Club Atlético Chalaco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Atlético Chalaco)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Club Atlético Chalaco
Logo du
Généralités
Nom complet Club Atlético Chalaco
Surnoms El Leon Porteño, La Furia Chalaca, El Ballet Porteño
Fondation (117 ans)
Couleurs Rouge et blanc
Stade Estadio Telmo Carbajo
(5 000 places)
Siège Callao
Président Drapeau : Pérou Pedro Morante Yarleque
Palmarès principal
National[1] Championnat du Pérou (2)
Championnat du Pérou D2 (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Le Club Atlético Chalaco est un club de football péruvien situé dans le port du Callao. Inactif depuis 2016, il a longtemps entretenu une intense rivalité sportive avec le Sport Boys, l'autre grand club de cette ville portuaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondé en juin 1902 par des étudiants de Callao, il se distingue à l'époque de l'amateurisme au Pérou en remportant à deux reprises le championnat de Primera Division, en 1930 et 1947. En 1948, il obtient la 2e place derrière l'Alianza Lima.

Avec l'instauration du sport professionnel, à partir des années 1950, le club n'arrive plus à être champion. Surnommée El Ballet porteño (le ballet du port) grâce à l'élégance de son jeu[2], l'équipe fait parler d'elle lors du championnat 1953 et termine la décennie avec deux places de vice-champion d'affilée en 1957 et 1958.

Relégué en 1962, le León Porteño évolue en 2e puis en 3e division avant de remonter en 1972. Vice-champion du Pérou en 1979, cette dernière performance lui permet de participer à la Copa Libertadores, l'année suivante. Malheureusement, l'expérience est de courte durée puisque l'Atletico Chalaco ne franchit pas la phase de groupes.

Le club vit sa dernière saison parmi l'élite en 1985. Jusqu'en 2016, il disputait régulièrement les ligues de district avant de cesser toute activité depuis[3].

Résultats sportifs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Compétitions nationales Compétitions régionales

Bilan et records[modifier | modifier le code]

Personnalités historiques de l'Atlético Chalaco[modifier | modifier le code]

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Entraîneurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Popularité[modifier | modifier le code]

Rivalités[modifier | modifier le code]

Avec le Sport Boys[modifier | modifier le code]

C'est le rival traditionnel de l'Atlético Chalaco, rivalité connue sous le nom de Clásico porteño. Depuis leur première confrontation, le , dans le cadre du championnat 1937 (match nul 3-3), un total de 90 rencontres ont été jouées avec 39 victoires pour le Sport Boys, 29 victoires pour l'Atlético Chalaco et 22 matchs nuls. Le match avec le plus gros écart s'est produit le lors du championnat 1951 et a vu le Sport Boys écraser le León Porteño sur un score fleuve de 10-2[8]. Quant à la dernière rencontre, elle eut lieu le , dans le cadre d'un match amical où le Sport Boys s'impose 7-1[9].

Le championnat 1958 reste dans la mémoire des deux clubs puisqu'ils s'affrontent lors de la dernière journée pour décider du champion du Pérou. Une victoire sur le fil du Sport Boys (1-0, but de Teodoro Boluarte) lui donna le titre avec seulement un point d'avance sur son rival de toujours[10].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. (es) « Atlético Chalaco », sur callaociudadturistica.com (consulté le 2 avril 2019).
  3. (es) Paul Arrese, « La situación de Atlético Chalaco en 2017: Que no sea el último rugido », sur www.dechalaca.com, (consulté le 2 avril 2019).
  4. (en) Carlos Manuel Nieto Tarazona, José Luis Pierrend, Eli Schmerler, Juan Carlos Carrero, Hans Schöggl et Juan Pablo Andrés, « Peru - List of Departamental Champions (Amateur Leagues) », sur www.rsssf.com, (consulté le 1er avril 2019).
  5. (es) Roberto Gando, « Chalaco 1930: Rugidos añejos », sur www.dechalaca.com, (consulté le 1er avril 2019).
  6. (es) Roberto Salinas, « 1947, turno del Chalaco », sur www.elperuano.pe, (consulté le 1er avril 2019).
  7. (es) Raúl Behr, « La Saeta y la Furia », sur www.dechalaca.com, (consulté le 1er avril 2019).
  8. (es) Roberto Castro, « Tan emotivo como atípico », sur www.dechalaca.com, (consulté le 2 avril 2019).
  9. (es) « Lo que tu viejo no te contó: Nolberto Solano se puso la rosada del Sport Boys en el 2005 », sur www.libero.pe, (consulté le 2 avril 2019).
  10. (es) Roberto Salinas, « Otra vez Sport Boys », sur www.elperuano.pe, (consulté le 2 avril 2019).

Lien externe[modifier | modifier le code]