Avenue de la Close

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Avenue de la Close
Situation
Coordonnées 47° 14′ 31″ nord, 1° 34′ 33″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Ville Nantes
Quartier(s) Breil - Barberie
Début Boulevard Robert-Schuman
Fin Petit Chemin de la Gaudinière
Morphologie
Type Rue
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Avenue de la Close
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Avenue de la Close
Géolocalisation sur la carte : Nantes
(Voir situation sur carte : Nantes)
Avenue de la Close

L'avenue de la Close est une voie nantaise dans le quartier Breil - Barberie.

Description[modifier | modifier le code]

Cette artère part du boulevard Robert-Schuman pour aboutir Petit Chemin de la Gaudinière.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Il existait dans cette artère un château, construit au XVIIIe siècle[1], qui défraya la chronique locale en janvier 1927, lorsque la haute société nantaise : les Decré, Guillon, Grandjouan, de La Motte ou de Bejarry, se livrèrent à une nuit d'orgie au champagne. Le scandale, alimenté par la rumeur, sera étalé au grand jour, au moment où les journaux s'emparèrent de l'affaire. Les chanteurs des rues en firent des chansons, Camille Bryen s'en inspira pour celle intitulée : Surprise-party[2]. Au mois de mars suivant, le journal socialiste Le Travailleur de l'Ouest attaque (sans donner de noms, bien qu'ils soient connus) au motif de l'hypocrisie des classes dirigeantes et les dépenses extravagantes. La population se réjouissant de la contradiction entre les leçons de morale qui lui sont dispensées et les agissements paillards de ces mondains, voire demi-mondains - quelques femmes à la vertu notoirement dissolue ayant été conviées (les historiens Jean-Louis Bodinier et Didier Guyvarc'h, rédigèrent un ouvrage sur ce scandale)[3]. Les autorités municipales tentèrent d'étouffer le scandale en appliquant une véritable censure : ainsi, les chanteurs des rues nombreux dans la ville à cette époque furent étroitement surveillés, tandis que trois chars évoquant l'affaire de façon ironique et qui devaient défiler pour la mi-carême cette année-là, furent contraint de rester dans les hangars[4].

Le no 19 de la rue accueille un quartier de semi-liberté pour homme[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Photo du château de la Close
  2. L'expression est alors couramment utilisée dans la haute société ; il ne s'agit pas toujours d'orgies. Texte de la chanson dans Didier Guyvarc'h, 1999.
  3. [1] Stéphane Pajot, Nantes histoire de rues, Les Sables d'Olonne, d'Orbestier, , 215 p. (ISBN 978-2-84238-126-4)
  4. Jean-Louis Bodinier, Dictionnaire de Nantes, Rennes, Presses Universitaires Rennes, , 1104 p. (ISBN 978-2-7535-2821-5), p. 253
  5. « Nantes - Établissement pénitentiaire - Centre pénitentiaire », sur le site du Ministère de la justice (consulté le 23 août 2010).

Articles connexes[modifier | modifier le code]