Marcus Minucius Augurinus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Minucius Augurinus.

Marcus Minucius Augurinus est un homme politique romain du Ve siècle av. J.-C.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le premier de la gens des Minucii à atteindre le consulat. Il est le frère de Publius Minucius Augurinus, consul en 492 av. J.-C.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 497 av. J.-C., il est élu consul aux côtés de Aulus Sempronius Atratinus[1]. Il consacre le temple de Saturne sur le Forum Romain et c'est durant son mandat que sont instituées les Saturnales[a 1],[a 2].

En 491 av. J.-C., il est élu consul pour la seconde fois, de nouveau avec Aulus Sempronius Atratinus pour collègue[a 3],[2]. Une disette menace Rome et le Sénat a envoyé l'année précédente les légats Publius Valerius et Lucius Geganius en Sicile qui reviennent à Rome avec une grande quantité de blé[2]. Plusieurs sénateurs, à l'instar de Coriolan, veulent le vendre à prix d'or à la plèbe, pour les obliger à cultiver les terres, et permettre au Sénat de retrouver tous ses droits, en partie perdus après l'insurrection du Mont Sacré[a 4]. Mais la réaction de la plèbe est violente, menée par les tribuns de la plèbe Marcus Decius et Lucius Sicinius Velutus[3]. Coriolan doit s'exiler[a 5].

En 488 av. J.-C., il défend Coriolan, en tant que porte-parole de ses représentants[a 6]. Il fait partie de l'ambassade, uniquement composée de consulaires, qui est envoyée auprès de Coriolan[a 7],[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  1. Broughton 1951, p. 12.
  2. a et b Broughton 1951, p. 17.
  3. Broughton 1951, p. 18.
  4. Broughton 1951, p. 19.
  • Sources antiques :
  1. Tite-Live, Histoire romaine, II, 21
  2. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, VI, 1
  3. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, VII, 20
  4. Tite-Live, Histoire romaine, II, 34
  5. Tite-Live, Histoire romaine, II, 35
  6. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, VIII, 22
  7. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, VIII, 22, 4-5

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]