ».
  29. Le Point, magazine, « Yémen: les forces progouvernementales prennent aux rebelles l'aéroport de Hodeida », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le 20 juin 2018).
  30. a et b La-Croix.com, « Yémen: les forces progouvernementales acheminent des renforts à Hodeida », sur La Croix (consulté le 22 juin 2018)
  31. « Les combats se rapprochent du centre de Hodeida au Yémen », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 24 juin 2018)
  32. « Yémen : parenthèse diplomatique à Hodeïda », sur euronews (consulté le 2 juillet 2018)
  33. « Yémen : pause dans l’offensive du port d’Hodeïda », sur Le Monde, (consulté le 2 juillet 2018).
  34. « Yémen : affrontements près de la ville stratégique de Hodeïda », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 9 septembre 2018)
  35. a et b « Yémen: 84 morts dans des combats près de Hodeida après l'échec des pourparlers », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 9 septembre 2018)
  36. « Yémen: reprise de 2 routes stratégiques par des forces progouvernementales », sur Le Figaro (consulté le 13 septembre 2018)
  37. Le Point, magazine, « Yémen: les forces anti-rebelles veulent prendre l'ascendant après l'échec de Genève », sur Le Point (consulté le 13 septembre 2018)
  38. Le Point, magazine, « Yémen: le sort de centaines de milliers de civils en jeu à Hodeida selon l'ONU », sur Le Point (consulté le 13 septembre 2018)
  39. a et b Le Point, magazine, « Yémen: discussions sur une reprise des pourparlers de paix, combats autour de Hodeida », sur Le Point (consulté le 14 septembre 2018)
  40. « Yémen : reprise de l'offensive pour prendre le port stratégique de Hodeida aux rebelles », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 17 septembre 2018)
  41. Le Point, magazine, « Yémen: des combats à Hodeida, mais la coalition assure ne pas chercher l'escalade », sur Le Point (consulté le 5 novembre 2018)
  42. « Yémen: percée des forces progouvernementales à Hodeida, des civils pris au piège », sur L'Obs (consulté le 8 novembre 2018)
  43. Le Point, magazine, « Yémen: violents combats de rue à Hodeida rythmés par l'avancée des forces loyalistes », sur Le Point (consulté le 14 novembre 2018)
  44. « Yémen: premiers combats de rue dans un quartier résidentiel de Hodeida - 11/11/2018 », sur ladepeche.fr (consulté le 15 novembre 2018)
  45. Modèle:Rubedo.current.page.metaAuthor, « [[:Modèle:Rubedo.current.page.title]] », sur lanouvellerepublique.fr (consulté le 15 novembre 2018)
  46. « Yémen: arrêt de l'offensive sur Hodeida », sur Le Figaro (consulté le 15 novembre 2018)
  47. « Yémen: arrêt de l'offensive sur Hodeida, les Emirats soutiennent des pourparlers », sur L'Obs (consulté le 15 novembre 2018)
  48. « Reprise des combats à Hodeïda malgré l’appel à la trêve au Yémen », sur Le Monde.fr (consulté le 23 novembre 2018)
  49. « Yémen: retour au calme à Hodeida », sur Le Figaro (consulté le 23 novembre 2018)
  50. Louis Imbert et Marie Bourreau, « L’ONU entérine l’accord de Stockholm pour une trêve au Yémen », sur Le Monde,
  51. AFP, « Yémen: plus de 100 morts dans la bataille pour le port de Hodeida », sur Libération, (consulté le 2 juin 2018) (inscription nécessaire)
  52. « Yémen : l’émissaire spécial de l’ONU à Sanaa, l’étau se resserre sur Hodeida », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 3 juin 2018)
  53. Le Point, magazine, « Yémen: la pression monte pour forcer les rebelles à abandonner le contrôle de Hodeida », sur Le Point (consulté le 12 juin 2018)
  54. « Quatre soldats émiratis tués au Yémen », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 13 juin 2018)
  55. « Yémen : 39 insurgés et soldats tués dans des combats aux portes de Hodeida », sur Europe 1 (consulté le 14 juin 2018)
  56. « Yémen: 12 soldats tués par des rebelles au sud de Hodeida », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 15 juin 2018)
  57. Le Point, magazine, « Yémen: combats sporadiques près de Hodeida, poursuite de la mission de l'ONU », sur Le Point (consulté le 17 juin 2018)
  58. Le Point, magazine, « Yémen: 55 morts en 24 heures dans la province de Hodeida », sur Le Point (consulté le 26 juin 2018)
  59. La-Croix.com, « Au Yémen, la bataille pour le port de Hodeida dure depuis un mois », sur La Croix (consulté le 15 juillet 2018)
  60. Luc Mathieu, « Nouvelle offensive sur le port yéménite d’Hodeida », sur Libération, (consulté le 13 septembre 2018) (inscription nécessaire)
  61. Le Point, magazine, « Yémen: 32 rebelles tués, l'émissaire de l'ONU à Sanaa », sur Le Point (consulté le 16 septembre 2018)
  62. « Yémen: percée des forces progouvernementales à Hodeida, des civils pris au piège », sur Libération.fr (consulté le 8 novembre 2018)
  63. « Au Yémen, des dizaines de combattants tués à Hodeida - France 24 », sur France 24 (consulté le 5 novembre 2018)
  64. « Conflit au Yémen: 132 morts en 24 heures à Hodeida », sur RTBF Info (consulté le 15 novembre 2018)
  65. « Yémen: 150 morts en un jour à Hodeida », sur Métro (consulté le 15 novembre 2018)
  66. « Au Yémen, combats acharnés pour Hodeïda, plus grand port du pays », sur Le Monde.fr (consulté le 15 novembre 2018)
  67. « Yémen: raids aériens autour de Hodeida, heurts dans la ville », sur LExpress.fr (consulté le 25 novembre 2018)
  68. Paris Match, « Au Yémen, premiers affrontements à Hodeida en dépit de l'accord de cessez-le-feu », sur parismatch.com (consulté le 13 janvier 2019)
  69. « Yémen : affrontements à Hodeida malgré la trêve », sur Le Figaro (consulté le 13 janvier 2019)
  70. La-Croix.com, « Yémen: affrontements sporadiques avant une réunion sur la trêve à Hodeida », sur La Croix (consulté le 13 janvier 2019)
  71. « Yémen: nouveaux affrontements à Hodeïda malgré la trêve - Moyen-Orient - RFI », sur RFI (consulté le 13 janvier 2019)
  72. « Yémen: le gouvernement payera les fonctionnaires à Hodeida sous contrôle rebelle », sur The Times of Israël (consulté le 13 janvier 2019)
  73. « Yémen: Les Houthis entament leur retrait d'Hodeïda », sur Challenges (consulté le 13 janvier 2019)
  74. « Yémen: les forces pro-gouvernementales doutent du retrait des rebelles Houthis de Hodeida », sur L'Obs (consulté le 13 janvier 2019)
  75. « Yémen: les observateurs de l'ONU cibles de tirs à Hodeïda - Moyen-Orient - RFI », sur RFI (consulté le 18 janvier 2019)
  76. « Yémen : accord sur le retrait des forces en présence à Hodeïda », sur Le Monde.fr (consulté le 20 février 2019)
  77. a et b « Au Yémen, Hodeida, un port sous le feu », sur Libération.fr (consulté le 15 novembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]