Barrage de Bleiloch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Barrage de Bleiloch
Image illustrative de l’article Barrage de Bleiloch
Couronnement amont (est) du barrage de Bleiloch.
Géographie
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Thuringe
Saale-Orla
Gräfenwarth, Saalburg-Ebersdorf, Pöritzsch, Saaldorf
Coordonnées 50° 31′ 00″ nord, 11° 43′ 12″ est
Cours d'eau Saale
Objectifs et impacts
Vocation hydroélectricité
Propriétaire Vattenfall
Date du début des travaux 1926
Date de la fin des travaux 1932
Date de mise en service 1932
Barrage
Hauteur
(lit de rivière)
55 m
Hauteur
(fondation)
65 m
Longueur 205 m
Épaisseur en crête 7,20 m
Réservoir
Altitude 410 m
Volume 215 millions de m3
Superficie 920 ha
Longueur 28 km
Centrale hydroélectrique
Kyjice
Type de turbines turbine Kaplan
Puissance installée 80 MW
Bassin(s) irrigué(s) 1239.9

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Barrage de Bleiloch

Le barrage de Bleiloch est un barrage de Thuringe régulant le débit de la Saale. Son nom fait allusion aux anciens puits de mine noyés par le lac, et d'où l'on extrayait du plomb (Blei en allemand).

Le site[modifier | modifier le code]

Il constitue l'un des cinq ouvrages de la chute aménagée de la Saale, qui se déploie sur quelque 80 km : en aval se trouvent le barrage de Hohenwarte et le bassin de tranquillisation d'Eichicht.

Ce barrage poids, haut de 65 m et long de 205 m, exécuté entre 1926 et 1932 dans les environs de Gräfenwarth et de Schleiz, crée une retenue de 215 000 000 m3 avec les apports de la Saale, ce qui en fait le plus grand (en volume) lac de retenue d'Allemagne. Sa construction s'inscrivait dans le plan d'aide à l'emploi du Land de Thuringe, à la fin des années 1920 : les chômeurs de toute la Thuringe et de la Saxe pouvaient y travailler pour un contrat de six mois. Afin d'acheminer les matériaux, on construisit une ligne de chemin de fer dédiée : c'était une antenne de la ligne Schleiz–Saalburg, partant de la gare de Gräfenwarth et desservant la gare Gräfenwarth Sperrmauer Gbf. Cette ligne est restée longtemps en activité et a même été électrifiée. Il fallut exproprier plus de 700 habitants pour mettre en eau le lac de retenue. Ce lac, long de 28 km, s'étend sur une superficie d'environ 9,2 km2, qui varie au gré des apports saisonniers.

La centrale hydroélectrique de Bleiloch, exploitée par le groupe suédois Vattenfall Europe AG[1],[2] au pied du barrage, offre une puissance installée de 80 Mégawatts et permet de faire face aux pointes de demande électrique. La connexion au réseau allemand est assurée par le poste électrique de Remptendorf, qui dessert la ligne à haute tension de 110 kV du gestionnaire du réseau de distribution TEN Thüringer Energienetze[3]. Le barrage de Bleiloch alimente le bief du barrage de Burgkhammer.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le barrage de Bleiloch constitue un centre de villégiature apprécié, surtout pour les amateurs de sports nautiques et de randonnée. Depuis la localité de Saalburg, la plus importante des bords du lac, et dont les quartiers les moins élevés ont été submergés par le barrage, on peut traverser le lac en bateau. Depuis 2007, un navire à passagers, le Bad Lobenstein, dessert les abords du lac : c'est le premier en Allemagne.

La traversée du lac en canot à moteur n'est autorisée que du 1er mars au 30 novembre[4]. Pour les bateaux de plus de 15 CV, il faut détenir un permis, délivré par le service des transports de Saalburg-Ebersdorf.

Des excursions naturalistes sont proposées par les guides du lac, par ex. autour de Saalburg, de Zoppoten, de Bad Lobenstein, de Blankenstein, de Harra etc. On peut s'en informer auprès du refuge du Parc Naturel du Massif Schisteux de Thuringe/Haute vallée de la Saale.

Manifestations[modifier | modifier le code]

Depuis 1997, un festival, SonneMondSterne, est organisé chaque année pendant la deuxième quinzaine d'août sur la rive orientale et attire en moyenne 35 000 visiteurs[5]. Depuis 2005, des semi-marathons sont organisés au mois d'avril[6] (parcours de 12, 24 et 46 km).

Du 12 au 16 septembre 2012, le lac de Bleiloch a servi de cadre aux championnats du monde d'hovercraft.

Galerie[modifier | modifier le code]

Image panoramique
Le couronnement du barrage de Bleiloch (moitié ouest). On voit à l'arrière-plan le poste électrique (en jaune). À droite du barrage, sous la passerelle, l'évacuateur de crues.
Voir le fichier

Voir également[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Harald Mittelsdorf, Die Geschichte der Saale-Talsperren (1890-1945). Iéna (2007). (ISBN 978-3-939718-03-1)
  • Coll., Talsperren in Thüringen. Thüringer Talsperrenverwaltung, 1993
  • Pumpspeicherkraftwerk Bleiloch : 75 Jahre Stromerzeugung, Cottbus, Vattenfall Europe Mining & Generation, , PDF], 568 KiB (lire en ligne)
    Brochure du Jubilé

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.vattenfall.de/de/wasserkraft.htm
  2. Cf. Stefan Schmid, Lars Schaarschmidt et Peter Bretschneider, « Pumpspeicherkataster Thüringen. Ergebnisse einer Potenzialanalyse. », sur Thüringer Ministerium für Wirtschaft, Arbeit und Technologie (TMWAT), Erfurt, (consulté le 5 mai 2016)
  3. « Kraftwerksliste Bundesnetzagentur (bundesweit; alle Netz- und Umspannebenen) Stand 02.07.2012 » [Excel, 1,6 MiB] (consulté le 21 juillet 2012)
  4. Règlement du Conseil régional Saale-Orla, 1er février 2013, relatif à l'exploitation du barrage de Bleiloch
  5. Cf. « SonneMondSterne », sur Festival Guide (consulté le 5 mai 2016)
  6. Bleilochlauf