Aulus Sempronius Atratinus (consul en -497)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aulus Sempronius Atratinus est un homme politique des débuts de la République romaine, consul en 497 et 491 av. J.-C.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le tout premier membre de la gens des Sempronii à être consul. Il est le père d'Aulus Sempronius Atratinus, tribun militaire à pouvoir consulaire en 444 av. J.-C., et de Lucius Sempronius Atratinus, consul en 444 av. J.-C. et censeur en 443 av. J.-C.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 497 av. J.-C., il est élu consul aux côtés de Marcus Minucius Augurinus[1]. Il consacre le temple de Saturne sur le Forum Romain et c'est sous son magister que sont instituées les Saturnales[a 1],[a 2].

En 496 selon Denys d'Halicarnasse ou en 499 av. J.-C. selon Tite-Live[a 3], il est préfet urbain[2] et tribun militaire, avec pour charge la ville et un corps d'armée pendant que le dictateur et les consuls combattent les Latins près du lac Régille[a 4].

En 491 av. J.-C., il est élu consul pour la seconde fois avec Marcus Minucius Augurinus[a 5],[3]. Une disette menace Rome et une grande quantité de blé arrive de Sicile où ont été envoyés Publius Valerius Publicola et Lucius Geganius en tant que légats[3]. Plusieurs sénateurs, à l'instar de Coriolan, veulent le vendre à prix d'or à la plèbe, pour les obliger à cultiver les terres et permettre au Sénat de retrouver tous ses droits, en partie perdus après l'insurrection du mont Sacré[a 6]. Mais la réaction de la plèbe est violente, défendue par les tribuns de la plèbe Marcus Decius et Lucius Sicinius Velutus[4]. Coriolan est contraint de partir en exil[a 7].

En 487 av. J.-C., les consuls lui donnent pour mission de prendre en charge les personnes les plus âgées de Rome[5],[a 8]. En 482 av. J.-C., il est interroi[a 9]. Son successeur, Spurius Larcius Flavius, mène les élections à terme[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  1. Broughton 1951, p. 12.
  2. Broughton 1951, p. 11.
  3. a et b Broughton 1951, p. 17.
  4. Broughton 1951, p. 18.
  5. Broughton 1951, p. 20.
  6. Broughton 1951, p. 23.
  • Sources antiques :
  1. Tite-Live, Histoire romaine, II, 21
  2. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, VI, 1
  3. Tite-Live, Histoire romaine, II, 19-20
  4. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, VI, 2
  5. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, VII, 20
  6. Tite-Live, Histoire romaine, II, 34
  7. Tite-Live, Histoire romaine, II, 35
  8. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, VIII, 64, 3
  9. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, VIII, 90

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]