Bal Gangadhar Tilak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bal Gangadhar Tilak
Young India; an interpretation and a history of the nationalist movement from within (1916) (14781987942).jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
BombayVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Keshav Gangadhar TilakVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Government Law College, Mumbai (en)
Elphinstone College (en)
Deccan College Post-Graduate and Research Institute (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Parti politique
Lieu de détention
Prononciation

Lokmanya Bal Gangadhar Tilak (लोकमान्य बाळ गंगाधर टिळक) né le à Ratnagiri, dans la Présidence de Bombay (l'actuel État du Maharashtra) et décédé le à Bombay (l'actuelle Mumbai), était un enseignant, réformateur social et militant pour l'indépendance de l'Inde[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de la classe moyenne, il fit des études universitaires puis commença à enseigner les mathématiques tout en entamant une carrière de journaliste. Il protestait contre l'imposition en Inde du système éducatif occidental qui faisait perdre aux jeunes Indiens leurs repères culturels. Il adhéra à l'Indian National Congress dès 1890. Dans son journal, Bal Gangadhar Tilak défendit les combattants qui attaquèrent un juge en 1908 et réclama le Swaraj, self-government. Il fut arrêté et jugé. Il se choisit Muhammad Ali Jinnah comme avocat. Il fut emprisonné de 1908 à 1914. À sa sortie de prison, il retourna au Parti du Congrès et milita pour le Home Rule avec la création en 1916 de la All-India Home Rule League. Il déclara son admiration pour la révolution de 1917[réf. nécessaire].

Il enseignait une réconciliation et une convergence dans le domaine doctrinal entre l'hindouisme et l'islam sur la base de l'Advaita Vedanta[réf. nécessaire][2].

Travaux sur la tradition indo-européenne[modifier | modifier le code]

Tilak effectue aussi des recherches sur les textes des Védas. Celles-ci l'amènent à défendre la théorie d'une origine arctique de la tradition indo-européenne. Sa thèse influence profondément le philosophe italien Julius Evola[3]. Elle est reprise par Jean Haudry.

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

  • Orion ou Recherche sur l'antiquité des Védas, traduction française de Claire et Jean Rémy, éditions Edidit & Archè, Milan et Paris, 1989, 240 pages. Ce second titre est paru en français après "L'Origine Polaire de la Tradition védique", mais constitue en réalité l'introduction à celui-ci, comme le confirme les éditions anglaises originales.
  • Origine Polaire de la Tradition Védique : nouvelles clés pour l'interprétation de nombreux textes et légendes védiques, traduction de Jean et Claire Rémy, éditions Edidit & Archè, Milan et Paris, 1979, 382 pages.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bhagwat, A.K.et Pradhan, G.P., Lokmanya Tilak – A Biography, Jaico Publishing House, 2015 (ISBN 978-81-7992-846-2)
  • Mark Harvey, "Secular as Sacred? – The Religio-Political Rationalization of B.G. Tilak", Modern Asian Studies, 1986, 20 (2): 321–331.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnary of Hinduism par W.J. Johnson publié par Oxford University Press, page 325, (ISBN 9780198610250)
  2. contrepoints.com, « L'origine polaire de la tradition védique », Cotnrepoints,‎ , p. 2 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  3. Adriano Romualdi (trad. de l'italien, préf. Jean Haudry), La question d'une tradition européenne, Saint-Genis-Laval, Akribeia, , 105 p. (ISBN 978-2-913612-53-2), p. 21-22

Liens externes[modifier | modifier le code]