Azuré bleu céleste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Polyommatus bellargus

L’Azuré bleu céleste ou Bel argus (Polyommatus bellargus) est une espèce de lépidoptères de la famille des Lycaenidae et de la sous-famille des Polyommatinae.

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • en français : l’Azuré bleu céleste, le Bel argus, l’Argus bleu céleste, l’Argus bleu ciel
  • en anglais : Adonis blue
  • en allemand : Himmelblauer Bläuling
  • en espagnol : niña celeste

Description[modifier | modifier le code]

Imago[modifier | modifier le code]

L'imago de Polyommatus bellargus est un petit papillon qui présente un dimorphisme sexuel : le dessus du mâle est bleu ciel intense, celui de la femelle est marron bordé de lunules orange. Les deux sexes ont leurs ailes bordées d'une frange blanche entrecoupée de noir caractéristique. Leur revers est gris ou ocre, orné de points noirs cerclés de blanc et d'une série de lunules submarginales orange.

Variabilité[modifier | modifier le code]

Certaines femelles ont une couleur de fond bleue au recto des ailes. C'est le cas de la forme ceronus, sur laquelle le bleu s'arrête avant la zone marginale de l'aile, et de la forme coelestis, présente dans l'Ouest de la France (Gironde, Charente, Charente-Maritime[1]), où le bleu atteint le bord de l'aile postérieure. Localement fréquentes, ces formes individuelles sont contrôlées génétiquement.

Espèce proche[modifier | modifier le code]

Il est le seul dans son aire de répartition à présenter une couleur intense et une frange blanche entrecoupée de noir.

Chenille[modifier | modifier le code]

La chenille, petite et trapue, possède une tête rétractile noire et un corps vert à poils sombres avec deux bandes dorsales jaunes et sur les flancs une double ligne jaune[2].

Biologie[modifier | modifier le code]

Période de vol et hivernation[modifier | modifier le code]

Il vole en deux générations, de mai à juin puis de juillet à août, mais serait univoltin dans le sud de la Grèce[3].

Il hiverne au stade de jeune chenille. Les chenilles sont soignées par des fourmis : Lasius niger, Lasius alienus, Plagiolepis pygmaea, Myrmica scabrinodis, Myrmica sabuleti, et Tapinoma erraticum[3].

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Ses plantes hôtes sont Hippocrepis comosa, Lotus corniculatus et Securigera varia[3]

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Il est présent dans le sud et le centre de l'Europe, en Turquie, en Asie Mineure (Iran, Irak), au Caucase et dans le sud de la Russie[3].

Il est présent dans tous les départements de France métropolitaine à l'exception du Finistère, des Côtes-d'Armor et de la Corse[4].

Biotope[modifier | modifier le code]

Il affectionne les lieux secs, les sols calcaires, les prairies fleuries jusqu'à 2 000 m.

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Polyommatus bellargus a été décrite en 1775 par l'entomologiste allemand Siegmund Adrian von Rothenburg, sous le nom initial de Papilio bellargus.

Deux combinaisons cohabitent dans la littérature actuelle : Polyommatus bellargus (Rottemburg, 1775) et Lysandra bellargus (Rottemburg, 1775), selon que Lysandra est synonymisé avec Polyommatus ou bien reconnu comme un genre valide.

Synonymes pour l'espèce selon INPN (8 février 2018)[5] :

  • Agriades thetis etrusca Verity, 1919
  • Agriades thetis inalpina Verity, 1919
  • Lycaena adonis (Denis & Schiffermüller, 1775)
  • Lycaena bellargus coelestis Oberthür, 1908
  • Lycaena bellargus (Rottemburg, 1775)
  • Lysandra bellargus bellargus (Rottemburg, 1775)
  • Lysandra bellargus etrusca (Verity, 1919)
  • Lysandra bellargus fuscescens (Tutt, 1909)
  • Lysandra bellargus inalpina (Verity, 1919)
  • Lysandra bellargus pictonensis (Hemming, 1931)
  • Papilio adonis Denis & Schiffermüller, 1775
  • Papilio bellargus Rottemburg, 1775
  • Polyommatus adonis (Denis & Schiffermüller, 1775)
  • Polyommatus bellargus bellargus (Rottemburg, 1775)
  • Polyommatus bellargus etrusca (Verity, 1919)
  • Polyommatus bellargus fuscescens (Tutt, 1909)
  • Polyommatus bellargus inalpina (Verity, 1919)
  • Polyommatus bellargus pictonensis (Hemming, 1931)
  • Polyommatus bellargus (Rottemburg, 1775)

Protection[modifier | modifier le code]

Pas de statut de protection particulier.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Papillons de Poitou-Charentes
  2. D.J. Carter (ill. B. Hargreaves), Guide des chenilles d'Europe, Delachaux et Niestlé, coll. « Les guides du naturaliste », , 311 p. (ISBN 978-2-603-01444-8)
  3. a, b, c et d (Tolman et Lewington 1997)
  4. lepinet
  5. INPN, consulté le 8 février 2018

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tom Tolman et Richard Lewington, Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, (ISBN 978-2-603-01649-7)